Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Mea Culpa : le pardon plutôt que la vengeance

[critique] Mea Culpa : le pardon plutôt que la vengeance

Pour son 3ème film, Fred Cavayé prouve qu'un scénario convenu et peu enthousiasmant sur le papier peut se voir transcendé grâce à une mise en scène intelligente et au talent de ses interprètes.

http://images.allocine.fr/pictures/14/01/14/17/11/199128.jpg

Auteur des remarqués Pour Elle et A Bout Portant, Fred Cavayé nous revient en grande forme pour son 3ème long-métrage, Mea Culpa. Du vrai bon cinoche populaire - et même si c'est un peu énervant de devoir dire ça - à l'américaine, dans le sens d'un divertissement carré, efficace, rythmé, jouissif, comme on a plus tendance à voir chez nos amis outre-Atlantique. Enervant, car la comparaison est facile et quelque peu déplacée tant notre pays compte d'excellents réalisateurs de films de genre, qui n'ont pas systématiquement à être jugés par rapport à une échelle de valeur dictée par les US. Quoiqu'il en soit, Mea Culpa est une pelloche nerveuse comme on aimerait en « bouffer » plus souvent.

Car ce qu'il y a de plus étonnant avec le cinéma de Cavayé, c'est sa gestion admirable du rythme, maintenant en haleine son public de la première à la dernière minute (à ce titre, la caractérisation des personnages est idéale et nécessaire avant que l'on entre de plain pied dans le récit), sans jamais relâcher la pression une seconde. On sort de Mea Culpa essoré, le programme ayant été préalablement réglé sur 90 minutes (comme toujours chez le réalisateur). L'image de la machine à laver prend sens avec ce film puisqu'il accumule ses scènes d'action dans des endroits particulièrement confinés, où chaque élément du décor est utilisé de manière judicieuse pour servir la mise en scène. On pense par exemple à la baston dans la voiture, rappelant dans un sens la fameuse scène dans l'ascenseur dans Die Hard 3  de John McTiernan. Bénéficiant d'un montage parfaitement adapté à chaque situation, Mea Culpa déborde ainsi d'énergie. Fred Cavayé délaisse l'aspect réaliste de ses précédents longs-métrages, en privilégiant cette fois une atmosphère presque surréaliste, jouant habilement avec les couleurs pour renforcer la dramaturgie et insufflant de l'émotion par l'action et par la bande son. Un résultat à mettre au crédit du changement de chef op (Danny Elsen) et de compositeur (Cliff Martinez). Globalement, l'esthétique de Mea Culpa est plus travaillée, plus graphique, que les précédentes œuvres de Cavayé, tranchant radicalement avec l'ambiance attendue lorsque l'on regarde un polar du même style.

http://images.allocine.fr/pictures/14/01/14/17/11/169907.jpg

Mea Culpane brille cependant pas par son scénario, relativement convenu. Si l'on peut se réjouir que les personnages ne soient pas de simples faire valoir à un film d'action survitaminé, il est dommage que le récit ne soit pas plus surprenant. La caractérisation est pourtant vraiment réussie, on s'attache énormément au duo formé par Vincent Lindon et Gilles Lellouche, d'autant que le film se veut à hauteur d'homme, ne tombant jamais dans la surenchère en préférant se focaliser - de belle manière - sur la complicité des héros plutôt que sur les obscures motivations des « méchants ». Cela semble pertinent lorsque l'on sait que Fred Cavayé avoue avoir voulu faire un film sur le pardon, sur la rédemption, plutôt que sur la vengeance. Mais il n'empêche que le scénario manque de fraîcheur.

Finalement, c'est l'exemple même d'une histoire qui est transcendée par sa mise en scène pure. Techniquement solide, divertissement ludique, Mea Culpa est une nouvelle preuve que le cinéma de genre en France peut compter sur d'excellents réalisateurs.

 

Ma note (sur 5) :

4

 

 


 

 

 http://fr.web.img3.acsta.net/pictures/13/12/18/12/43/406041.jpg

Titre original

Mea Culpa

Mise en scène 

Fred Cavayé

Date de sortie France 

05 février 2014 avec Gaumont

Scénario 

Fred Cavayé & Guillaume Lemans

Distribution 

Vincent Lindon & Gilles Lellouche

Musique

Cliff Martinez

Photographie

Danny Elsen

Support & durée 

35 mm / 90 minutes

 

Synopsis : Flics sur Toulon, Simon et Franck fêtent la fin d'une mission. De retour vers chez eux, ils percutent une voiture. Bilan : deux victimes dont un enfant. Franck est indemne. Simon, qui était au volant et alcoolisé, sort grièvement blessé. Il va tout perdre. Sa vie de famille. Son job de flic. Six ans plus tard, divorcé de sa femme Alice, Simon est devenu convoyeur de fonds et peine à tenir son rôle de père auprès de son fils Théo qui a désormais 9 ans. Franck, toujours flic, veille à distance sur lui. Lors d'une corrida, le petit Théo va être malgré lui le témoin d'un règlement de compte mafieux. Très vite, il fera l'objet de menaces. Simon va tout faire pour protéger son fils et retrouver ses poursuivants. Le duo avec Franck va au même moment se recomposer. Mais ce sera aussi pour eux l'occasion de revenir sur les zones d'ombre de leur passé commun.