Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[saga] Mission : impossible au cinéma

[saga] Mission : impossible au cinéma

[saga] Mission : impossible au cinéma

En 1966 sortait sur les petits écrans la série Mission : impossible créée par Bruce Geller, dans laquelle une équipe d'agents ultra-secrets et ultra-compétents était recrutée par un leader dans le but d'accomplir des opérations clandestines en plein coeur de pays politiquement instables. Dès la deuxième des sept premières saisons, ce leader et fin stratège, mandaté par un mystérieux directorat qui ne communiquait que par le biais d'une cassette audio, était l'impeccable Jim Phelps - qui valut à son interprète, Peter Graves, un Emmy Award et constitua une pierre d'achoppement quant à sa réinterprétation dans la version cinéma produite par Tom Cruise et dirigée par Brian De Palma.

La série reste dans les mémoires par sa forme particulière, par la manière dont une équipe constituée d'individus disparates s'inscrivait dans un projet souvent complexe et toujours audacieux tirant le meilleur parti de leurs capacités et par le suspense permanent sur le fait de savoir si l'un ou plusieurs des membres seraient capturés ou démasqués. Le jeu de masques (déguisements, accessoires voire opérations chirurgicales) était constamment au centre des dispositifs, et l'IMF (Impossible Missions Force) usait en permanence d'artifices altérant la réalité subjective des cibles désignées - et par conséquent des spectateurs. Les personnages de Martin Landau (Rollin' Hand) ou Leonard Nimoy (Paris) étaient des spécialistes en la matière, les acteurs disparaissant derrière les doublures qu'ils incarnaient, et concentraient la plus grande part de l'attention des spectateurs, même si l'équipe ne dédaignait jamais d'user des charmes et des compétences psychologiques de Barbara Bain (Cinnamon Carter) ou surtout du savoir-faire technologique de l'ingénieur maison (qui n'a jamais été ébloui par les gadgets développés par Barney Collier ?).

Un terreau fertile pour un metteur en scène appelé à la rescousse par Tom Cruise en 1995 (après le désistement de Sydney Pollack), même si la conception du script allait demander beaucoup de patience. Virtuose et spectaculaire, le premier film au cinéma focalisait l'attention sur l'acteur-producteur et oubliait un peu quelques principes directeurs de la série, voire en démystifiait certains et en discréditait d'autres. Mais le succès fut au rendez-vous et entraîna par la suite la mise en chantier d'autres séquelles au rythme trépidant mais à la personnalité distincte, toujours centrées sur l'agent Ethan Hunt (incarné à la perfection par un Tom Cruise directement concerné et physiquement impliqué) et vouées à s'inscrire au panthéon des franchises de films d'action modernes.

Ci-dessous, la liste des films et les liens vers leurs critiques sur ce blog.

 

1.                    Mission : impossible (Brian De Palma)

2.                   Mission : impossible 2 (John Woo)

3.                   Mission : impossible 3 (J.J. Abrams)

4.                   Mission : impossible - Protocole fantôme (Brad Bird)

5.                   Mission : impossible - Rogue Nation (Christopher McQuarrie)