Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
Expendables : fan service & bande de potes

Expendables : fan service & bande de potes

Une chronique de Nico

Expendables-01.jpg 

La semaine dernière il y avait l'avant première de the Expendables en présence du réalisateur et acteur Stallone, de Lundgren et de Statham. Autant dire qu'il y avait une ambiance absolument géniale dans la salle. Ma petite critique risque de ce fait de ne pas être du tout objective, car j'ai vu le film dans des conditions tellement particulières qu'il m'aurait été très dur de ne pas l'aimer. Quand on applaudit avec les spectateurs à chaque vanne, chaque coup, quand on rit ensemble, quand l'excitation est palpable, il est impossible de garder une distance pour analyser ce que l'on voit. En gros j'ai vraiment vécu le film lors de cette séance qui restera sans doute l'une des plus mémorables. Mais je vais essayer de vous faire partager mon avis... 

 

Avant tout, je tiens à dire que je n'étais pas un fan acquis d'avance. Je connais même assez peu Stallone, et encore moins les films de Lundgren, Statham et le travail de Austin, Couture et les autres. Dans les années 80 et 90, j'étais surtout admirateur des films de McTiernan avec Schwarzy ou Willis tels que Die hard ou Predator, ou des films de Tsui Hark avec Jet Li (Il était une fois en Chine et la Secte du Lotus blanc). Bien entendu, malgré mes lacunes, je sais que tous ces acteurs sont des figures mythiques, des icônes du cinéma d'action, enfin surtout d'une idée du cinéma d'action des années 80. Avec un tel casting (rajoutons Rourke, Roberts, Charisma Carpenter et Crews), nul doute que le film m'intéressait. Après tout, le projet était quasiment culte dès son annonce. 

Expendables-03.JPG

Alors film réussi ? 

 

Oui et pas qu'un peu. Je rapprocherais très volontiers ce film (et sa réussite) de la série de jeux vidéo Super Smash Bros. En fait, c'est exactement ça : l'idée de the Expendables me fait penser à l'idée de Super Smash Bros : des combattants venus d'univers différents avec des techniques spéciales et qui se battent dans la joie et la bonne humeur dans un cadre particulier. Super Smash Bros est un jeu en apparence basique, mais très réussi car très technique, et tellement marrant que le plaisir est énorme pour un joueur. Jouez y à plusieurs et vous verrez que ce plaisir est encore plus grand. Et bien the Expendables, c'est pareil : un film en apparence très classique, très bon techniquement (les scènes d'action sont vraiment intenses), et le plaisir de voir ces acteurs tous ensemble à l'écran fait que le spectateur jubile encore plus. Regardez-le à plusieurs et ça sera encore plus sympa. 

 Expendables.JPG

Quand on va voir ce film, on cherche avant tout à s'en prendre plein la tronche. Et c'est gagné. Pas une seule scène d'action ne ressemble à une autre. Du premier coup de feu (qui vous étonnera) à la dernière bataille (qui dure assez longtemps), pas une seule répétition. C'est simple, il y a un nombre incalculable de prises, de coups avec diverses armes, d'explosions, qui feraient passer Michael Bay pour un amateur. Sly et ses potes explosent littéralement tout. Ah, la séquence du pont ! Quel pied !

Si je devais un peu chipoter, je dirais que seul le combat Jet Li contre Dolph Lundgren déçoit. Non pas qu'il soit raté, mais il est juste très mal monté. J'en espérais plus, mais c'est déjà bien. 

Parlons-en, des acteurs : si Stallone et Statham sont les deux héros, avec les meilleures scènes, Li, Crews et Couture s'en donnent à cœur joie. Crews par exemple, n'a pas un rôle étoffé, mais s'exprime pleinement dans une séquence d'anthologie : après nous avoir présenté à sa façon son arme fétiche (un peu comme dans Predator, vous situez le genre de dialogue "Voici ma mitraillette, elle crache 250 balles par minutes en faisant un bruit assourdissant"), il la met en pratique et je vous dis pas le nettoyage... 

Lundgren m'a épaté dans un rôle assez bancal mais qui en fait un acteur majeur dans le scénario. 

Les méchants sont assez caricaturaux, mais c'est ce qu'on aime. Roberts et Zayas cabotinent un peu, mais ils font ça vachement bien. 

Chaque acteur a son moment de gloire, les fans ne seront pas lésés. Je ne vais pas donner plus de détails sur les affrontements, mais il y en a de très bons. 

 

Outre la prestation des acteurs lors des séquences "musclées", ce qui m'a le plus marqué c'est la sincérité du jeu de chacun. En fait, j'y ai vu plus que des acteurs jouant un rôle, j'y ai vu des acteurs revenir avec une sincérité étonnante sur leur carrière. Le monologue de Rourke (devant un Stallone avec les larmes aux yeux) est à double sens, avec cette sensation qu'il parle avant tout de lui même et de ses erreurs passées. D’ailleurs, Mickey Rourke est extraordinaire. 

Si Jet Li passe son temps à parler d'argent et de sa position effacée face aux autres personnages, n'est-ce pas un moyen d'évoquer sa propre histoire dans les films américains qu'il a tournés ? 

Stallone cherche-t-il uniquement à mettre en avant Statham dans le film ou veut-il trouver un vrai successeur afin de donner une sorte d'approbation à ses fans pour regarder les films du jeune acteur ? 

 Expendables-02.JPG

D'ailleurs ce n'est pas tant des personnages que l'on voit dans le film, ce sont davantage les acteurs, les icônes. C'est ce qui pourra en rebuter quelques uns. Une absence de caractérisation. C'est un peu pour ça d'ailleurs que les personnages ont des sortes de noms de codes (Christmas, Yang, Church). Ils sont des sortes de coquilles dans lesquelles les spectateurs déversent leurs fantasmes. Des GI Joe grandeur nature. Un peu comme quand on jouait enfant à refaire les films de nos héros. Le serpent qui se mord la queue ? C'est un peu ça l'idée. 

Alors bien sûr les histoires de Stallone et Statham sont un peu plus développées, mais honnêtement, il n'y a rien de transcendant. Si l'histoire de Statham est un peu plus développée, c'est uniquement pour mettre en scène sa fabuleuse partie de basket dont on risque encore d'entendre parler. 

 

Ah tiens, et la scène culte dont tout le monde parle ? La rencontre entre Stallone, Willis et Schwarzenegger. Oui, elle est excellente. Je ne vais pas en dire plus mais elle est jouissive. L'apparition de Schwarzy dans l'église (lieu où se passe la rencontre) est un mélange improbable entre l'entrée de Keira Knightley dans l'église dans Love actually et celle de Viggo Mortensen (Aragorn) dans le gouffre de Helm dans les Deux Tours. Génial et vraiment culte, le mot n'est pas trop fort. Cette rencontre m'a rappelé la première fois où l'on a pu avoir Mario et son rival Sonic dans un même jeu vidéo. 

 

Tout a été fait pour faire plaisir au spectateur. Du fan service comme ça j'en veux bien, c'est évident. Il y a un esprit très 80's ou 90's. On suit une bande de potes. Les premiers et derniers plans se font d'ailleurs écho, dans une forme un peu théâtrale qui nous rappelle avant tout qu'on a vu un film de potes. 

 

Tout le long du film j'ai pensé non seulement à des films des années 80 et 90 mais aussi à des jeux vidéos 8 bits et 16 bits auxquels je jouais. Je trouve que le scénario, aussi cliché soit-il, est un peu justement comme un hommage aux scénarios de ce genre de jeux. Pensez-y, on retrouve toute une imagerie référentielle : une île sud américaine, une jungle, un palais, des tunnels, un dictateur fou (et sa représentation en statue géante au milieu de la cour de son château), des mercenaires avec un béret, des armes, des scènes en avion, hélico, voiture, de la drogue, des mallettes avec des billets, des tatouages... 

Ce qui est marrant, c'est qu'en revenant de la séance, j'ai cherché si un jeu vidéo allait sortir, et je suis tombé sur ça : 

 


 

 

C'est exactement ce que j'imaginais. Essayez d'y jouer, je suis sûr que ça vous donnera envie d'aller au cinéma. 

 

Au final, ce n'est pas un chef d'œuvre, mais assurément un film culte (déjà), qui permettra au public fan du genre (et peut être moins fan) de s'amuser. Je n'ai pas vu le temps passer, j'ai bien apprécié ce spectacle généreux, qui ne se prend pas au sérieux.