Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] World War Z : film d’horreur… pour la famille

[critique] World War Z : film d’horreur… pour la famille

L'un des plus gros blockbusters de l'été se révèle être un film très étonnant. Si l'on ne connaît pas le matériau de base dont le film de Marc Forster puise quelques idées, il sera difficile de deviner de quoi parle World War Z tant les bandes annonces ont su garder le mystère. Tant mieux, au moins on n'a pas la désagréable impression de connaître le film par cœur avant de le voir. 

WWZ-02.jpg

Film étonnant, donc, car ce genre d'histoire est habituellement réservé à une certaine catégorie de spectateurs, au lieu de s'adresser à un très large public. Car qui dit "guerre mondiale" (après tout, c'est annoncé dans le titre), dit séquences a priori assez violentes. Or, superproduction estivale et la méga star Brad Pitt aidants, World War Z s'adresse à quasiment tout le monde. Il s'agit d'une sorte d'aventure "horrifique" que l'on peut regarder en famille (avec un peu d'exagération).

C'en est à la fois le point fort et le point faible.

Les amateurs risquent de ne pas apprécier ce film à sa juste valeur, et c'est logique, tant la violence est édulcorée : pas de sang et la plupart des actes de barbarisme se font hors cadre. Rien n'est choquant, rien n'est vraiment non plus effrayant. Le réalisateur abuse de jump scares, ce qui pourra faire sursauter et divertir ponctuellement l'audience, qui ne sera pas marquée plus que cela à la sortie de la salle. Quelques séquences rendent pourtant bien la tension, trop vite désamorcée cependant, parce que l'on devine bien souvent ce qu'il va se passer.  

World War Z a pourtant l'immense qualité - devenue rare aujourd'hui dans les blockbusters estivaux - d'être très bien rythmé et d'offrir aux spectateurs deux heures d'action non-stop. Marc Forster s'est amélioré par rapport à Quantum of Solace, il filme bien mieux les scènes mouvementées. On ne s'ennuie pas une seule seconde, l'aventure est captivante. Brad Pitt porte le film sur ses épaules, et si son personnage n'est pas des plus intéressants de par son côté indestructible, il est néanmoins attachant et crédible. WW.jpg

Malheureusement, il manque un climax. On s'attend à une grosse scène de bataille à la fin, qui n'arrive pas. Une suite paraît plus qu'envisageable. En l'état, World War Z semble n'être qu'une grosse introduction (très réussie) à cette fameuse guerre à l'échelle mondiale.

Les habitués de ce genre de scénario seront probablement déconcertés par l'aspect tout public de World War Z et par les effets spéciaux numériques pas forcément tous judicieux (les plans larges font davantage penser à un jeu vidéo). Mais le film est tellement généreux et spectaculaire (la première heure est bluffante), qu'il est tout de même recommandé de tenter l'expérience.

2,5/5 pour les amateurs de ce genre de film qui se sentiront un peu floués par le côté inoffensif de World War Z, 4/5 pour les spectateurs n'ayant aucune attente particulière et voulant simplement se divertir devant un très bon blockbuster.

 

 

Ma note (sur 5) :

4

 

 

 

 

 

 

WWZ-01.png

Titre original

World War Z  

Mise en scène 

Marc Forster

Production 

Paramount Pictures France

Date de sortie France 

03/07/13

Scénario 

Matthew Michael Carnahan, J. Michael Straczynski, Damon Lindelof & Max Brooks

Distribution 

Brad Pitt, Mireille Enos & Elyes Gabel

Durée 

116 minutes

Musique

Marco Beltrami & Matthew Bellami

Photographie

Ben Seresin

Support 

35 mm

Image 

2.35 : 1 en 3D

Son 

VOST SDDS, Dolby Digital

 

 

Synopsis : Un jour comme les autres, Gerry Lane et sa famille se retrouvent coincés dans un embouteillage monstre sur leur trajet quotidien. Ancien enquêteur des Nations Unies, Lane comprend immédiatement que la situation est inhabituelle. Tandis que les hélicoptères de la police sillonnent le ciel et que les motards quadrillent les rues, la ville bascule dans le chaos...

 

Et pour vous en convaincre, un petit extrait en VOST :