Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Hunger Games : La Révolte, Partie 1

[critique] Hunger Games : La Révolte, Partie 1

C'est donc l'avant-dernière partie de la saga qui sort dès aujourd'hui. Hunger Games La Révolte Partie 1 se veut comme l'épisode qui marque réellement l'entrée de la désormais célèbre Katniss Everdeen dans la bataille qui oppose les Districts au Capitole en en faisant un véritable symbole de la rébellion. Les amateurs seront ravis, d'autant que le récit sort du schéma instauré dans les deux premiers opus. Reste que l'on a encore la sensation de n'avoir vu - encore une fois - qu'une oeuvre incomplète, sans début ni fin, dont la structure fait davantage penser à un épisode de série télé, et qu'il faudra attendre, comme d'habitude, avant d'avoir enfin la fameuse révolte annoncée depuis plusieurs films.

Attendu avec une certaine impatience par les fans de la franchise, Hunger Games La Révolte Partie 1 arrive sur nos écrans dès aujourd'hui, et nul doute qu'il s'agira de l'un des plus gros cartons cinématographique de l'année. Prenant exemple sur les sagas Harry Potter et Twilight, le dernier chapitre littéraire des aventures de la jeune Katniss Everdeen se voit également scindé en deux films, histoire de faire durer un peu plus longtemps le plaisir (ou de continuer à traire la vache à lait, c'est une question de point de vue). Peu de changements dans ce nouvel épisode, qui ne devrait pas réconcilier les détracteurs avec cet univers dystopique qui reste relativement insipide (toujours les gentils pauvres des Districts contre les grands méchants du Capitole, niveau manichéisme on ne peut faire plus) et - sans condescendance - très orienté ados, mais devrait néanmoins faire le bonheur des amateurs des deux précédents films, qui sont des produits de qualité et des divertissements très recommandables. Si Hunger Games et Hunger Games L'Embrasement pouvaient parfois être redondants voire carrément longuets dans la mise en place de leurs enjeux respectifs, Hunger Games La Révolte Partie 1 tente de se démarquer un peu du concept de base (une sorte de jeu du cirque dans lequel les puissants du Capitole entretiennent la servitude et l'oppression des habitants des Districts pauvres) en amenant son héroïne principale à faire ce qu'elle était censée faire depuis un épisode : se rebeller contre le système une bonne fois pour toute ! Finis les combats entre adolescents dans une arène, place à la véritable bataille qui va conduire Katniss Everdeen à devenir le symbole de tout un peuple. De quoi apporter un peu de nouveauté à ce troisième épisode qui en avait grandement besoin afin de continuer à maintenir l'intérêt du public. On y trouve ainsi quelques très intéressantes séquences, notamment celles qui concernent l'équipe de tournage qui suit Katniss dans le but de la modeler et de lui apprendre à devenir l'emblème de la révolte (avec une légère critique en toile de fond sur la manipulation par les médias), ou encore cette chanson obsédante qui permet au film de gagner un peu en émotion. Pas de quoi crier au génie, mais cela fait plaisir de sortir du schéma instauré dans les deux premiers épisodes.

On pourra en revanche continuer de se demander si 4 films étaient nécessaires pour raconter toute cette épopée, d'autant que ce troisième opus est beaucoup moins long que ses prédécesseurs. Peut-être aurait-il, pour le public évidemment, mieux valu n'avoir qu'un seul film de 3 heures pour ce dernier chapitre, au lieu de deux parties de 2 heures chacune. Cela aurait permis aux scénaristes de réaliser un vrai travail d'adaptation en laissant de côté les passages dispensables qui ralentissent considérablement le rythme du récit. Et cela ne nous aurait pas donné l'impression encore une fois de n'avoir droit qu'à une oeuvre incomplète (au contraire des Harry Potter et autre Twilight précités qui réussissaient souvent à boucler certains arcs narratifs à chaque film). L'on en vient à imaginer que la franchise aurait été plus judicieuse à la télévision. Du coup, il faudra encore attendre pour connaître la fin de l'histoire, et pour avoir droit à assister à cette fameuse révolte que l'on nous rabâche à longueur de temps. Car cet épisode n'est pas le plus généreux en action, même si celle-ci est très bien filmée, et reste toujours aussi bavard. On continuera également à trouver un léger manque d'empathie pour les personnages, ceux-ci agissant sans que l'on ne se sente impliqué avec eux. La faute sans doute à un premier épisode qui n'a pas su poser les bases correctement, et un univers dont la structure reste encore incompréhensible (mais pourquoi les Districts n'ont-ils pas voulu se révolter plus tôt ?).

On appréciera cependant l'interprétation sans faute de l'ensemble des acteurs, Jennifer Lawrence étant toujours aussi crédible et Julianne Moore s'avérant une recrue appréciable. Il ne reste plus qu'à espérer que la dernière partie, que l'on attend tout de même avec une certaine impatience, ne soit pas décevante compte tenu de toute cette mise en place (trois films que l'on parle de cette bataille) et de cette frustration.

Vivement Hunger Games La Révolte Partie 2 donc !

 

 

Titre original

The Hunger Games :   Mockingjay Part 1

Mise en scène 

Francis Lawrence

Date de sortie

19/11/14 avec Metropolitan

Scénario 

Peter Craig & Danny Strong d'après Suzanne Collins

Distribution 

Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth, Woody Harrelson, Elizabeth Banks, Stanley Tucci, Philip Seymour Hoffman, Donald Sutherland, Julianne Moore & Jeffrey Wright

Photographie

Jo Willems

Musique

James Newton Howard

Support & durée

2.35 : 1 / 124 minutes

 

Synopsis : Katniss Everdeen s’est réfugiée dans le District 13 après avoir détruit à jamais l’arène et les Jeux. Sous le commandement de la Présidente Coin, chef du district, et suivant les conseils de ses amis en qui elle a toute confiance, Katniss déploie ses ailes pour devenir le symbole de la rébellion. Elle va se battre pour sauver Peeta et libérer le pays tout entier, à qui son courage a redonné espoir.

[critique] Hunger Games : La Révolte, Partie 1