Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Iron Man 3 : sombre, débridé & cool

[critique] Iron Man 3 : sombre, débridé & cool

 

Une nouvelle menace terroriste, en la personne du Mandarin, plane sur le monde. Tony Stark aura fort à faire pour la contrecarrer, tout en gérant ses insomnies fréquentes et son passé qui le hante.

Iron-Man-3.02.jpg

Le début du film, plus sombre qu'à l'accoutumée, permet d'explorer le héros dans son humanité, mais le reste du métrage peine à justifier ce parti pris. Mis à part cet écueil, le spectacle est grandiose. L'humour fait mouche, l'action est débridée et pleine de surprises, et Downey Jr. n'a rien perdu de sa coolitude légendaire. Ebouriffant une fois lancé, cet épisode est probablement le plus abouti de la trilogie.

 

N.B. : comme d'habitude, ne pas oublier de rester jusqu'à la fin du générique !

 

 

Ma note (sur 5) :

4

Note moyenne au Palmarès (sur 12 notes) :

3,46

 


 

 Iron Man 3.01

Titre original

Iron Man 3

Mise en scène 

Shane Black  

Production 

Marvel Studios & DMG Entertainment

Distribué en France par

Walt Disney

Date de sortie France 

24 avril 2013

Scénario 

Shane Black & Drew Pearce

Distribution 

Robert Downey Jr, Gwyneth Paltrow, Don Cheadle, Ben Kingsley & Guy Pearce

Durée 

140 min

Musique

Brian Tyler

Photographie

John Troll

Support 

35 mm

Image 

2.35:1 ; 16/9

Son 

VF & VO DD 5.1

 

Synopsis : Tony Stark, l’industriel flamboyant qui est aussi Iron Man, est confronté cette fois à un ennemi qui va attaquer sur tous les fronts. Lorsque son univers personnel est détruit, Stark se lance dans une quête acharnée pour retrouver les coupables. Plus que jamais, son courage va être mis à l’épreuve, à chaque instant. Dos au mur, il ne peut plus compter que sur ses inventions, son ingéniosité, et son instinct pour protéger ses proches. Alors qu’il se jette dans la bataille, Stark va enfin découvrir la réponse à la question qui le hante secrètement depuis si longtemps : est-ce l’homme qui fait le costume ou bien le costume qui fait l’homme ?