Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Un début prometteur : double Luchini

[critique] Un début prometteur : double Luchini

[critique] Un début prometteur : double Luchini

Un Début Prometteur est l’adaptation d’un roman de Nicolas Rey par Emma Luchini, sorte de road trip initiatique dans lequel la jeune réalisatrice dirige son talentueux père, un jeune comédien à suivre, l’une des révélations d’Alabama Monroe et surtout permet à l’humoriste Manu Payet de changer de registre et de surprendre positivement son public. Parfois vain et inégal, mais relativement touchant avec ses acteurs idéaux.

Le nouveau film d’Emma Luchini pourra sembler brouillon, étirant quelques scénettes plus que de raison mais ne racontant pas grand-chose – a priori - pour autant. Adapté d’un roman de Nicolas Rey, Un Début Prometteur est une sorte de road trip initiatique centré sur la relation conflictuelle entre trois hommes (un père et ses deux fils) et une femme mystérieuse qui va les guider un peu malgré elle et les inciter à se remettre en cause, au gré de sympathiques rencontres.

Certains s’ennuieront probablement, d’autres attendront que l’histoire démarre réellement, tandis que les plus optimistes se satisferont du jeu impeccable de l’ensemble du casting. Car Un Début Prometteur vaut principalement pour ses quatre acteurs principaux. Alors que l’on aurait pu s’attendre à une énorme gaudriole avec un tel comédien principal, c’est à un Manu Payet différent - prise de poids (11 kilos nous a-t-il dit suite à la projection), barbe et cheveux ébouriffés - auquel nous avons droit. L’humoriste (acteur de talent n’ayant jamais eu l’occasion d’avoir de vrais beaux rôles) trouve enfin l’occasion de montrer à son public l’étendue de sa palette de jeu. Il porte clairement le film sur ses épaules, mimant avec beaucoup de justesse et de finesse (apparemment inconsciemment) le phrasé et la gestuelle si particulière de l’auteur (dont l’histoire semble faire écho à sa propre expérience). A ses côtés, un jeune acteur « prometteur », Zacharie Chasseriaud, qui gagnerait à jouer un peu plus sobrement. Le génial et ultra talentueux père de la réalisatrice, Fabrice Luchini, apporte une touche de légèreté, de fantaisie, dans un joli rôle, simple et touchant. Face à ses trois hommes au tempérament bien trempé, on retrouvera avec plaisir la révélation d’Alabama Monroe, Veerle Baetens, interprétant un personnage solaire et énigmatique, qui se révèle au fil de l’histoire avec beaucoup de délicatesse.

La réalisation d’Emma Luchini permet au quatuor de respirer, leur ménageant de longues scènes pendant lesquelles chaque personnage prend le temps de se livrer aux autres. On notera une belle photo, notamment lors de la scène à Giverny se déroulant de nuit, ainsi qu’une utilisation intéressante de la musique (Veerle Baetens chantant devant ses trois compagnons).

Parfois vain et inégal, Un Début Prometteur n’en est pas moins très attachant, principalement grâce à ses acteurs idéaux.

 

 

 

 

Titre original

Un Début Prometteur

Mise en scène 

Emma Luchini

Date de sortie

30/09/2015 avec Gaumont

Scénario 

Nicolas Rey, Vanessa David & Emma Luchini

Distribution 

Manu Payet, Zacharie Chasseriaud, Veerle Baetens & Fabrice Luchini

Photographie

Jérôme Alméras

Musique

Nicola Tescari

Support & durée

35 mm / 90 minutes

 

Synopsis : Martin, désabusé pour avoir trop aimé et trop vécu, retourne chez son père, un horticulteur romantique en fin de course. Il y retrouve Gabriel, son jeune frère de 16 ans, exalté et idéaliste, qu’il va tenter de dégoûter de l’amour, sans relâche. Mais c’est sans compter Mathilde, jeune femme flamboyante et joueuse, qui va bousculer tous leurs repères..