Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Sea Fog, Les Clandestins

[critique] Sea Fog, Les Clandestins

[critique] Sea Fog, Les Clandestins

Lorsque le scénariste Sung Bo Shim décide de mettre en scène son premier long-métrage sous la supervision de son comparse Bong Joon-Ho, l'on est en toute logique extrêmement impatients d'en découvrir le résultat. Et si celui-ci s'avère parfois un peu maladroit, l'on ne pourra nier que Sea Fog, Les Clandestins est un film enthousiasmant et ambitieux.

Evidemment que nous étions extrêmement impatients de découvrir le premier long-métrage de Sung Bo Shim, co-scénarisé par Bong Joon-Ho (The Host, Snowpiercer). Le scénariste et le metteur en scène à l'origine de Memories Of Murder sont de nouveau réunis, mais échangent cette fois-ci de casquette pour porter ce Sea Fog Les Clandestins sur grand écran. Le résultat, comme nombre de films sud-coréens, étonne par la facilité avec laquelle les auteurs alternent les genres, sans donner l'impression de se limiter mais préférant se laisser en quelque sorte guider par les nécessités d'un récit difficile à « étiqueter » et très ambitieux.

Pour vous donner une idée, Sea Fog c'est au départ une pièce de théâtre, transposée au cinéma d'abord sous la forme d'une sorte de drame social, puis d'un thriller, avant de peu à peu basculer vers un survival tendance horrifique voire carrément fantastique. Plutôt osé pour une première oeuvre, d'autant que la réalisation de Shim s'adapte à chaque ton abordé avec une efficacité remarquable. On tiquera néanmoins sur la gestion de ces ruptures de ton, parfois maladroite. Il est par exemple franchement audacieux de faire basculer celui que l'on pensait être le héros de l'histoire dans la folie, mais l'on a la sensation que tout s'enchaîne trop rapidement pour être totalement crédible. Même constat avec la romance entre les deux jeunes, trop empressée pour être naturelle ou simplement vraisemblable pour le public. La faute à un montage qui ne laisse pas assez respirer le récit, certes pour mieux contribuer à rendre oppressant et déstabilisant ce huis clos, et à un trop-plein d'idées pas forcément toutes exploitées correctement. Toutefois, il est complexe de vous en parler plus sans vous gâcher les nombreuses surprises du film, car s'il cherche à être pertinent dans sa critique d'un contexte social « réaliste », il paraît souvent modéré par cette apparence de divertissement imprévisible allant crescendo dans le grand-guignol assumé.

Quoi qu'il en soit, rien qui ne doit vous empêcher de tenter l'expérience, car Sea Fog est constamment enthousiasmant, d'une maîtrise formelle indéniable (sa photo est par exemple superbe), interprété par de grands acteurs au jeu parfois volontairement outrancier (autant vous prévenir), et mis en scène par un réalisateur vraiment très prometteur.

Du très bon !

 

 

Titre original

Haemoo

Mise en scène 

Sung Bo Shim

Date de sortie

1er avril 2015 avec the Jokers/le Pacte

Scénario 

Sung Bo Shim & Joon-Ho Bong

Distribution 

Yun-Seok Kim, Park Yu-Chun, Ye-Ri Han, Sang-Ho Kim & Seung-Mok Yoo

Photographie

Alex Hong Kyung-Pyo & Kim Chang-Ho

Musique

 

Support & durée

35 mm en 2.35 : 1 / 105 minutes

 

Synopsis : Capitaine d’un bateau de pêche menacé d’être vendu par son propriétaire, Kang décide de racheter lui-même le navire pour sauvegarder son poste et son équipage. Mais la pêche est insuffisante, et l’argent vient à manquer. En désespoir de cause, il accepte de transporter des clandestins venus de Chine. Lors d’une nuit de tempête, tout va basculer et la traversée se transformer en véritable cauchemar…