Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Quand je regarde l'écran, l'écran me regarde.


[critique] Léon, the Professional (version longue)

Publié par Jennifer sur 14 Août 2014, 09:05am

Catégories : #Sur écran : rattrapage de séance, #DVD, #Cinéma français, #Natalie Portman

Alors, commençons par le début. Premièrement c'est selon moi, LE film de Natalie Portman. Elle est éblouissante, surprenante, bluffante. Elle crevait tellement l'écran que depuis lors, je n'ai jamais oublié son nom, tant j'étais sûre qu'elle percerait et deviendrait une star. Je ne m'étais pas fourvoyée. Deuxièmement, c'est une histoire touchante où se mêlent plusieurs émotions : la tristesse face à cette pauvre gamine que la vie n'a pas gâtée, l'amour qu'elle ressent pour son sauveur et protecteur Léon, l'humour lors de leurs jeux de mimes et dans l'attitude penaude de Jean Réno, l'angoisse que dégage le personnage de Gary Oldman complètement fêlé, bref c'est une combinaison de sentiments qui nous gardent en éveil et focalisent notre attention.


Pendant de nombreuses années, je n'ai vu que la version courte. Elle me convenait telle qu'elle, tout était dit selon moi et je trouvais la relation entre ces deux générations complémentaire et touchante. Il lui donnait protection, attention, rigueur et elle lui offrait la vie, la fougue et toute sa jeunesse. Léon a beau être un homme, il n'en reste pas moins benêt et asocial alors que la petite fille semble bien plus mûre, plus ouverte au monde et aux gens. Rien ne prédisposait à les réunir, rien ne laissait présager leur entente future, tout les opposait et pourtant c'est un sentiment fort qui va les rapprocher pour ne plus les séparer. Selon moi, Léon a tout d'abord eu pitié de Mathilda puis il a aimé sa fougue, sa jeunesse qui le ramenaient doucement à la vie et à ses bonheurs. Elle recherchait plus une protection et quelqu'un à aimer tout comme elle adorait son petit frère disparu. Oui forcément, elle tombe amoureuse de lui, toutes les petites filles tombent amoureuses d'un héros mais je n'ai jamais perçu cet amour comme un amour véritable, plutôt comme une adoration parce qu'il l'avait sauvée et qu'il s'occupait d'elle. Pour moi, lorsqu'elle lui disait "Je t'aime", elle interprétait ce sentiment nouveau à tort. Elle l'aimait oui mais comme on aime son père. Elle ne pouvait pas l'aimer comme un petit ami, elle était jeune et égarée et puis elle n'avait pas eu de père à aimer, son géniteur étant un crétin violent et froid. Du coup, je la comprenais, il était son seul salut, sa seule connaissance, il lui donnait enfin l'attention qu'elle recherchait. En échange, elle le faisait vivre. Leur relation me semblait belle, touchante et quelque part je les enviais.

 
Mais la version longue a détruit cela et je suis bien contente qu'elle soit méconnue du public. Luc Besson a bien fait de couper ces scènes rajoutées, elles n'avaient pas lieu d'être et gâchent selon moi la nature de leurs sentiments. En effet, on y apprend qu'elle veut avoir des relations sexuelles avec lui, que son amour pour Léon semble véritable et du coup ça m'a gênée et déçue. Elle n'était plus cette petite fille perdue qui appelait à l'aide mais une adolescente aux paroles crues qui rigole bêtement quand elle boit du champagne, elle devenait moins touchante et je ne pouvais plus m'y identifier. Où était passée cette petite fille qui adorait son petit frère et les dessins animés comme n'importe quel enfant de cet âge ? Elle ne pouvait plus être là, cela ne collait plus avec son personnage. Et puis Léon qui tient à elle ne trouve rien de mieux à faire que de l'emmener avec lui dans des missions et de la faire participer. De sa voix douce, elle demande aux gens d'ouvrir la porte pendant que Léon coupe la chaînette de sécurité puis elle tire sur la personne avec un faux pistolet avant que Léon ne l'abatte pour de vrai devant elle. Tout devient sérieux et brutal. Il l'initie vraiment et froidement aux meurtres d'inconnus (et pas seulement à celui du tueur de sa famille, ce qui pouvait se comprendre, un besoin de vengeance et puis c'est tout). Il l'invite à suivre son chemin de nettoyeur, il lui offre un métier qui risque de lui coûter la vie. Quant à elle, cela semble vraiment lui plaire, elle est attentive, méticuleuse, déterminée, elle s'offre à lui vulgairement, elle prend 10 ans et n'est plus cette petite fille que je chérissais tant.


En essayant de détailler leur relation, cette version la détruit finalement et la noircit. On ne peut pas cautionner qu'une petite fille s'amuse à tirer sur des inconnus à tours de bras et dise à un homme bien plus âgé, qu'elle veut coucher avec lui. Je ne peux pas m'émouvoir devant un quadragénaire (certes immature) qui prépare une enfant à un métier de tueuse au péril de sa vie. Oui il n'est pas intelligent et ne connait que ça, mais tout de même un peu de bons sens. D'autant plus qu'il le fait parce qu'il a perdu un pari et pas parce qu'il trouve cela judicieux, il sait que ce n'est pas bien pour elle, c'est d'ailleurs pour cela qu'il refuse au début son offre. Dans la version courte, cela ressemblait plus à un jeu, elle tirait de loin, on avait l'impression qu'il ne voulait pas vraiment l'entraîner, qu'il essayait de gagner du temps et de la dégoûter par tous ces exercices de musculation et cette rigueur. Mais là non, on nous montre clairement qu'il la forme comme un bon petit soldat. C'est réellement choquant ! Alors oui, la version courte nous laisse des blancs qu'on peut combler au gré de notre imagination, j'ai vu leur relation telle que je voulais qu'elle soit mais rien ne me montrait qu'elle pouvait être différente. La version longue écarte tout non-dit et nous balance la vérité en pleine face et elle ne m'a pas plu du tout. Elle me dérange, agresse mes yeux et m'éloigne de cette jeune Mathilda qui me plaisait tellement.

 

Titre original

Léon

Réalisation 

Luc Besson

Date de sortie

14 septembre 1994 avec Gaumont

Scénario 

Luc Besson

Distribution 

Jean Reno, Natalie Portman & Gary Oldman

Photographie

Thierry Arbogast

Musique

Eric Serra

Support & durée

DVD Columbia (2000) zone 1 édition DeLuxe/ 133 min

Synopsis : Léon est un tueur. Un de la pire espèce. Il est introuvable, indétectable. Son ombre est comme une menace de danger permanent sur New-York. Indestructible Léon ? Oui, jusqu'à ce qu'une petite souris pénètre dans son univers. Une toute petite souris aux yeux immenses.

[critique] Léon, the Professional (version longue)

Commenter cet article

language desire 11/02/2017 09:39

Interesting article share and this blog is impresses more people to reading that blog

Vance 06/06/2009 11:40

Je t'en prie. C'est effectivement un film qui suscite bien des interprétations. Je n'ai pas du tout détesté cette version (mais je ne connaissais pas la précédente).

Cachou 06/06/2009 10:39

Merci pour cette critique. "Léon" est un des films que je préfère, c'est pourquoi dès que j'ai appris l'existence d'une version longue (en 2000, je m'en souviens encore), je la recherche. Mais celle-ci n'étant disponible qu'en zone 1 par internet, je n'ai jamais su me la procurer. Du coup, ça a toujours été une grande frustration pour moi parce que je ne savais pas ce qui pouvait se trouver dans cette version longue. Dans mon imagination, il s'agissait surtout de scènes entre Leon et Matilda que les américains bien-pensants n'auraient pas appréciés. Je pensais donc qu'il y aurait un approfondissement de cette relation mais dans la tendresse, non dans la sexualité (oui, j'ai parfois tendance à être un peu naïve). Du coup, après avoir lu cette critique, je n'ai plus trop envie de voir la version longue, je m'en tiendrai à la courte, celle que j'aime et qui me satisfait déjà pleinement en fait.

Vance 08/10/2008 21:05

Il semble qu'il y ait eu un problème avec un commentaire de MAria. Je l'ai retrouvé en fouillant dans les commandes administrateur et vous le remets ici : Bonsoir Vance Je m'excuse car je vois que mon message ne t'est pas parvenu ? Je ne sais pas ce qui s'est passé ?....... Je répare ce quiproquo .............Voici mon message : Je t’invite à participer à un jeu littéraire, pour cela je t’incite à te rendre sur mon site pour lire mon dernier article où tu y es cité, afin de connaître les modalités. Bonne lecture et à très bientôt. Bisous avec toute mon amitié. Maria

L'Enchanteur 08/10/2008 20:25

Un film que je n'ai vu que dans sa version courte mais qui il m'a captivé car il est d'une grande humanité sous l'aspect de la violence. Jean Reno est à ce titre un acteur hors norme à mon avis. Je crois en fonction des expliquations que je serais aussi déçu par la version longue alors car ce que tu en dis ne correspond pas non plus à l'image de Mathilda notamment.

Maria 08/10/2008 18:38

jennifer 08/10/2008 17:48

Merci TWIN, c'est sympa !Très joli texte sur le point de vue Neault, je te rejoins totalement.

Maria 08/10/2008 02:21

Vance 07/10/2008 19:32

C'est gentil pour elle.Car j'ai bien l'impression que ce film, déjà, ne génèrera pas le même ressenti selon le sexe du spectateur. Là où Jen observe des propos outrageusement provoquants dans la version longue, lui préférant la courte plus elliptique car moins directe, moins explicite, j'y trouve mon compte. Cette histoire m'a touché malgré de très forts a priori, et je ne suis pas outre mesure choqué par les in(v)citations à l'amour charnel d'une petite fille paumée - disons que je n'y trouve pas cet aspect pervers qui ressortirait forcément hors de son contexte.En revanche, il est vrai que le fait qu'il l'entraîne avec elle dans son ballet de mort est un peu plus difficile à assimiler : c'est à ce moment que, à mon sens, Léon démontre qu'il n'est pas du tout intégré à la société et n'en connaît que quelques facettes lui permettant de vivre ; ses valeurs ne sont pas les nôtres, elles sont le fruit d'une vie entière à survivre et à se blinder. D'ailleurs, la façon dont Aiello remet Mathilda à sa place à la fin permet de retomber sur des rails moins malsains : elle n'a rien à faire dans ce métier de nettoyeur, elle ferait mieux de construire son avenir. Du coup le film, malgré une réalisation assez rentre-dedans et pas toujours finaude, mais qui sait ménager de réels petits moments de bonheur, distille une impression de félicité assez inattendue et offre un scénario tout simple mais écrit sur de la dentelle.

Neault 07/10/2008 19:04

Excellent film. Je ne suis, par contre, pas vraiment d'accord avec l'analyse qui en est faite. Je n'ai jamais vu dans "Léon" un adulte benêt et asocial d'un côté et une jeune fille pétillante et ouverte de l'autre mais plutôt deux êtres en souffrance et dans une solitude extrême. Ils ne sont pas opposés, ils sont identiques.Même Léon, en face des flics de ce film, est tout de même presque "sympa". Bon, il tue des gens. C'est un défaut très courant chez nous. Mais à part ça ? Les deux personnages ont d'ailleurs la même naïveté (l'un sans doute à cause d'un certain retard intellectuel, l'autre à cause de son jeune âge) et, du coup, se trouvent sur un pied d'égalité. Mathilda ne paraît mûre que parce qu'elle a en face d'elle un type perdu depuis plus longtemps qu'elle.Ce n'est d'ailleurs pas sur la gamine que le film propose de s'attendrir, son avenir est devant elle, mais plutôt sur ce fameux Léon qui aimait les plantes et les filles du même amour asexué de petit garçon.D'ailleurs, elle s'en sort et la tragédie, finalement, ne frappe que Léon. Et si l'un a manipulé l'autre, je ne parierais pas sur le plus poilu. ;o)Mais c'est un film et chacun peut le voir de son point de vue. Tout comme les livres, les tableaux ou la musique, il est un pont entre l'artiste et le lecteur/spectateur. Et un pont peut être traversé de bien des manières. Certains se focaliseront sur les pavés car ils ont peur du vide, d'autres s'émerveilleront des reflets sur l'eau, combien encore auront la tête dans le ciel par beau temps ou dans leurs godasses lorsqu'il pleut ?Tous auront parcouru le même chemin, mais combien d'histoires différentes ? L'une aura-t-elle plus de valeur que l'autre ? Bah, sans doute pas. Du moment que l'on traverse, il n'y a pas d'un côté les spécialistes et de l'autre les amateurs mais bien des gens qui cheminent. Sur du Picasso ou du Besson. L'essentiel étant de ne pas faire du surplace et de ne pas se laisser dicter ses émotions par le plus grand nombre.Car l'art, quel qu'il soit, ce n'est pas le pont d'un autre, c'est celui qui nous relie à l'oeuvre. Certains aqueducs peuvent être très chiants, et de petits et branlants pont de bois peuvent laisser d'impérissables souvenirs, mais les surfaces qui ont soutenu nos pas ont toujours une résonance unique.Merci donc Jennifer pour cette critique.;o)

Nous sommes sociaux !

Articles récents