Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] A Perfect Day, Un Jour Comme Un Autre

[critique] A Perfect Day, Un Jour Comme Un Autre

[critique] A Perfect Day, Un Jour Comme Un Autre

Etrange film que ce A Perfect Day, sorte de comédie satirique dénonçant l’absurdité d’un contexte de guerre où l’entre-aide est devenue source de conflit, où des petits groupes d’individus œuvrent pour la même cause tout en ne parvenant pas à s’entendre. On y suit une poignée d’humanitaires dans une journée type, faite de routine et de petits imprévus pouvant parfois prendre des proportions démesurées. Un ovni, où le désespoir est désamorcé par un humour décapant, servi par un casting aussi surprenant qu’évident.

Le film de Fernando León De Aranoa fait partie de ces inclassables, mélangeant les genres avec une facilité déconcertante. A Perfect Day est un drame, mais c’est également une comédie. Il nous parle d’une guerre dans une autre guerre. Celle que mène un petit groupe d’humanitaires pour remettre de l’ordre, en aidant les populations, au milieu d’un conflit armé s’étant prolongé malgré les accords de paix. Des personnages qui luttent contre le désespoir, la haine, la peur, mais également contre les décisions illogiques de leur propre hiérarchie, contre celles de leurs homologues, et contre eux-mêmes.

A Perfect Day s’attache à nous montrer l’un de ces groupes. Il y a le vétéran, découragé et désireux de rentrer enfin chez lui, le professionnel, tellement habitué par la réalité du terrain qu’il en est devenu fou et ne trouve plus sa place où que ce soit, la jeune recrue, idéaliste, et l’experte en logistique, s’appuyant constamment sur les lois et la procédure au détriment de la logique. Tous ces individus œuvrent pour la même cause sans pour autant parvenir à s’entendre. Un conflit dans un conflit, donc, celui du bon sens contre l’absurde.

Le réalisateur connaît bien le quotidien de ces personnages, ayant tourné quelques documentaires dans des pays en guerre. Il choisit ici de nous montrer une journée type, faite de routine et de petits imprévus pouvant parfois prendre des proportions démesurées. Des gens qui agissent, toujours en mouvement, quitte à tourner en rond. Des situations surréalistes qui feraient presque penser à un long-métrage des frères Coen. Lorsque le film commence, il y est question de remonter un corps jeté dans le puits d’un village afin d’y contaminer l’eau. La corde qu’utilise le personnage principal cède sous le poids. Et voici toute la bande d’humanitaires à la recherche d’une corde de remplacement pendant la moitié du film. Un pitch simple, pour une histoire tordue, hautement symbolique de tout un contexte mêlant volonté et renoncement, où l’obstination à trouver une solution au moindre petit problème devient un acte de courage et d’héroïsme. Le désespoir est désamorcé par un humour décapant.

A Perfect Day est une sorte de comédie satirique, un film qui tente de saisir toute la complexité des protagonistes dont le travail consiste à apporter un peu d’espoir aux autres tandis que ceux-ci semblent en être dépourvus. Un film ovni, dont la mise en scène inspirée renforce un récit à la fois éprouvant et vraiment drôle, servi par un casting aussi surprenant qu’évident.

 

 

 

Titre original

A Perfect Day

Mise en scène 

Fernando León De Aranoa

Date de sortie

16/03/2016 avec UGC

Scénario 

Fernando León De Aranoa, Diego Farias & Paula Farias

Distribution 

Benicio Del Toro, Tim Robbins, Mélanie Thierry, Olga Kurylenko & Fedja Stukan

Photographie

Alex Catalán

Musique

Arnau Bataller

Support & durée

2.35 : 1 / 106 minutes

 

Synopsis : Un groupe d’humanitaires est en mission dans une zone en guerre : Sophie, nouvelle recrue, veut absolument aider ; Mambru, désabusé, veut juste rentrer chez lui ; Katya, voulait Mambru ; Damir veut que le conflit se termine ; et B ne sait pas ce qu'il veut.