Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] la Volante : amère vengeance

[critique] la Volante : amère vengeance

[critique] la Volante : amère vengeance

la Volante

Sorti en salles le 2 septembre 2015, la Volante propose un rôle jusque-là inédit dans la carrière déjà riche de Nathalie Baye avec ce personnage de secrétaire intérimaire qui va d’abord intriguer, fasciner puis inquiéter le jeune cadre dans la vie duquel elle va se glisser inexorablement. Voilà que BAC films nous propose de le revoir avec une sortie nationale en DVD et VOD depuis le 5 janvier 2016. Grâce à l'opération Cinétrafic, nous avons pu nous faire une idée.

Tourné en grande partie dans la région lorraine, certaines séquences citadines ayant été réalisées à Metz même (l’accident, l’arrivée à l’hôpital, l’irruption nocturne dans la librairie Geronimo), la Volante prend le parti de délivrer une atmosphère glacée propice aux lourds secrets et assez  proche de ce que Hitchcock mettait en place (Pas de printemps pour Marnie est d’ailleurs la principale source d’inspiration des réalisateurs). Les tons froids de l’image, la sobriété de la partition musicale, la sécheresse des dialogues et des situations concourent à entretenir une sensation permanente d’oppression, d’étouffement et de malaise.

Le film surprend par  son déroulement, alors qu’on s’attend plus ou moins à une œuvre cadrée, un drame au style soigné aux émotions maîtrisées (beaucoup d’éléments nous renvoient à des souvenirs cinématographiques des années 80 : un découpage similaire, un tempo spécifique et une Nathalie Baye qui nous renvoie l’image légèrement altérée du personnage de J’ai épousé une ombre). Le prologue est certes dramatiquement intense avec cet accident sous la pluie, ce jeune père de famille rongé de remords penché sur le corps sans vie de ce jeune homme qui a croisé sa route tandis que sa femme est sur le point d’accoucher dans la voiture. L’intensité monte ensuite d’un cran avec ce montage parallèle entre la délivrance de la parturiente et l’arrivée de la mère du défunt, inconsolable, qui n’accepte pas l’idée même de la mort de son fils.

Le décor, tragique, est planté. Une page se tourne après un intermède de neuf ans. Marie-France est présentée à Thomas : elle est une « volante », un terme un peu désuet désignant une secrétaire intérimaire allant de poste en poste au gré des remplacements (les enseignements parleraient d’une ZILienne) ; lui est devenu un cadre dynamique et prometteur dans l’immobilier. Dès le début, Marie-France va l’intriguer par cette singularité dans son attitude : réservée et peu loquace en société, elle se montre étonnamment efficace dans le travail, appliquant avec un certain autoritarisme des méthodes de classement inédites dans un service qu’elle n’est pas censée occuper longtemps, et elle se permet assez tôt quelques ingérences déplacées dans la vie privée de son supérieur, sous prétexte de gagner en temps et en efficience. Thomas, bien qu’agacé, se doit ensuite de reconnaître la pertinence des prises de position et des initiatives de sa nouvelle secrétaire laquelle, non contente de mettre au jour des problèmes de gestion dans l’entreprise, lui tirera une grosse épine du pied en s’occupant de son fils dont il a la garde alternée.

Marie-France, en très peu de temps, aura donc mis un pied dans l’intimité de celui qu’elle sait être (et dont on sait qu’elle sait, si vous me suivez) l’homme qui mit fin aux jours de son fils. Cela a sans aucun doute demandé une préparation aussi longue que minutieuse, animée par une vengeance inextinguible. Le spectateur, sans être surpris, en est à un stade où il se demande simplement, et avec une angoisse mêlée d’excitation, comment cette vendetta va se concrétiser – et jusqu’où ira cette mère éplorée qui ne laisse transparaître, qu’à de très rares moments, le mal qui la ronge, la hargne qui l’anime et cette furie celée à grand-peine qui confine à la folie.

C’est là que le ton change et qu’une certaine bascule s’opère car les événements vont se précipiter et Marie-France passer à l’action avec fermeté et détermination. Le fait que Thomas, bien que séparé de sa femme, avoue tenter de s’en rapprocher à nouveau, dans l’intérêt de leur enfant commun, n’y est sans doute pas étranger : la secrétaire, désormais totalement intégrée dans le paysage familial de son patron (outre le babysitting du petit, qui se méfie pourtant d’elle, elle s’attire les bonnes grâces du père de Thomas), entre dans une spirale dévastatrice qui la poussera à commettre les actes les plus répréhensibles, mue par une sorte d’urgence. Si le drame monte d’un cran, on y perd en fluidité, en tension, en vraisemblance également et on tend vers un thriller plus violent et sanglant, mais moins stylisé et anxiogène que prévu/promis, avec un finale tendant davantage vers Liaison fatale.

L’ensemble manque ainsi de cohésion, à l’image du jeu des acteurs qui ne sont pas tous au diapason d’une Nathalie Baye proprement habitée. Malik Zidi déçoit quelque peu, manquant singulièrement de charisme et ne parvenant que rarement à délivrer l’empathie nécessaire à son rôle – alors qu’on le sait capable de bien davantage. Johan Leysen, qui interprète son père, un veuf souffrant silencieusement de sa solitude forcée, est en revanche une délicieuse surprise, tout en finesse et en élégance.

 

Un film prometteur mais inabouti, hésitant entre le drame glacé et le polar sanglant sans parvenir à mettre du liant.

 

 

Titre original

La Volante

Mise en scène 

Christophe Ali & Nicolas Bonilauri

Date de sortie France 

2 septembre 2015 avec BAC Films

Scénario 

Christophe Ali

Distribution 

Nathalie Baye, Malik Zidi & Johan Leysen

Musique

Jérôme Lemonnier

Photographie

Nicolas Massart

Support & durée

DVD BAC Films (2016) zone 2 en 2.35:1 / 87 min

 

Résumé : Alors qu’il emmène sa femme à la maternité pour accoucher, Thomas percute et tue un jeune homme sur la route. Marie-France, la mère de ce dernier, ne parvient pas à se remettre du drame. Neuf ans plus tard, elle devient la secrétaire de Thomas sans qu’il sache qui elle est. Peu à peu, elle s’immisce dans sa vie et sa famille jusqu’à lui devenir indispensable.