Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
Ninja Turtles : tortues pas si géniales

Ninja Turtles : tortues pas si géniales

Ninja Turtles : tortues pas si géniales

Un gros pétard mouillé que ce Ninja Turtles qui se plante dans quasiment tout ce qu'il entreprend. La faute à une mise en scène sans génie et à un scénario ultra balisé qui ne parvient jamais à donner de la personnalité à son quatuor de super héros. Quelques séquences pourront néanmoins amuser les plus jeunes, qui apprécieront la légèreté du spectacle.

Alors qu'il aurait pu créer la surprise en proposant un divertissement débile mais efficace, coloré et rythmé - comme sa durée le laissait présager - on retient de Ninja Turtles cette sensation d'avoir vu un film « tiède », le cul entre deux chaises, qui ne sait pas vraiment à qui il doit s'adresser. D'un côté, il tente vainement de flatter le côté geek des trentenaires, ceux qui ont connu la Tortues Ninja Mania à la fin des années 80/début des années 90, à grand renfort de références à la série animée ou de dialogues clins d'oeil à la culture populaire (Batman, Harry Potter, Star Wars), de l'autre, il accumule les blagues régressives (ou scato) qui ne devraient - peut-être - faire rire que les plus jeunes et faire frissonner de honte les spectateurs les plus âgés.

Le problème est que le film ne parvient pas à maintenir un équilibre capable de contenter tout le monde, et que quitte à enfin choisir une ligne directrice claire autant y aller à fond. En regardant ce reboot, on a surtout l'impression qu'il ne devrait s'adresser qu'aux enfants, ceux qui ne connaissent pas forcément la licence sur le bout des doigts. C'est probablement la direction qu'ont voulu prendre les auteurs, mais comme il aurait été idiot de se couper une partie du public « historique », il leur a fallu tenter de concilier les deux générations de spectateurs. En témoigne la brève introduction (générique) animée, très réussie, suffisamment concise pour ne pas ennuyer les connaisseurs et plongeant directement et intelligemment les novices dans l'univers de ces tortues géniales. Malheureusement, ce qui suit n'est pas à la hauteur, les scénaristes ne prenant pas suffisamment de temps pour installer l'intrigue - le clan des Foot ne représente en rien une menace crédible - et caractériser les personnages - il y avait vraiment matière à rendre leurs interactions plus palpitantes. On se retrouve ainsi devant un récit vu et revu (on pense notamment à The Amazing Spider-Man dont il reprend quasiment toute la structure scénaristique, à savoir une vague histoire impliquant les recherches scientifiques du père d'April ainsi que le plan du méchant qui est similaire) aux personnages fades (on ne ressent aucune empathie pour Splinter, Shredder manque de profondeur, le collègue d'April n'a aucune utilité dans l'histoire…).

Heureusement, le film n'est pas avare en scènes d'action, et si elles ne sont pas toutes mises en scène avec talent (on parle de Jonathan Liebesman quand même !), elles n'en demeurent pas moins plutôt amusantes. On pourra notamment se dérider devant la fameuse poursuite dans la neige (ah oui ! Il y a bien des montagnes enneigées à côté de New-York), qui arrive à jouer avec la complémentarité de chaque membre de l'équipe. On regrettera juste que le méchant Shredder (le seul personnage au design réussi, les tortues sont immondes par contre) ne soit pas plus présent, servant uniquement de rival de luxe lors de deux ou trois scènes (à l'image de sa sbire, la chef du clan, dont le rôle n'a aucune justification dans le scénario). Finalement, c'est April qui s'en sort le mieux, bien interprétée par une Megan Fox apparemment très à l'aise dans le rôle de cette journaliste aventureuse.

Allez, malgré tous les petits instants embarrassants, malgré l'humour douteux, malgré la direction artistique qui ne sera pas du goût de tout le monde, on peut tout de même dire que Ninja Turtles - qui a tout du navet sympathique - se laisse regarder sans effort (surtout en 3D relief). On pourrait même l'apprécier pour ce qu'il est, un objet filmique un peu déviant qui se plante dans quasiment tout ce qu'il entreprend, mais qui titille suffisamment la fibre nostalgique des fans qui auront de toute évidence envie de le voir, peu importe ses qualités. N'atteignant pas la réussite (si si) de la saga Transformers, Ninja Turtles produit par Bay n'est qu'un simple blockbuster sans imagination.

A réserver aux teens peut-être, qui souhaiteraient voir un spectacle léger et inoffensif.

 

Titre original

Teenage Mutant Ninja Turtles

Mise en scène 

Jonathan Liebesman

Date de sortie

15 octobre 2014 avec Paramount Pictures

Scénario 

Josh Appelbaum, Evan Daugherty & André Nemec d’après l’œuvre de Peter Laird & Kevin Eastman

Distribution 

Megan Fox, Will Arnett, William Fichtner, Alan Ritchson, Noel Fisher, Pete Ploszek & Jeremy Howard

Photographie

Lula Carvalho

Musique

Brian Tyler

Support & durée

35 mm en 2.35 :1 / 100 minutes

 

Synopsis : Tenez-vous prêts : quatre héros de légende vont bientôt faire parler d’eux à New York…
Leonardo, le leader, Michelangelo, le beau gosse, Raphael, le rebelle et Donatello, le cerveau, vont tout faire pour défendre la ville de New York, prise entre les griffes de Shredder. Entre deux dégustations de pizzas (sans anchois, bien sûr) et un entraînement intense aux arts martiaux, prodigué par leur maître Splinter, ils vont accomplir leur destin, aidés par la courageuse reporter, April O’Neil.

Ninja Turtles : tortues pas si géniales