Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[ciné] Real Steel - Rocky métallique

[ciné] Real Steel - Rocky métallique

Real_Steel-00.jpg

4,3/5

 

 

Attention tout de même ! Cette note laisse peut-être augurer chez vous d'une réussite magistrale, d'un film proche du chef-d'oeuvre. Non. Le fait est que, après de multiples désillusions et déceptions, j'ai été rassuré et séduit par ce film rafraichissant qui parvient à toucher, à faire vibrer et sourire même sans originalité, à partir d'un cahier des charges assez imposant. On n' y trouvera pas un style particulier, flamboyant ou décalé, ni une interprétation brillante mais un métrage plutôt harmonieux, équilibré et juste.

Real_Steel-02.jpg

La bande-annonce laissait augurer d’une histoire inspirée de Gunnm, faisant la part belle aux robots et à la part d'humain qu'il peut y avoir en eux (on trouve d'ailleurs à certains moments du scénario des opportunités flagrantes pour aller dans ce sens, toutes discrètement éclipsées pour se concentrer sur l'essentiel) ; si certaines scènes rappellent étrangement T2 (celles qui insistent sur la relation particulière entre l’enfant et Atom, ces plans énigmatiques sur un visage cabossé, ces paroles proférées par Max, certain que le robot le comprend) et qu'un épisode évoque furieusement A.I. (le fameux « zoo » où des robots en fin de vie sont envoyés se faire démolir pour le plaisir des spectateurs en mal de violence), l’ensemble se concentre essentiellement sur l’humain avec ce père accidentel, sorte de loser magnifique, qui voit en Max une chance de se racheter, d’abord financièrement, puis (éventuellement) sentimentalement.

Real_Steel-03.jpg

Alors certes, les cinéphiles déploreront l'usage éhonté de ficelles énormes et la caractérisation trop marquée des bad guys, néanmoins je trouve qu'elles sont ici habilement mises en scène (on sent l’ombre permanente de Spielberg avec cette recherche permanente de l'équilibre émotion/spectaculaire) autour de bons interprètes à la synergie séduisante, d’effets spéciaux réussis et du score d’un Danny Elfman qui n’a pas oublié Rocky, dont le métrage reprend à son compte nombre d'éléments moteur.

 

Du coup, on s'étonne presque de jouir du visionnage, de l'apprécier comme on jubilait trente ans avant devant des productions ouvertement destinées aux familles, privilégiant l'efficacité et ne subissant pas encore les foudres de critiques geignardes et pincées. Car le film est vraiment, vraiment très plaisant, au final... et c'est, après tout, lorsqu'on va au cinéma, le principal. 

 

 


Real Steel 01 

Un film de Shawn Levy (2011) avec Hugh Jackman, Evangeline Lilly & Dakota Goyo.

 

Sortie nationale le 19 octobre 2011.

 

Synopsis : L'histoire se déroule dans un futur proche, à une époque où les énergies renouvelables commencent enfin à prendre le pas sur les anciennes. Charlie est un ancien boxeur : il a eu naguère sa chance pour remporter la couronne mondiale, mais désormais il se recycle dans les combats de robots, qui ont définitivement remplacé les humains sur un ring afin de satisfaire un public toujours plus avide de violence. Seulement Charlie consomme plus de robots qu'il ne peut en remettre en circuit, et il contracte des dettes. Voilà qu'on l'appelle pour lui présenter Max, le fils qu'il a eu avec une femme rencontrée des années auparavant. Charlie n'a pas du tout l'étoffe - et l'envie - d'être père, mais il voit dans ce gamin l'opportunité de se renflouer. Il s'arrange donc avec le beau-père friqué pour lui céder la garde, contre une forte somme. Le marché est conclu, mais Max ne l'entend pas de cette oreille - et il est fan de combats de robots...