Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Memories of Murder : une ressortie en 4K

[critique] Memories of Murder : une ressortie en 4K

[critique] Memories of Murder : une ressortie en 4K

Le classique de Bong Joon-Ho ressort au cinéma dans une superbe version 4K restaurée. Si vous n’avez pas vu cet excellent thriller c’est l’occasion d’y remédier, Memories Of Murder étant l’une des plus grandes réussites récentes du genre. Vivement conseillé, tout en espérant une sortie en vidéo de cette fabuleuse copie.

[critique] Memories of Murder : une ressortie en 4K

Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de voir ce thriller coréen sorti en 2004, n’hésitez pas ! Ressortant au cinéma cette année dans une copie restaurée  absolument superbe, Memories Of Murder de Bong Joon-Ho est un classique récent du genre. Un film qui n’a pas usurpé sa réputation de chef d’œuvre, et qui reste encore l’un des meilleurs polars que l’on ait vu depuis longtemps. On pourrait même dire qu’il s’agit d’une œuvre majeure, et qui a inspiré nombre de longs-métrages coréens modernes. Bong Joon-Ho se sert des codes et clichés habituels du thriller afin de dresser le portrait de ses deux inspecteurs aux méthodes radicalement différentes contraints de mener leur enquête ensemble, tout en faisant en sorte de systématiquement déjouer les attentes du public grâce à son talent pour mélanger habilement les genres.

[critique] Memories of Murder : une ressortie en 4K

Memories Of Murder est certes un polar sombre et angoissant, mais son réalisateur l’agrémente régulièrement de touches d’humour à la limite de la parodie pour mieux souligner l’absurdité et le cynisme de certaines situations invraisemblables dans lesquelles les deux inspecteurs pataugent complètement. Car à mesure que le film avance, l’enquête semble de plus en plus difficile à résoudre et les théories les plus délirantes sont élaborées, mettant en exergue à la fois le désarroi des forces de police, l’incompétence de la justice et la misère dans laquelle vivent tous les protagonistes. Bong Joon-Ho en profite ainsi pour ajouter à son film une sorte de petite critique sociale, comme il l’a fait par la suite dans ses autres longs-métrages. L’intrigue est bien entendu captivante, d’autant qu’elle est tirée de faits réels, jusqu’à un troisième acte à la tension palpable qui risque de vous frustrer comme rarement. La mise en scène est pertinente, mais vous le savez probablement si vous avez déjà vu un film de ce réalisateur. D’ailleurs, si vous connaissez cette œuvre, inutile de vous dire qu’elle vaut le coup d’être vue dans cette nouvelle copie restaurée puisque vous aurez très certainement envie de la revoir au cinéma dès sa sortie.

Avec l’arrivée d’Okja sur Netflix, et la ressortie de son premier chef d’œuvre dans un tout nouveau master, les fans du réalisateur de The Host et Snowpiercer ont vraiment de quoi se réjouir !

Titre original

Salinui Chueok

Date de sortie en salles

(Version restaurée)

5 juillet 2017 avec les Bookmakers/la Rabbia

Date de sortie en salles

23 juin 2004

Date de sortie en vidéo

24 février 2005 avec CTV International

Photographie

Hyeong-gyu Kim

Musique

Tarô Iwashiro

Support & durée

35 mm (4K) en 1.85 :1 / 130 minutes