Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Quand je regarde l'écran, l'écran me regarde.


[critique] Gremlins : un film d'horreur familial

Publié par Vance sur 17 Juillet 2017, 08:52am

Catégories : #blu-ray, #Cinéma SF & Fantastique, #Sagas & franchises, #Warner Bros.

[critique] Gremlins : un film d'horreur familial

A l'instar des Gooniesles Gremlins font partie de ces films qui ont bercé l'enfance des parents que nous sommes, nous ouvrant les portes d'un imaginaire débordant, emplis de mystères pas trop terrifiants et de monstres pas trop cruels, et réalisés avec savoir faire et une petite dose de folie tout en distillant un humour sensible.

 

Cette production Spielberg, faussement sage, conserve encore beaucoup de son impact, grâce à une idée de départ maligne, des personnages attachants (bien que décrits très sommairement), une mise en scène efficace sachant instiller quelques moments horrifiques bon enfant et une élégante musique de Jerry Goldsmith rappelant celle de Poltergeist (dont l’histoire prenait également place dans une zone résidentielle calme, avec des enfants).

Le métrage se permet quelques clins d’œil évidents à l’american way of life (des extraits de films comme la Vie est belle de Capra ou Invasion of Body snatchers ; des apparitions de Robbie le Robot de la Planète interdite ou la série Perdus dans l’espace ; une peluche d’ET l’extraterrestre ; une affiche publicitaire portant le graphisme d’Indiana Jones). On sait d’ailleurs qu’il comportait, à l’origine, des scènes plus cruelles (comme la décapitation de la mère de Billy) dont le réalisateur était friand. C’est drôle de penser qu’un film aussi référencé ait été si bien repris par les Simpsons (toute la partie dans la boutique du Chinois est parodiée dans l’épisode de la Poupée diabolique).

Quoi qu’il en soit, le film demeure de nos jours agréable à visionner malgré beaucoup d’erreurs dans le script, des trucages visibles et des raccords ratés, choses qui pouvaient passer plus ou moins inaperçues à l'époque mais sautent aux yeux des habitués, enfants de la VHS et amateurs de galettes vidéo.

En revanche, on constate que l'impact sur les bambins d'aujourd'hui est bien réel.

On n'ira pas jusqu'à affirmer péremptoirement que "on n'en fait plus des comme ça de nos jours, ma bonne dame" mais le fait est qu'il est bien malaisé de trouver un équivalent récent à ces oeuvres qui ont balisé notre imaginaire. Et on a rarement vu à l'écran un truc aussi môgnon que Gizmo.

Bref, une efficacité absolue pour le 1er film officiellement classé en PG-13.

Titre original

Gremlins

Date de sortie en salles

5 décembre 1984 avec Warner Bros.

Date de sortie en vidéo

5 avril 2000 avec Warner Bros.

Photographie

John Hora

Musique

Jerry Goldsmith

Support & durée

Blu-ray Warner (2009) region All en 1.85 :1 / 95 min

Commenter cet article

Vance 27/03/2008 21:15

Le sketch pour Twilight Zone était fort bien réalisé, avec un John Lithgow parfait. Il est tiré d'un classique de la série, qui avait été repris avec bonheur dans un épisode des Simpson.

Ramiel 27/03/2008 21:02

Joe Dante avait réalisé un sketch passionnant, dans le film Twilight Zone : le démon - assez crédible - qui s'attaquait à un avion. Avant cela, Hurlements. C'était plutôt baroque, mais pas dénué de talent. Le fantastique y avait toujours un aspect vif, crédible, surprenant, à la fois drôle et inquiétant, prenant. Mon meilleur ami, à l'époque où ces films sortaient, le vénérait.

Vance 27/03/2008 17:56

C'est vrai. Pour moi, tout le côté décalé du film se retrouve dans ce dialogue où Billy discute avec sa copine et qu'elle lui explique pourquoi elle n'aime pas Noël - alors que les Gremlins font déjà des ravages. C'est un humour noir assez pervers dans un film à l'apparence de la facilité.

Ramiel 27/03/2008 11:41

Une certaine matérialisation de la magie de Noël, aussi, ce film agréable : finalement, un peu comme Eyes Wide Shut ! C'est la nuit où chaque réalisateur peut être crédible, lorsqu'il filme ses fantasmes, ses imaginations. Ici, un truc chinois s'y mêle ; ailleurs, ce sera Vénus, Venise !

Nous sommes sociaux !

Articles récents