Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Ciné-Club : le Grand Silence

[critique] Ciné-Club : le Grand Silence

sensation 5 cinéclub

Le film de Sergio Corbucci fait partie des références en matière de western "spaghetti". Le fait de l'avoir vu après la Trilogie du dollar permet de noter les similitudes et les différences de traitement entre un Leone et le père du premier Django. On est vraiment dans l'ambiance glauque des productions italiennes, avec un Far-West sordide, sale, macho et cruel où les principes et les grandes valeurs, soulignées dans les productions américaines, disparaissent au profit du plus fort, ou du plus malin, en tous cas de celui qui aura la plus grande volonté de survivre.

le-Grand-silence-03.jpg

Plus crépusculaire que les trois premiers Leone, il se rapproche du radicalisme de Il était une fois dans l'Ouest : ces montagnes de l'Utah constamment enneigées montrent un pays qui est loin d'être le paradis sur Terre, avec des villageois vivant sous la coupe réglée des sans-abris planqués dans les montagnes et d'un banquier véreux dirigeant la ville en cumulant les mandats. Assez proche de l'Homme sans nom, Silence est carrément muet (un flashback nous apprend pourquoi) et sa vie est entièrement calquée sur un besoin fondamental de vengeance, qui trouvera écho dans celui d'une jeune veuve : Trintignant est carrément parfait dans le personnage. Cette fois, Corbucci renverse les rôles, le chasseur de primes n'étant plus le héros, mais un être violent et machiavélique (superbe Kinski). On a droit à de magnifiques plans très graphiques de chevauchées dans la neige, et quelques jolis petits panoramiques qui viennent dynamiter les traditionnels champs-contre-champs et compensent une utilisation trop systématique des zooms/dézooms vertigineux. Mais la caméra manque de stabilité dans les très gros plans et certaines scènes d'extérieur accusent un nombre de prises influant sur des optiques soumises à rude épreuve (dans le froid) ; les premières minutes montrent aussi un curieux effet de grille sur certaines images et l'ensemble affiche un gros manque de définition.


le-Grand-silence-02.jpgLe film perturbe par son rythme indolent, qui a perdu plusieurs des spectateurs de ce ciné-club (certains ont même somnolé) et qui s'accorde étrangement avec le lyrisme de la partition de Morricone, très enlevée ; ses dialogues manquent souvent d’aplomb et n’ont pas l’impact de ceux des films de Leone. Mais c’est avant tout son côté nihiliste qui retient l’attention : il a d’ailleurs rebuté bon nombre d'exploitants (la fin, surprenante et osée, est de loin la plus sombre des films du genre : l'influence de Peckinpah est patente, mais semble avoir engendré une réaction radicalement différente du traitement d'un Mon nom est Personne, plus philosophe et enjoué). Violent et sans concession, avec un humour réduit à la portion congrue (là aussi, c'est inhabituel pour une production transalpine de cette époque), c'est un film déroutant qui a certainement marqué les esprits à l'époque.


Le DVD choisi pour la projection n'est pas de la meilleure des factures mais proposait une intro par Jean-Pierre Dionnet, qu'il faut évidemment utiliser, et la fameuse fin alternative exigée par certains pays, plus positive mais complètement ridicule.

 

 

Ma note (sur 5) :

3,8

 

Le film prévu au Ciné-Club de mai sera : Tampopo.


 

 le-Grand-silence-01.jpg

Titre original

Il Grande Silenzio

Mise en scène 

Sergio Corbucci

Production 

Les Films Corona & Adelphia Compagnia

Distribué en France par

 

Date de sortie France 

19 novembre 1968

Scénario 

Vittoriano Petrilli, Sergio & Bruno  Corbucci, Mario Amendola

Distribution 

Klaus Kinski, Jean-Louis Trintignant, Frank Wolff & Vonetta McGee

Durée 

105 min

Musique

Ennio Morricone

Photographie

Silvano Ippoliti

Support 

DVD Studio Canal zone 2 2008

Image 

1.66:1 ; 16/9

Son 

VF 2.0

 

Synopsis : Dans la province de l'Utah, aux Etats-Unis. Le froid extrême de cet hiver 1898 pousse hors-la-loi, bûcherons et paysans affamés à descendre des forêts et à piller les villages. Les chasseurs de prime abusent de cette situation. Le plus cruel se nomme Tigrero. Mais un homme muet, surnommé "Silence", s'oppose bientôt à eux...