Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Maintenant ou Jamais : c'est bientôt !

[critique] Maintenant ou Jamais : c'est bientôt !

Très bon polar que ce Maintenant Ou Jamais, qui, avec un sujet plus que jamais dans l'air du temps, porte particulièrement d'attention à la crédibilité de l'interprétation de son trio d'acteur principal. On passera volontiers sur les petites incohérences du récit pour se laisser embarquer dans cette belle histoire au suspens indéniable.

Il ne faudra pas fixer son attention sur les quelques petites absurdités qui parsèment le nouveau film de Serge Frydman, scénariste et collaborateur de Patrice Leconte, pour l'apprécier. Quelques légers illogismes probablement conscients, dans cette histoire de braquage, et qui devraient être plutôt perçus comme des facilités narratives volontairement intégrées au long-métrage dans un souci de rythme et d'efficacité. Il faut dire que Maintenant Ou Jamais ne dure que 95 minutes, et que ce qui intéresse ici son auteur ce n'est pas tant de détailler au public la mise en œuvre du casse de la banque à proprement parler, mais davantage d'expliquer les raisons qui poussent cette mère de famille ordinaire à vouloir enfreindre la loi. C'est dans cette optique que le film devient une franche réussite : Frydman parvient à décrire avec beaucoup de clairvoyance le long cheminement psychologique qui s'effectue dans l'esprit du personnage de Leïla Bekhti. On la comprend, on l'approuve, on doute d'elle, on la craint, on l'encourage, bref, elle ne laisse pas indifférent. Un rôle exceptionnel pour une Leïla Bekhti qui l'est tout autant, faisant preuve d'un immense talent pour rendre crédible chaque action, y compris les plus borderline, de son personnage. Son interprétation est clairement le plus grand atout du film, même s'il faut noter qu'elle est très bien épaulée par Nicolas Duvauchelle et Arthur Dupont, troublants tous deux dans des rôles antagonistes.

Des personnages idéalement caractérisés pour permettre aux spectateurs de s'impliquer à fond avec eux. Et c'est grâce à cette empathie et à une très intéressante mise en place des enjeux du film que le réalisateur parvient à insuffler à son récit une bonne dose de suspens, car les protagonistes de Maintenant Ou Jamais semblent prêts à tout pour se sortir de leur impasse, y compris à surprendre le public par des décisions a priori inconcevables pour des gens « ordinaires ».

 

Un très bon polar amoral, donc, teinté d'ironie, rehaussé par une bande originale adéquate et une mise en scène qui ne s'embarrasse pas d'effets tapageurs pour raconter son histoire. N'hésitez pas, un très bon film. 

 

 

Titre original

Maintenant ou jamais

Réalisation 

Serge Frydman

Date de sortie

3 septembre 2014 avec Mars Distribution

Scénario 

Serge Frydman

Distribution 

Leïla Bekhti, Nicolas Duvauchelle & Arthur Dupont

Photographie

Pierre-Hugues Galien

Musique

Laurent Delez Del Mar

Support & durée

35 mm 2.35 :1 / 95 min

 

Synopsis : Quand on est une mère de famille, en principe, on ne braque pas les banques. 

Mais par les temps qui courent, ça peut être une solution pour assurer l'avenir de son foyer, et ne pas renoncer à ses rêves. Même si jouer les voleuses peut vite devenir dangereux, et les mauvaises rencontres se transformer en histoire d'amour…

Titre original

Maintenant ou jamais

Réalisation 

Serge Frydman

Date de sortie

3 septembre 2014 avec Mars Distribution

Scénario 

Serge Frydman

Distribution 

Leïla Bekhti, Nicolas Duvauchelle & Arthur Dupont

Photographie

Pierre-Hugues Galien

Musique

Laurent Delez Del Mar

Support & durée

35 mm 2.35 :1 / 95 min

 

Synopsis : Quand on est une mère de famille, en principe, on ne braque pas les banques. 

Mais par les temps qui courent, ça peut être une solution pour assurer l'avenir de son foyer, et ne pas renoncer à ses rêves. Même si jouer les voleuses peut vite devenir dangereux, et les mauvaises rencontres se transformer en histoire d'amour…

[critique] Maintenant ou Jamais : c'est bientôt !