Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] les 4 Fantastiques : rebootant

[critique] les 4 Fantastiques : rebootant

[critique] les 4 Fantastiques : rebootant

Le reboot d’un sympathique nanar sorti en 2005, précédé d’une réputation peu flatteuse en raison d’une production chaotique et d’une communication complètement incompréhensible, autant dire que nous n’attendions pas Les 4 Fantastiques de Josh Trank avec impatience. Le résultat n’est étonnement pas si désastreux, plutôt correct même, du moins jusqu’à ce que l’on se rende compte que le film n’a rien à raconter dès lors que les héros gagnent leur pouvoir. Un ratage frustrant mais pas un film détestable, juste sans intérêt, sous forme d’une énième introduction. Inoffensif et insignifiant. Comme bien d’autres Marvel.

On va se mettre à reconsidérer le film sorti en 2005 pour un peu ! Car aussi con soit-il, il ne laissait pas cette sensation de bâclé que l’on éprouve à la vision du reboot de Josh Trank. Précédé d’une réputation peu flatteuse liée à une production chaotique (le jeune réalisateur aurait ainsi fait preuve d’un manque de compétences sur le tournage) et à une communication complètement incompréhensible (qui peut se targuer d’avoir eu envie de voir le film en raison de sa campagne promo ?), nous n’attendions pas Les 4 Fantastiques avec impatience. Pourtant, le résultat n’est étonnamment pas si désastreux, bien au contraire, et l’on aura tendance à penser que les critiques auxquelles le film est soumis depuis l’annonce de sa mise en chantier ne sont pas spécialement recevables.

Pour tout vous dire, le film est même plutôt correct. Enfin, du moins dans sa première partie. Au point que l’embargo jusqu’à sa sortie ou ces histoires d’acteurs n’ayant toujours pas pu voir leur travail ne nous apparaissaient plus comme significatives de la mauvaise qualité prétendue du long-métrage. Et que l’on en vienne à se dire que « finalement, ce n’est pas si nul ». Alors l’on suit poliment le récit, extrêmement balisé surtout pour ceux qui ont vu la version de 2005 ou qui connaissent le matériau de base, assez laborieux dans sa longue présentation des personnages paradoxalement peu caractérisés. Mais arrivé à la moitié du film, lorsque l’équipe gagne ses supers pouvoirs, l’on se demande si les scénaristes n’ont tout simplement pas abdiqué, n’ayant apparemment plus rien à raconter. Non contents de nous balancer une ellipse aussi frustrante que complètement injustifiée, les auteurs des 4 Fantastiques semblent d’un coup vouloir impérativement boucler leur récit en amenant comme un cheveu sur la soupe une confrontation factice entre les héros (qui n’ont rien d’héroïques) et le « méchant » revenu dans l’intrigue d’une manière totalement gratuite et facile. On assiste alors à une baston ridiculement courte (accessoirement la seule scène d’action du film), ne mettant jamais les pouvoirs de l’équipe en valeur (à titre de comparaison la version avec Jessica Alba réussissait largement plus à instaurer une bonne cohésion de groupe et à utiliser pleinement le potentiel de chacun), dans un décor minimaliste rappelant par la même occasion à quel point les affiches auront été « trompeuses » sur le sujet puisque montrant une bataille au milieu d’immeubles et qui est absente du film.

 Après s’être débarrassée du bad guy, l’équipe ainsi formée décide alors de se donner un nom. Le générique de fin survient alors, avec cette désagréable impression d’avoir eu droit à une introduction de 1h37 (un procédé à la mode qui nous agace vraiment de plus en plus pour expliquer la paresse des productions actuelles et lancées en dépit du bon sens pour des questions de droit) clairement précipitée dans sa seconde partie. Et le début que nous trouvions donc correct se révèle ainsi complètement inutile eu égard au je m’en foutisme de la suite. Comme si toute une moitié du film avait subie d’incessantes réécritures et que le tournage s’était fait dans l’improvisation la plus totale. Même si l’on ne critiquera pas le choix d’en faire un film relativement court, il manque – par rapport à la mise en place des « enjeux » - une demi-heure à l’histoire pour être vraiment plus satisfaisante.

On retiendra des interprètes globalement talentueux mais particulièrement sous employés. Et l’on mettra ce ratage sur le compte de Josh Trank, dont la réalisation sans éclat ne parvient jamais à insuffler une quelconque ambiance. Ajoutez à cela des effets spéciaux inégaux et des incrustations sur fond vert du même niveau que le film de 2005, et vous comprendrez pourquoi une majorité de spectateurs se sentiront floués à la sortie de la séance de ciné.

Ce n’est pas un film détestable pour autant, il est juste inoffensif et insignifiant comme bien des productions Marvel (on pense à Hulk version MCU par exemple). Peut-être que cela poussera le public à être un peu plus regardant quant à la qualité des adaptations de films de super-héros. Car après tout, la Fox nous a également offert ce qui se fait de mieux avec les récents X-Men First Class et Days Of Future Past [dont la version "Rogue Cut" est disponible] (sans compter un Wolverine très sympathique et honnête).

Il y avait une opportunité de traiter l'équipe des 4 Fantastiques sous un nouvel angle, d’aborder l’égoïsme et la soif de reconnaissance de son héros principal pour en faire un récit un minimum ambitieux [NDLR. ce qui aurait rapproché le scénario des dernières évolutions du groupe dans les comics, voire de l'univers Ultimate.]. L’on a droit à un petit divertissement tout ce qu’il y a de plus oubliable, anti-spectaculaire de surcroit. Bref, on attend avec impatience le nouvel X-Men pour se réconcilier avec les super-héros chez la Fox. Ni fait ni à faire, donc, pour résumer.

 

 

 

Titre original

Fantastic Four

Mise en scène 

Josh Trank

Date de sortie

05/08/15 avec la 20th Century Fox

Scénario 

Josh Trank, Simon Kinberg & Jeremy Slater, d’après Jack Kirby & Stan Lee

Distribution 

Miles Teller, Kate Mara, Michael B Jordan & Jamie Bell

Photographie

Matthew Jensen

Musique

Marco Beltrami & Philip Glass

Support & durée

35 mm en 2.35 : 1 / 97 minutes

 

Synopsis : Adaptation moderne et résolument nouvelle de la plus ancienne équipe de super-héros Marvel, le film se concentre sur quatre jeunes génies qui se retrouvent projetés dans un univers alternatif et dangereux, qui modifie leurs formes physiques mais aussi leurs vies de façon radicale. Ils devront apprendre à maîtriser leurs nouvelles capacités et à travailler ensemble pour sauver la Terre d’un ancien allié devenu leur ennemi.