Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
Marathon Lynch 03 : Dune

Marathon Lynch 03 : Dune

Logo Lynch Caméra

 

Avec ce Marathon organisé avec Cachou, Cecile et Yuko, nous avons pu visionner deux facette du talent protéiforme de Lynch. Eraserhead, avec son côté film d’études, présentait un réalisateur doué mais dont les fantasmes visuels et sonores peinaient à convaincre. Elephant Man, d’une facture plus classique, jouait davantage la carte de l’émotion dans une structure plus linéaire.

Ce n’est pas Dune, projet colossal de 1984, qui allait nous permettre de dresser un portrait exhaustif de ce cinéaste hors norme.

 

Film n°3 : Dune

DVD zone 2, Ultimate Edition (2005)

2:35 – 16/9

VOST DTS 5.1

 

Ce film, je l’aime, au moins autant que je l’avais trouvé ridicule, surfait, maladroit et boursouflé à l’époque de sa sortie. Comment expliquer que, chaque fois qu’il repasse sur les écrans, je me précipite ? A quoi cela tient-il ? Peut-être l’attrait pour le cinéma de David Lynch, dont j’ai appris à apprécier par la suite ses œuvres plus personnelles. Peut-être le potentiel gigantesque du projet, dont on a l’impression de ne voir que des ébauches. Peut-être le caractère définitivement décalé de la plupart des scènes où Lynch semble reprendre (avant de les flinguer) tous les poncifs du cinéma d’aventures et de science-fiction.

 

Résumé de la jaquette : En l’an 10191, les Atréïdes et les Harkonnen s’affrontent pour la possession de Dune, la planète d’où est extraite l’Epice qui donne pouvoir et longévité. Seuls deux Atréïdes survivent à la bataille: Paul, l’héritier du trône, et sa mère. Réfugié chez les Fremens, mystérieux habitants de Dune, Paul prépare sa revanche.

 

Dune-03.jpg

Objet étrange et fascinant, parfois risible, parfois grandiose, fruit d’un travail titanesque sur l’une des adaptations les plus casse-gueule qui soient (Lynch y a consacré plus de trois ans de travail et, malgré un excellent démarrage la semaine de sa sortie, n’a pas atteint les bénéfices escomptés – ce qui a coupé court au projet de suites adaptés du Messie de Dune  et des  Enfants de Dune). Le roman fleuve de Herbert est ici condensé à outrance, d’où les voix off (et cette technique très imparfaite mais finalement géniale de voix intérieure, qui agrandit l’espace filmique), les très nombreuses ellipses, les compressions temporelles et cette sensation de voir un casting monumental passé à la moulinette : Linda Hunt, Virginia Madsen et Max von Sydow ne font que des apparitions, Jürgen Prochnow et José Ferrer sont à peine plus présents à l’écran. Les fans apprécieront les performances de Brad Dourif et Patrick Stewart (ça fait tout de même bizarre de voir le professeur Xavier se battre à cheval sur un ver des sables). On remarquera aussi la présence de Freddie Jones et de Jack Nance qui montrent que Lynch aime s’entourer de ceux qu’il connaît. Tout de même, quand on pense au projet original de Jodorowsky qui voulait engager Salvador Dali comme Empereur et Orson Welles pour le rôle du Baron, il y a de quoi gamberger…

 Dune-02.jpg

Si les effets spéciaux visuels font sourire (surtout le déplacement des vaisseaux en incrustation ou les tirs des canons laser qu’on croirait issus d’un épisode de San Ku Kai), certains autres, comme les vers des sables, tirent leur épingle du jeu, malgré la répétition de certains plans. On se rend compte que Lynch ne s’est pas contenté de placer des images de décors futuristes (mal mis en valeur à cause des problèmes liés à la construction de ceux-ci : les 80 plateaux bâtis en dur se sont révélés inadaptés aux caméras prévues, d’où une impression de platitude et de statisme navrant dans les scènes d’intérieur) au contraire, mais s’est concentré sur les personnages-clefs, donnant à McLachlan un rôle sur mesure, celui d’un Messie en proie au doute mais rattrapé par son destin. La litanie des questions que se posent les personnes qui croisent sa route (« Est-il l’Elu ? ») peut agacer, mais elle confère à l’ouvrage un aspect décalé, plus mystique que véritablement SF. Du coup, si on y adhère, le film passe assez facilement et on se surprend à trouver la fin christique expédiée trop vite.

 

Pas vraiment une réussite du cinéma de SF, mais une œuvre intrigante qui gagne à être vue – et dans de bonnes conditions.

 

dune_ultimate_edition_.jpgLe DVD qui a servi de support se présentait dans un beau boîtier noir en carton glacé, qui fait très chic (même si on y laisse des empreintes). 3 DVD, le 3e contenant la version de 188 min conçue pour la TV, reniée par Lynch qui avait choisi le pseudonyme de Judas Booth pour le remplacer au générique (avec environ une demi-heure supplémentaire mais une bande son en 2.0).

 

C’est la version cinéma en VOST DTS que j’ai choisi de visionner, encore une fois. Les basses sont très présentes, le son a beaucoup d’ampleur avec certains bruitages qui deviennent plus évidents que sur les précédentes versions (à oublier définitivement, d’autant que le blu-ray est déjà là), ce qui n’empêche pas les dialogues d’être parfaitement clairs ; la musique de Toto et Brian Eno, en revanche, reste en retrait. On se rend compte alors à quel point le doubleur de McLachlan faisait du bon travail – d’ailleurs, la VF m’avait laissé plutôt de bons souvenirs et conférait plus de noblesse à certains noms ou tirades.

 

L’image est à des lieues de ce qui préexistait sur ce support, malgré un contraste perfectible et quelques défauts sur les scènes brumeuses. Mais les intérieurs sont magnifiques, notamment ceux de la maison Atréides ou du palais impérial. La richesse des costumes ducaux jouit également de cette restauration bienvenue et l’on tire mieux parti des ambiances colorées propres aux différents lieux (dominante verte pour Giedi Prime, berceau des Harkonnen, orange pour Arrakis/Dune, dorée pour le palais de l’empereur).

 

Lire aussi :

> la chronique de Cachou

> la chronique de Yuko