Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
Memories of Murder en vidéo le 11 juillet 2018
Memories of Murder en vidéo le 11 juillet 2018

Chronique vidéo, par Vance

C'est donc au début de l'été 2018 que La Rabbia ressort, pour son quinzième anniversaire, dans une copie restaurée 4K déjà apprécié par Nico au cinéma (en 2017) [cf. l'article ci-dessous], un film qui a fait date dans l'histoire du cinéma policier international, inspira bon nombre de thrillers du XXIe siècle, propulsa Bong Joon-ho sur le devant de la scène et marqua de son empreinte de nombreux cinéastes, dont Tarantino qui le qualifia instantanément de chef-d'oeuvre et le classa parmi les 20 plus grands films de tous les temps.

C'est beaucoup pour une telle oeuvre que certains, avec le recul et l'affadissement de son aura, estiment surcotée et surtout beaucoup trop frustrante. Il suffit pourtant de la (re)découvrir pour se convaincre de la portée d'un film dont la gestation prit plus d'un an, le réalisateur passant deux trimestres entiers à effectuer les recherches nécessaires afin non seulement d'en tirer les éléments de narration d'un fait qui bouleversa la population coréenne en 1986 mais également les exégèses (dont une pièce de théâtre) qui l'ont exploité.

Memories of Murder en vidéo le 11 juillet 2018

Passablement inspiré par From Hell d'Alan Moore (et davantage par le roman graphique que par le film des frères Hugues à la fin trop décevante), Memories of murder s'attache non seulement à dérouler les faits sordides qui se sont déroulés dans cette campagne au rythme de vie médiéval que le bruit et la fureur technologique de Séoul n'ont pas encore transformée, mais aussi et surtout le contexte psychologique dans lequel évoluent les forces de l'ordre locales, totalement dépassées par l'action du premier serial killer officiellement enregistré au Pays du Matin calme. Dans le rôle de Park, l'officier chargé de monter une section d'enquête spéciale, Kang Ho-song affiche cette bonhomie spécifique déjà appréciée dans Sympathy for Mr Vengeance ou the Host, et qu'on retrouve pour un de ses premiers grands rôles actuellement au cinéma dans Joint Security Area. En policier malade et fanfaron incapable de saisir la complexité de l'affaire qui échappe non seulement à ses compétences d'enquêteur mais également aux techniques d'investigation classiques, il excelle au point que le spectateur n'hésite pas à lui pardonner ses excès de violence rageuse dans ses interrogatoires pathétiques.

Memories of Murder en vidéo le 11 juillet 2018

Le fait de lui adjoindre un enquêteur de la capitale, rompu aux nouvelles technologies, placide et un peu paternaliste occasionne de nombreuses séquences schizophrènes, des disputes homériques et une forme de compétition larvée et osmotique qui finira par les transformer complètement. D'un regard, il comprend que le suspect torturé questionné par la police locale est innocent et que les détectives font fausse route depuis le début. Mais il aura beau appliquer sa science aiguë de l'investigation, poursuivre des rumeurs et interroger des témoins oubliés, il n'aura pas plus de succès que les branquignols dont il constate chaque jour l'inefficacité des méthodes et l'archaïsme des pensées. Et de se laisser gagner par le désespoir et la frustration, deux émotions délétères qui rongent jusqu'à vos principes les plus chers.

Memories of Murder en vidéo le 11 juillet 2018

Memories of murder, avec sa réalisation déjà parfaitement maîtrisée (une science consommée des longs plans, un cadrage millimétré, un tempo mesuré collant aux états d'esprit des protagonistes, un casting adéquat) magnifiquement servie par un score au lyrisme surprenant, dont les choeurs rappellent parfois Morricone, est une expérience fascinante autant que frustrante, jouant avec ce que la Vérité peut avoir de factice, d'illusoire et, surtout, d'éphémère. Les enquêteurs y passent leur temps à croire qu'ils savent, puis constatent leur ignorance, tentent de modeler la réalité à l'image de la Vérité qu'ils espèrent, finissent par peut-être la trouver sans pour autant pouvoir en prouver la valeur et se quittent sur l'amer constat d'un échec existentiel. La Vérité les fuit ou leur glisse entre les doigts, ils ne la reconnaissent pas lorsqu'elle s'affiche et la travestissent lorsqu'elle se dérobe à eux. 

Lancinant, trouble, parfois violent, le film propose déjà ce mélange stimulant des genres, avec une entame bucolique à la Miyazaki, des situations d'un ridicule vaudevillesque et des dialogues surréalistes alternant avec des poursuites haletantes, des séquences cauchemardesques et une tension palpable héritées des plus grands films noirs. Ludique et prenant, l'oeuvre se soumettra aisément à un second visionnage (ou un troisième !) tant sa maîtrise interpelle, sa résolution frustre et son finale, avec ce regard caméra proprement sidérant, vous cloue à votre siège avec la sensation exquisément douloureuse que quelque chose nous a échappé.

Memories of Murder en vidéo le 11 juillet 2018

Un grand film et un bel objet proposé par l'éditeur pour le 15e anniversaire

de sa sortie en salles (en Corée), avec un blu-ray parfaitement détaillé (les nombreuses séquences pluvieuses proposent un luxe de détails hallucinant) sachant éviter le piège des noirs bouchés (la majeure partie du métrage se déroule en nocturne). La V.O. coréenne est agréable et plutôt aisée à suivre, d'autant que le film aligne de longs moments muets.

Parmi les nombreux compléments dont un making-of et les inévitables commentaires audio, on trouvera surtout Retour sur les lieux du crime, un documentaire de Jésus Castro de plus d'une heure auquel ont participé le réalisateur et plusieurs des membres de l'équipe artistique. Le coffret dispose aussi d'un autre élément, aussi imposant que superbe : le storyboard complet relié façon manga, impressionnant par ses détails et déroutant dans sa lecture.

Incontournable.

Titre original

Salinui Cheok  

Date de sortie en salles

23 juin 2004 avec CTV International

Date de sortie en vidéo

24 février 2005 avec CTV International

Photographie

Hyeong-gyu Kim

Musique

Tarô Iwashiro

Support & durée

Blu-ray La Rabbia (2018) region B en 1.85 :1 / 130 min

Memories of Murder en vidéo le 11 juillet 2018

Critique cinéma, par Nico

Le classique de Bong Joon-Ho est ressorti au cinéma dans une superbe version 4K restaurée. Si vous n’avez pas vu cet excellent thriller c’est l’occasion d’y remédier, Memories Of Murder étant l’une des plus grandes réussites récentes du genre. Vivement conseillé, tout en espérant une sortie en vidéo de cette fabuleuse copie.

Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de voir ce thriller coréen sorti en 2004, n’hésitez pas ! Ressortant au cinéma cette année dans une copie restaurée  absolument superbe, Memories Of Murder de Bong Joon-Ho est un classique récent du genre. Un film qui n’a pas usurpé sa réputation de chef d’œuvre, et qui reste encore l’un des meilleurs polars que l’on ait vu depuis longtemps. On pourrait même dire qu’il s’agit d’une œuvre majeure, et qui a inspiré nombre de longs-métrages coréens modernes. Bong Joon-Ho se sert des codes et clichés habituels du thriller afin de dresser le portrait de ses deux inspecteurs aux méthodes radicalement différentes contraints de mener leur enquête ensemble, tout en faisant en sorte de systématiquement déjouer les attentes du public grâce à son talent pour mélanger habilement les genres.

Memories of Murder en vidéo le 11 juillet 2018

Memories Of Murder est certes un polar sombre et angoissant, mais son réalisateur l’agrémente régulièrement de touches d’humour à la limite de la parodie pour mieux souligner l’absurdité et le cynisme de certaines situations invraisemblables dans lesquelles les deux inspecteurs pataugent complètement. Car à mesure que le film avance, l’enquête semble de plus en plus difficile à résoudre et les théories les plus délirantes sont élaborées, mettant en exergue à la fois le désarroi des forces de police, l’incompétence de la justice et la misère dans laquelle vivent tous les protagonistes. Bong Joon-Ho en profite ainsi pour ajouter à son film une sorte de petite critique sociale, comme il l’a fait par la suite dans ses autres longs-métrages. L’intrigue est bien entendu captivante, d’autant qu’elle est tirée de faits réels, jusqu’à un troisième acte à la tension palpable qui risque de vous frustrer comme rarement. La mise en scène est pertinente, mais vous le savez probablement si vous avez déjà vu un film de ce réalisateur. D’ailleurs, si vous connaissez cette œuvre, inutile de vous dire qu’elle vaut le coup d’être vue dans cette nouvelle copie restaurée puisque vous aurez très certainement envie de la revoir au cinéma dès sa sortie.

Avec l’arrivée d’Okja sur Netflix, et la ressortie de son premier chef d’œuvre dans un tout nouveau master, les fans du réalisateur de The Host et Snowpiercer ont vraiment de quoi se réjouir !