Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand je regarde l'écran, l'écran me regarde.

Jungle Cruise

Jungle Cruise

Le grand blockbuster estival de Disney, Jungle Cruise, adapté de la célèbre attraction éponyme à l’instar de Pirates des Caraïbes, sort en vidéo le 3 décembre. L’occasion de découvrir ou redécouvrir pendant les fêtes de fin d’année ce trépidant récit d’aventure en pleine jungle amazonienne dans le confort de son home cinéma.

Jungle Cruise

Synopsis : Chercheuse intrépide, la doctoresse Lily Houghton quitte Londres pour explorer la jungle amazonienne à la recherche d’un remède miraculeux. Pour descendre le fleuve, elle engage Frank Wolff, un capitaine roublard aussi douteux que son vieux rafiot délabré. Bien décidée à découvrir l’arbre séculaire dont les extraordinaires pouvoirs de guérison pourraient changer l'avenir de la médecine, Lily se lance dans une quête épique. L’improbable duo va dès lors affronter d’innombrables dangers - sans parler de forces surnaturelles - dissimulés sous la splendeur luxuriante de la forêt tropicale. Alors que les secrets de l’arbre perdu se révèlent peu à peu, les enjeux s’avèrent encore plus grands pour Lily et Frank. Ce n’est pas seulement leur destin qui est en jeu, mais celui de l’humanité tout entière…

Dwayne Johnson et la jungle. Une grande histoire d’amour. Il en est à son combien… son huitième film ? Entre les Jumanji, Le Roi Scorpion et autres Bienvenue Dans La Jungle… on ne compte plus le nombre de fois où le meilleur souleveur de sourcil du monde s’est retrouvé nez à nez avec un animal sauvage au beau milieu d’une forêt exotique luxuriante. C’est qu’il semble à l’aise dans ce rôle de baroudeur au grand cœur. Et que le public l’apprécie pour ça. Ce n’est donc pas une surprise si l’on vous dit que dans ce Jungle Cruise, adapté de l’attraction éponyme, The Rock est égal à lui-même. D’ailleurs, et c’est bien le principal bémol que l’on émettra à propos du film de Jaume Collet-Serra, il n’y a pas que Dwayne Johnson de prévisible dans Jungle Cruise. Tout dans ce long-métrage sent la redite : une dynamique de personnage similaire à celle de La Momie (l’aventurier bourru, la jeune femme intrépide mais maladroite et son frère citadin, l’élément comique), des relents de Pirates Des Caraïbes, et quelques emprunts logiques à Indiana Jones.

Jungle Cruise

De fait, le peu d’originalité introduite par l’univers de l’attraction ne parvient pas à compenser la sensation de voir une copie de films vus et revus. On regarde alors le spectacle sans réel intérêt pour ce qui est raconté, profitant des nombreuses scènes d’action, de la très chouette direction artistique et du cabotinage des acteurs (le trio fonctionne parfaitement, Emily Blunt est toujours juste et Jack Whitehall une révélation sympathique, tandis que Jesse Plemons en fait des caisses avec jubilation). Dommage, il y avait peut-être mieux à tirer de ce célèbre ride de Disneyland. La comparaison avec Pirates Des Caraïbes n’est pas très flatteuse : le film de 2003 est en tous points supérieur, tant au niveau de l’écriture (des personnages et des dialogues surtout) qu’au niveau des effets spéciaux (Jungle Cruise est un festival de fonds verts, avec des images de synthèse étonnamment moches pour un film de ce budget). Dans le genre, on pense plutôt à une autre adaptation, celle du Manoir Hanté Et Les 999 Fantômes, un peu fade et paresseuse. On ne s’ennuie néanmoins pas, le récit bien que balisé reste trépidant et apporte ce qu’il faut d’exotisme et de dépaysement pour satisfaire notre soif d’aventures. Mais pour une histoire se déroulant tout le long de l’Amazone dans des lieux reculés et magiques, on est quand même en terrain connu.

Jungle Cruise

Le bluray est très correct, que ce soit dans sa technique ou dans son contenu.

L’image n’est pas parfaite, mais ne comporte que peu de défauts inhérents au format. La compression est bonne, tout comme la définition est fine et précise. Ce n’est en revanche pas une référence, la faute à une texture et des couleurs (l’étalonnage n’est pas franchement convaincant) trahissant la nature numérique du film, d’autant que les effets spéciaux ne sont pas non plus très réussis.

Le son en VO DTS HD-MA est assez immersif, avec quelques effets surround sympathiques à défaut d’être véritablement mémorables. Ce n’est pas non plus un mixage parfait (la musique ne se détache pas spécialement bien), mais il est tout de même très agréable et surligne bien l’action.

Jungle Cruise

Les suppléments sont un peu plus nombreux que sur d’autres éditions Disney. Quelques mini making of abordant certains aspects du tournage, quelques scènes coupées. On retient surtout une vidéo mettant en vedette quelques cast members de l’attraction dont est adapté le film : un peu d’auto-promo mais de chouettes anecdotes de personnes aimant leur travail au contact du public. Original et amusant, d’autant qu’en France cette attraction est méconnue.

Pas le grand huit d’aventures que l’on était en droit d’attendre vu le sujet et le casting, mais un honnête ride inoffensif et familial.

Titre original

Jungle Cruise

Date de sortie en salles

28 juillet 2021 avec Disney

Date de sortie en vidéo

3 décembre 2021 avec Disney

Date de sortie en VOD

 

Réalisation

Jaume Collet-Serra

Distribution

Emily Blunt, Dwayne Johnson, Jack Whitehall, Edgar Ramírez, Jesse Plemons & Paul Giamatti

Scénario

John Requa, Glenn Ficarra, Michael Green, John Norville & Josh Goldstein

Photographie

Flavio Martínez Labiano

Musique

James Newton Howard

Support & durée

Blu-ray Disney (2021) region ALL en 2.39:1/128 min

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article