Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Il était temps : back in time
[critique] Il était temps : back in time

Ce sympathique film de 2013 aurait mérité une plus grande notoriété, en partie réparée lors de sa première exploitation en vidéo. Il ressort aujourd'hui en DVD, Blu-ray et dans un coffret comprenant également Good Morning England et Love actually.

S'il était placé sur ma longue liste de regrets pour 2013, c'est que cette comédie romantique avait deux atouts majeurs, qui en faisaient pour moi un incontournable : il était dirigé par le créateur de Love actually, que je me lasse pas de visionner, et disposait de Bill Nighy dans sa distribution, ce comédien particulier à la voix et aux mimiques inimitables, capable de donner un "sel" singulier aux rôles qu'il endosse. En outre - et c'est tout l'avantage du visionnage en vidéo - le recul me permettait de savoir que le film avait enregistré bon nombre de commentaires très positifs, avec une note plus que satisfaisante au Palmarès de 2013 (32e avec une moyenne de 3,72/5). Je voyais déjà un traitement hors du commun du thème de voyage temporel, avec ce savoureux mélange de malice et de tendresse qui caractérise les oeuvres de Curtis.

Or j'ai fini ma séance plongé dans la perplexité.

Non pas que le film soit mauvais, ou même raté. Sa direction d'acteurs est remarquable, son casting est plutôt réussi (je ne reviendrai pas sur Nighy, qui parvient en outre à être plus que troublant : touchant - et n'épiloguerai pas sur Rachel McAdams, complètement et définitivement adorable, parvenant à éclipser le charme de Margot Robbie ; on met juste un certain temps à s'habituer au visage ahuri de Domnhall Gleeson avant de, finalement, le trouver convaincant). Le score est savamment orné d'un choix de chansons subtilement orientées et la côte des Cornouailles offre un superbe pendant aux rues londoniennes. Enfin, on saluera cette faculté d'alterner avec bonheur les dialogues enlevés, les situations loufoques et les petits drames qui sont les briques d'une vie ordinaire. Cette vie ordinaire portée aux nues, idéalisée dans un message amené avec suffisamment d'élégance pour ne pas paraître suspect.

Il m'y a manqué quelque chose, cependant. Un je-ne-sais-quoi de trop, ou en moins. Le mélange a-t-il cette fois moins bien pris ? Difficile à dire. J'ai d'abord senti une sorte de frustration pour une histoire beaucoup trop sage, chiche en vraies surprises, mettant un certain temps à démarrer véritablement (afin de nous faire goûter aux personnages délicatement dépeints) mais sans véritable point d'orgue, avec une dernière demie-heure beaucoup trop attendue. Si l'on pourra admettre qu'il était finalement assez révolutionnaire d'utiliser un thème de SF avec autant de légèreté et sans apporter la moindre once d'explication, on ne peut s'empêcher de sentir floué de la manière dont le gimmick du retour en arrière (avec son lot de conséquences incontrôlables) est utilisé. Pour le coup, ça ne tient pas la comparaison avec Un jour sans fin (vu récemment dans le cadre du ciné-club, en hommage au regretté Harold Ramis), ni même avec l'animé la Traversée du temps, tellement plus mouvementé et inventif.

Les intentions des scénaristes comme du metteur en scène étaient certainement ailleurs que dans ce prétexte à quelques quiproquos et discussions quasi surréalistes (la désinvolture de Bill Nighy dans le rôle du père est un régal). Sans doute dans la construction de ce duo amoureux, mais aussi et surtout dans sa continuité. Car ce qui surprend le spectateur aguerri, c'est que le but du film n'est pas que le narrateur rencontre enfin sa dulcinée qui lui déclarera sa flamme : on nous fait vite comprendre que c'est du tout cuit. On s'oriente plutôt vers l'observation de ce qui se passe après le coup de foudre : cette vie de couple et sa routine si dangereuses pour la romance. Du coup, bien que formaté en apparence sur un modèle archiconnu, Il était temps prend son importance (et la majeure partie de son intérêt) dans ce qu'il a, après tout, de moderne - et de pertinent. Sa structure laisse passer quelques baisses de rythme et peut facilement dérouter le spectateur ; néanmoins, s'il a adhéré aux personnages, ce dernier se régalera de ces petits riens, ces instants fragiles, ces sourires de porcelaine, toutes ces maladresses et ces tracas qui meublent la vie de chacun et la rendent systématiquement incomparable (pour peu qu'on veuille la voir - le choix de la photo de l'affiche est flagrant - celui d'une cérémonie ratée qui, par le fait même, n'en deviendra que plus précieuse).

En ce sens, et même s'il séduira moins facilement, moins immédiatement, qu'un Love actually ou 4 mariages & un enterrement, Il était temps devrait se bonifier avec le temps, gagner à être revu.

Moins drôle, moins émouvant, il sait faire sourire et toucher.

Et puis, il y a Bill Nighy.

Le DVD délivre une image agréable aux tons pastels, plutôt bien définie. La VO passe à merveille, sans que les chansons ne perturbent les dialogues.

 

Titre original

About time

Réalisateur

Richard Curtis

Date de sortie en salles

6 novembre 2013 avec Universal Pictures

Date de sortie en DVD

25 mars 2014 avec Universal Pictures

Scénario

Richard Curtis

Distribution

Domnhall Gleeson, Bill Nighy, Margot Robbie & Rachel McAdams

Photographie

John Guleserian

Musique

Nick Laird-Clowes

Support & durée

DVD Universal (2014) zone 2 en 2.40 :1 /123 min

 

Synopsis : À l’âge de 21 ans, Tim Lake découvre qu’il a la capacité de voyager dans le temps... Lors de la nuit d’un énième nouvel an particulièrement raté, le père de Tim apprend à son fils que depuis des générations tous les hommes de la famille maîtrisent le voyage intertemporel. Tim ne peut changer l’histoire, mais a le pouvoir d’interférer dans le cours de sa propre existence, qu’elle soit passée ou à venir... Il décide donc de rendre sa vie meilleure... en se trouvant une amoureuse. Malheureusement les choses s’avèrent plus compliquées que prévu. Tim quitte les côtes de la Cornouailles pour faire un stage de droit à Londres et rencontre la belle et fragile Mary. Alors qu’ils tombent amoureux l’un de l’autre, un voyage temporel malencontreux va effacer cette rencontre. C’est ainsi qu’au fil de ses innombrables voyages temporels il n’a de cesse de ruser avec le destin afin de la rencontrer pour la première fois, encore et encore, jusqu’à ce qu’il arrive à gagner son coeur. Tim se sert alors de son pouvoir afin de créer les conditions idéales pour la demande en mariage parfaite, pour sauver la cérémonie à venir du discours catastrophique du pire des garçons d’honneur imaginable mais aussi pour épargner à son meilleur ami un désastre professionnel. Mais alors que le cours de sa vie inhabituelle se déroule, Tim découvre que ce don exceptionnel ne lui épargne pas la peine et les chagrins qui sont communs à n’importe quelle autre famille partout ailleurs.

[critique] Il était temps : back in time