Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Sherlock Holmes, jeu d’ombres : steampunk plaisant

[critique] Sherlock Holmes, jeu d’ombres : steampunk plaisant

[critique] Sherlock Holmes, jeu d’ombres : steampunk plaisant

Plus fun, plus explosif, plus mouvementé que le premier volet dont il reprend tous les codes en les systématisant, le nouvel opus des aventures du détective londonien prend désormais des allures de conte steampunk : les belles images désaturées de l’excellent chef opérateur Philippe Rousselot aident à percevoir cette enquête pleine de dangers comme un croisement assez réussi entre la Ligue des Gentlemen extraordinaires et l’univers proposé par Conan Doyle à l’origine, un univers expurgé de son côté dark fantasy sous-jacent (le fantastique cédant la place à la technologie de la vapeur) mais soumis à une pression permanente, celle d’un monde au bord de la rupture, prêt à basculer dans un siècle de chaos, dans lequel quelques élus ou initiés se démènent vainement, conscients des dangers qui menacent et mordant la vie à pleines dents.

 

Notre Sherlock est à son image, sorte de dandy virevoltant dissimulant un cerveau bouillonnant dont les déductions le dépassent parfois : trop moderne pour cette époque, et totalement séduisant. On est parfois agacé, souvent bluffé par l'abattage de Robert Downey Jr, tout à fait à son aise dans un film évidemment calibré pour lui.

L’intrigue a d’ailleurs un peu de mal à vraiment démarrer, la faute à un script tentant (parfois tant bien que mal) d’intégrer de nombreux éléments disparates avant d'entamer un rythme plutôt soutenu, ponctué par de nombreuses cascades, combats, explosions et éclairs de génie sherlockiens qui semblent autant de passages obligés. Certes, Ritchie essaie de développer ses personnages par le biais de séquences de dialogues frôlant le surréalisme, mais il le fait au détriment d’un équilibre narratif chaotique. Il n’empêche que la seconde moitié, plus axée sur le duel à distance entre deux puissants intellects à l’ego surdimensionné (les chausses-trappes mentales et nombreuses fausses pistes rappellent par moments le Prestige) procure un réel plaisir parfois coupable – franchement, malgré l’évident côté too much, je n’ai pu que m’extasier devant les ralentis de la scène de la forêt, lorsque Holmes et sa bande tentent de s’échapper de l’arsenal.

 

Si l’interprétation n’est pas le point fort du métrage (Noomi Rapace fait parfois de

la peine, très loin de sa performance dans le premier Millenium), on se réjouira de la présence de Stephen Fry, toujours impeccable. Jude Law parvient à survivre face à Downey Jr. A noter une très jolie bande son, extrêmement efficace et une musique qui a su habilement mêler le thème de Sherlock avec celui de don Giovanni de Mozart.

Fort plaisant.

Titre original

Sherlock Holmes : a game of shadows

Date de sortie en salles

25 janvier 2012 avec Warner Bros.

Date de sortie en vidéo

28 mai 2012 avec Warner Bros.

Photographie

Philippe Rousselot

Musique

Hans Zimmer & Lorne Balfe

Support & durée

Blu-ray Warner Ultimate (2014) region All en 2.35:1 / 128 min