Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] It follows : un réalisateur à suivre

[critique] It follows : un réalisateur à suivre

[critique] It follows : un réalisateur à suivre

Un film d'horreur ultra-efficace pour instaurer une atmosphère oppressante, à défaut de faire véritablement peur. Avec une mise en scène particulièrement intelligente, It Follows se révèle donc une bonne surprise, que les amateurs apprécieront sans aucun doute.

Il se pourrait bien que ce It Follows soit l'une des meilleures surprises vues depuis le très bon Mister Babadook. Les deux films n'ont quasiment rien à commun, certes, si ce n'est leur capacité à instaurer une atmosphère oppressante avec peu de moyens. De ce point de vue, It Follows est une nouvelle réussite, prouvant une fois de plus que le cinéma de genre indépendant compte encore de nombreux concepts intéressants et originaux, ainsi que des réalisateurs prometteurs. Comme quoi, les amateurs de films d'horreur n'ont pas à se contenter des longs-métrages débiles et insipides (souvent en found footage) produits en quantité par les grands studios chaque année.

Ici, David Robert Mitchell prend son projet très au sérieux. Pas une once de distanciation cynique ou de volonté de « jouer » avec les codes pour faire des coups de coudes aux spectateurs. Avec sa mise en scène parfaitement dans le ton, le réalisateur de The Myth Of The American Sleepover (son premier film sélectionné à Cannes en 2010 et sorti l'an dernier en DVD) parvient à créer un univers extrêmement troublant. Pour rappel, It Follows raconte l'histoire d'une jeune fille, qui, après avoir été « infectée » lors d'un rapport sexuel, semble poursuivie par une entité maléfique dont elle ne peut se débarrasser qu'en la transmettant de nouveau à un autre partenaire. Avec sa caméra distante, effectuant des travellings circulaires sans s'attarder « réellement » sur des endroits précis du cadre, David Robert Mitchell place les spectateurs dans le rôle de voyeurs. On entre littéralement dans l'intimité des personnages, même si tout est fait pour croire l'inverse. Car c'est aux spectateurs de scruter l'image, de tenter de deviner où se cache le personnage qui semble suivre inlassablement l'héroïne. Le metteur en scène n'usant quasiment jamais de jump-scare, c'est au sein de cette incertitude permanente dans laquelle il installe les spectateurs que commence à se faire ressentir la tension.

Pour ajouter au malaise ambiant, It Follows a une approche toute singulière de la « réalité » dans laquelle sont plongés ses personnages. Grâce à un subtil montage et à une musique quasi omniprésente à base de synthés (on pense à John Carpenter), le film donne l'impression de se dérouler en plein cauchemar. Une sensation diffuse, un peu brumeuse, comme si le métrage ne vivait qu'avec ce que le réalisateur choisit de montrer, comme si les cuts faisaient intégralement partie de ce qu'endurent les protagonistes, se téléportant presque d'un plan à un autre sans que cela ne leur paraissent étrange. Un onirisme qui sied vraiment bien à ce scénario se déroulant à une époque indéfinissable (comme l'attestent certains objets tantôt désuets tantôt futuristes). Ainsi, à défaut de faire véritablement peur, It Follows est carrément anxiogène. Et pour un film d'horreur, on ne peut qu'applaudir l'audace dont il fait preuve.

L'autre grande qualité du long-métrage, c'est dans le traitement de la dynamique de groupe. Pas ou peu de réactions illogiques, et les relations entre les personnages font penser à d'autres oeuvres classiques des années 80. Un bon point, d'autant que l'interprétation est plus que convaincante. On passera rapidement sur les quelques défauts du film, notamment dans sa dernière séquence difficile à cerner et qui manque d'imagination, pour souligner le travail remarquable de l'écriture en général et sur les nombreux sens que l'on peut accorder à l'histoire.

Aussi bien réussi sur le plan visuel et sonore que sur sa propension à jouer sur les métaphores, It Follows est donc un film qui satisfera sans aucun doute les amateurs du genre, par un réalisateur, sans mauvais jeu de mot, à suivre. Une bonne surprise !

 

 

Titre original

It Follows

Mise en scène 

David Robert Mitchell

Date de sortie

04/02/15 avec Metropolitan

Scénario 

David Robert Mitchell

Distribution 

Maika Monroe, Keir Gilchrist, Lili Sepe, Daniel Zovatto, Jake Weary

Photographie

Mike Gloulakis

Musique

Disasterpeace

Support & durée

35 mm en 2.35 : 1 / 94 minutes

 

Synopsis : Après une expérience sexuelle apparemment anodine, Jay se retrouve confrontée à d'étranges visions et  l'inextricable impression que quelqu'un, ou quelque chose, la suit. Abasourdis, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire à la menace qui semble les rattraper...