Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Libre & Assoupi : zen & relax

[critique] Libre & Assoupi : zen & relax

Un trio assemblé de trois personnalités que tout oppose mais dont la complémentarité manifeste participera à faire de chacun des individus totalement accomplis. Libre & Assoupi, ou comment ne plus se mentir et apprendre à être à son écoute. Un film drôle, tendre et poétique par instants.

Avec sa nonchalance et sa philosophie de vie consistant à ne strictement rien faire, Sébastien pourrait aisément prétendre au titre du meilleur paresseux, dont le modèle évident serait le Duc - vous savez, ce fan de bowling buveur de Russe Blanc qui traîne souvent avec un ami vétéran du Viêtnam (enfin quasiment). Une façon de penser et d'envisager son avenir qui semble de prime abord lui convenir à merveille. Ce champion de la sieste, dont la majeure partie de son temps a consisté à regarder le plafond depuis les différents lits dans lesquels il a eu le bonheur de se vautrer, ne prétend à rien d'autre que de profiter de son ennui. Un ennui qui ne le gêne pour rien au monde, bien au contraire. Se contentant - à la manière d'un Baloo - de peu, il vaque à ses quelques occupations journalières (manger des bols de Chocapics et regarder les gens assis sur son banc dans un parc) en attendant le retour de ses deux colocs, Anna et Bruno. Anna, c’est une accro au travail donnant l'impression d'avoir déjà tout planifié pour son avenir, Bruno est davantage un grand sensible, qui multiplie les petits boulots ; il est également accro à Anna mais se cherche encore (il est d'ailleurs le seul à se l'avouer). Entre eux s'interpose Sébastien dont le mode de vie va peu à peu influencer son entourage. Ne cherchant jamais à imposer sa vision aux autres, suscitant autant l'envie que l'agacement, notre héros indolent va - sans s'en rendre réellement compte - changer la vie de tous les personnages qu'il croise en éveillant en eux l'envie de lâcher prise. En retour, inconsciemment, il va également commencer à apprendre à se connaître au contact des autres et à comprendre quelles sont ses réelles aspirations dans la vie. Car il est évident que Sébastien n'est pas un feignant de nature - comme le prouvent ses nombreux efforts pour ne pas travailler lorsqu'il s'envoie ses propres lettres de refus d'embauche de l'endroit où celles-ci doivent être postées ainsi que ses nombreux diplômes, son goût pour les citations et sa culture très respectable.

Premier long-métrage de Benjamin Guedj, ce Libre & Assoupi prend son temps et impose un rythme parfaitement synchronisé aux actions de Sébastien. Vantant les mérites d'un mode de vie zen et relax, le film ne se veut en aucun cas moralisateur en agrémentant son discours de nuances. Le résultat est clair, simple, un peu facile - à savoir qu'il faut savoir garder les pieds sur terre quand on a la tête dans les nuages pour être totalement heureux - et à tendance à un peu trop jouer avec la symbolique (on pense au choix vestimentaire de Sébastien : jaune, orange, rouge). Choisissant d'écarter totalement l'aspect dépressif du roman dont le film est adapté, le réalisateur fait de Libre & Assoupi une comédie légère quoique douce-amère. Avec un trio de jeunes acteurs ultra talentueux (Charlotte Le Bon est parfaite, et prouve après La Marche qu'elle est prometteuse, Baptiste Lecaplain est étonnant de naturel, le bon pote et Félix Moati, une révélation, est hilarant) dont la complicité immédiate facilite l'adhésion, le film fait la part belle aux scènes comiques complètement délirantes dans leur absurdité (un superbe évitement de banane sur le trottoir, une étonnante promenade dans un musée, de grandes discussions philosophiques entre amis autour d'une pizza). Le côté lunaire des personnages participe à conférer à l’œuvre une poésie assez touchante. On regrette les quelques débordements dans la caricature de tous les second rôles - ce n'était pas indispensable du tout - mais l'on apprécie surtout un divertissement qui amène ses spectateurs à se remettre parfois un peu en question tout en les rassurant avec sa légèreté ambiante.

Un film amusant, et surtout rassurant. Si l'intérêt vous prend, venez jouer pour tenter de gagner des places !

 

 

Titre original

Libre & Assoupi

Réalisation 

Benjamin Guedj

Date de sortie

7 mai 2014 avec Gaumont

Scénario 

Benjamin Guedj d’après l’œuvre de Romain Monnery

Distribution 

Charlotte Le Bon, Félix Moati, Denis Podalydès & Baptiste Lecaplain

Photographie

Georges Lechaptois

Musique

Matthieu Lamboley

Support & durée

35 mm/93 min

 

 

Synopsis : Sébastien n'a qu'une ambition dans la vie : ne rien faire. Son horizon, c'est son canapé. Sa vie il ne veut pas la vivre mais la contempler. Mais aujourd’hui, si tu ne fais rien... Tu n’es rien. Alors poussé par ses deux colocs, qui enchaînent stages et petits boulots, la décidée Anna et le pas tout à fait décidé Bruno, Sébastien va devoir faire ... Un peu.

[critique] Libre & Assoupi : zen & relax