Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand je regarde l'écran, l'écran me regarde.

Crash mou

collision.jpgCollision

Un film de Paul Haggis (2004) avec Matt Dillon, Don Cheadle, Thandie Newton, Ludacris

Un DVD Metropolitan (2005) zone 2

 

Résumé de Film de Culte : Un accident de voitures à Los Angeles. Pendant 36 heures, les destinées de différentes personnes qui ne se connaissent pas vont se nouer, autour du hasard et de quelques préjugés.

 

Forcément, lorsqu’on se met à visionner un film précédé d’un gros buzz et auréolé de quelques oscars, on est un peu dans l’expectative, sur ses gardes. Quand bien même on aurait envie uniquement de passer deux bonnes heures, on ne peut s’empêcher de garder ses considérations en mémoire. Quitte à ne les ressortir qu’à la fin de la projection, histoire de…

 

Alors oui, Collision a ses beaux moments, quelques-uns d’une beauté spectaculaire, des séquences à couper le souffle ou possédant une grande intensité dramatique : le sauvetage de Thandie Newton, toute la scène devant la maison du serrurier. Certains des acteurs sont impressionnants dans des rôles pas évidents à assumer (Matt Dillon et Don Cheadle). Mais on a aussi cette impression diffuse que l’ensemble ne tient que par un réseau plus ou moins artificiel de lignes de vie se croisant et se décroisant, amenant chaque protagoniste aperçu dans le premier quart d’heure à être confronté à l’un des autres. Et loin des tranches de vie à la Altman, on est plus dans la chronique d’une cité cosmopolite par excellence : L.A., brutale, sans concession, un envers du décor glauque et cruel alors même qu’en son sein brillent les feux de la rampe et palpite le cœur d’Hollywood, le tout dans une mise en scène privilégiant les plans assez serrés, conférant un caractère oppressant à l’ensemble. Et puis surtout, les ficelles utilisées sont parfois grosses, le trait est lourd : plus que démonstrative, la réalisation est manipulatrice. J’aurais souhaité davantage de subtilité dans un film au propos forcément intéressant mais asséné avec si peu de finesse. C’est alors que je me suis souvenu que Don Cheadle apparaissait dans la longue litanie des producteurs affichés au pré-générique : sans doute une œuvre qui lui tenait à cœur. Avait-il pour objectif de diffuser un message ? Je ne sais pas. Y en a-t-il vraiment un, en dehors de l’amer constat de la médiocrité de chacun lorsqu’il est confronté à l’Autre ? Rien que ce fait même ne peut que faire réfléchir sur sa propre condition et cette Peur irrationnelle qui pousse même les plus équilibrés d’entre nous à des actes répréhensibles.

 

Un film que je n’ai pas vraiment aimé regarder (la VF est infecte !) mais qui a le mérite de provoquer le débat. Même le fiston y est allé de ses commentaires, lui qui d’ordinaire est si peu bavard. Quelques très belles chansons, une musique élégante. Et l’amertume liée à une intense déception.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

 blog(fermaton.over-blog.com),No.28. - PSYCHOHISTOIRE. - Quand l'imaginaire rejoint la Raison !
Répondre
V
Réparé une omission : le film est désormais indexé.
Répondre
H
pas vu mais ce film a été encensé aux oscars mais je sais qu ece n'est pas une garantie
Répondre
N
Que voilà un film bien surestimé. Si la réalisation peut encore se discuter, le message simpliste asséné lourdement fait plutôt sourire.Il faut dire qu'en matière de racisme, on a déjà eu droit à un peu prêt tout, un certain noyau artistico-intelleux-dégoulinant le voyant partout, spécifiquement d'ailleurs où il n'est pas. Mais ici, le tour de force est magistral : vous n'êtes pas raciste ? Non ? Eh bien vous l'êtes quand même. Une profondeur digne des charlots font l'Espagne. Evidemment que la méfiance à l'égard de l'autre est présente en chacun de nous. C'est typiquement un comportement de survie instinctif, quasi taxique, inscrit dans les gênes de l'individu. D'ailleurs, même d'un point de vue intellectuel, la confiance relève d'un sentiment que l'on accorde à partir de critères précis (dont on peut discuter d'ailleurs l'importance, là n'est pas la question) et non d'une sorte empathie primaire que le pékin moyen se devrait d'éprouver à l'égard de tous sous prétexte de se mettre en conformité morale avec un dogme naïf et particulièrement expurgé de tout bon sens.Vu le comportement de la plupart des humains, il est d'ailleurs plutôt sain d'éprouver a priori de la défiance à leur égard. Reprocher cette évidence en jouant sur la corde sensible revient à condamner la prudence de celui qui souhaite apprendre à nager avant de se jeter à l'eau.Si une certaine presse a vite encensé ce film (L'Humanité, Les Inrock), quelques exceptions lucides ont heureusement redressé la barre, comme ce constat final de Frédéric Strauss (Télérama) : "La bêtise de ce discours n'a d'égal que le ridicule des situations mélodramatiques sur lesquelles il s'appuie."Comme quoi l'on peut parfois abuser beaucoup de gens mais jamais tout le monde.
Répondre
V
Le problème est que le message est évident, trop même, asséné sans aucune subtilité et on voit venir les situations de très loin. On sent le film créé pour la cause mais je n'apprécie pas vraiment quand on utilise d'aussi gros sabots pour démontrer ce que tout le monde sait. Si je l'avais vu en même temps que toi, j'aurais été moins déçu. Mais après coup, je choc est douloureux.Ca reste tout de même une oeuvre intéressante qui appelle le débat. Et la musique est effectivement envoûtante.Merci d'être passé Malain !
Répondre
M
Il figure parmis mes 10 meilleurs films.J'ai découvert ce film en salles, donc bien avant qu'il soit couronné d'un Oscar. Et j'en suis resté bouche bée. Une grande claque dans la gueule à vrai dire.Les acteurs sont excellentissimes, la musique est sublime (je peux me l'écouter en boucle) et les personnages sont non seulement intéressants mais psychologiquement bien développés.Mais l'intérêt premier de Collision, c'est le message très clair qui n'arrive qu'à la toute fin, comme pour cloturer une démonstration parfois violente dans certaines scènes. Finalement, même si l'on se croit non raciste, les préjugés et la méfiance sont pourtant bien là, en chacun de nous.Vous l'avez compris, Collision parle des simples préjugés racieux allant jusqu'au raciste extrême pur et cruel. Au travers de vies parfois totalement opposées, ce thème demeure commun à tous.Collision, un film sublime qui ne pourra qu'engendrer une réflexion et vous pousser à revoir votre façon de concidérer et de percevoir les autres.A voir sans hésiter...
Répondre