Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Quand je regarde l'écran, l'écran me regarde.


Juste la fin du monde

Publié par Jennifer sur 25 Septembre 2016, 11:11am

Catégories : #Sur écran : sorties cinéma, #Cinéma 2016, #Adapté au cinéma

Juste la fin du monde

Je sors juste de la séance et dès la moitié du film je savais que j'allais écrire un article dessus. Des mots dans ma tête se chevauchaient, se bagarraient pour chercher la justesse, pour être à la hauteur des messages, des sentiments, de l'explosion de vies que j'avais sous les yeux. Un phénomène rare pour moi car j'écris peu sur les films ; j'aime parfois juste retranscrire quelques citations, quelques dialogues qui m'ont marquée ou touchée mais là c'est de l'œuvre entière dont je veux parler.

Quel film !

Quelles tranches de vies !

Une famille.

Pas la vôtre, pas la mienne, une mère, des frères, une sœur, une épouse.

Et pourtant, on vit avec eux et on les voit se déchirer, on les entend s'aimer et se détester, on est EN chacun d'eux. On se retrouve là dans cette maison, dans ce huis clos oppressant, asphyxiant, en spectateur bousculé, en réalisateur voyeur, en scénariste patient. Les gros plans constants sur les visages nous invitent à être de la famille ; les disputes, les agressions nous obligent à prendre nos distances et les longs silences qui font tant de bien font aussi tant de mal.

Il ne faut pas omettre ces dialogues à deux, ces conversations discrètes, secrètes. Ce long et calme échange entre la mère et le fils si inoubliable, si lourd de sens qui s'oppose à la tension entre les frères.

Une famille - et pourtant seuls les deux étrangers se comprennent, s'allient presque, se défendent et s'apprécient parce qu'ils se ressemblent, parce qu'ils sont à l'écart, parce qu'ils sont discrets. Quant aux autres, ceux qui se connaissent, se côtoient, il n'y a pas d'entente possible, pas d'écoute, aucune compréhension, une surenchère constante de mots, de phrases, d'insultes.

La brutalité face à la passivité, le flot de paroles face à trois mots, l'agressivité face à la retenue.

Et moi dans tout ce bruit, moi qui suis elle, lui, moi qui ai envie de crever l'abcès mais qui ne peux pas, moi qui ne sais pas mais qui veux savoir - ou pas, moi qui n'ai plus. L'absence est lourde, pesante, invalidante, culpabilisante mais elle était nécessaire. Doit-elle l'être encore ?

Et cette attente tout le long du film qui pèse sur les épaules de chacun des personnages, ce besoin de comprendre ou de dire qui humidifie les regards, crispe les sourires et les corps de plus en plus. Les acteurs sont bluffants, une réelle performance pour chacun d'entre eux. Ils nous transmettent tant d'émotions par leurs regards, leurs postures, leurs respirations. Il n'y a pas besoin de parler, il n'y a qu'à être. 

Purée, comme ce film fait mal ! Et pourtant, il fera du bien parce qu'il est une image de tout ce qu'on se cache, comme une caméra sous un voile, un trou de serrure dans nos vies. Il vous chuchote : "Regardez ce que vos décisions, ce que vos mots, ce que vos silences provoquent chez l'un, chez l'autre."

Et puis qu'est-ce qu'une famille ? Comment chaque membre y évolue-t-il, y survit-il ?

Que dire ? Quand le dire ? Comment le dire ? Faut-il le dire ? Pourquoi le dire ?

Simplement écoutons-nous, parlons ensemble, communiquons. Parce qu'il vaut mieux lancer un petit pétard qui démange que laisser s'installer une bombe à retardement qui provoquera des ravages.

Cessons les faux-semblants et commençons par être vrais.

Stoppons les silences de politesse, les sourires de façade et mettons nos sentiments sur la table pour comprendre et être compris, pour ne plus être finalement des étrangers sous un même toit.

Bref un très bon film sur le poids des non-dits, la lourdeur des silences...

Titre original

Juste la fin du monde

Mise en scène 

Xavier Dolan

Date de sortie

21/09/2016 avec Diaphana Distribution

Scénario 

Xavier Dolan d’après la pièce éponyme de Jean-Luc Lagarce  

Distribution 

Gaspard Ulliel, Nathalie Baye, Vincent Cassel, Léa Seydoux & Marion Cotillard

Photographie

André Turpin 

Musique

Gabriel Yared

Support & durée

1.85 : 1 / 95 minutes

 

Synopsis : Après douze ans d’absence, un écrivain retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine. 
Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l’on se dit l’amour que l’on se porte à travers les éternelles querelles, et où l’on dit malgré nous les rancœurs qui parlent au nom du doute et de la solitude.

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents