Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
Dragons : Dreamworks à l’aune de Pixar

Dragons : Dreamworks à l’aune de Pixar


NicoLes préjugés quelle connerie !... Mais en même temps, qui aurait pu croire que Dreamworks  aurait pu nous produire un film aussi incroyable que How to train your dragon (cherchez pas, le titre en VF est à l'ouest, d'autant qu'il aurait été plus que normal de lui donner le titre du livre, de l'écrivain anglais Cressida Cowell, dont le film est une adaptation assez libre) ?

 

Non mais, vous vous imaginiez quoi en voyant l'affiche ou la bande annonce ? Probablement ce que j'imaginais aussi : un énième film en synthèse, au design immonde, avec des personnages hystériques qui passent leur temps à débiter des absurdités d'une lourdeur et d'une grossièreté aberrante. Enfin bon, je préférais donc passer mon chemin...

Quelle erreur que de l'avoir raté à sa sortie, en réalité ! Comment ai-je pu manquer ce film magnifique, facilement dans le top de ce que j'ai vu ces derniers temps, et surtout l'un si ce n'est le (et oui car il ne faut pas oublier le superbe Toy Story 3, quand même, hein ?) meilleur film d'animation. Largement au-dessus de la Princesse & la Grenouille, film plutôt beau mais assez oubliable (et ça, ça me gave à un point de le dire vu que je suis fan des réalisateurs). 

En fait, comme je le disais plus haut, je serais totalement passé à côté si je n'avais pas lu que c'était le duo responsable du cultissime film Lilo & Stitch qui était aux manettes. Et ça, ça change tout. Ces deux réalisateurs - Chris Sanders et Dean DeBlois - ont commencé en effet chez Disney. Ils ont une formation dans le cinéma en 2D. Ils ont été scénaristes pour Mulan et Aladdin. Sanders a également travaillé sur le design du Roi Lion, son histoire, ainsi que la Belle & la Bête. Bref ça change totalement et ça a énormément motivé mon envie d'en savoir plus et de le découvrir vraiment. En fait, ils étaient partis de chez Disney pendant le développement de ce qui aurait dû être leur nouveau film (American Dog), mais qui avait trop été remanié pendant la période où Disney changeait totalement de direction. Pour information, American Dog fut complètement modifié pour devenir le récent Volt, confié à d'autres réalisateurs (et Volt est peut être le seul bon film en synthèse de la firme). 

 Dragons-Affiche-Finale-France

Dragons m'a totalement emballé. Vraiment. C'est exceptionnel. C'est un très grand film d'aventures, qui ne déçoit pas et qui est extrêmement touchant. 

La comparaison est facile, mais il m'a fait penser à un Pixar. En fait, hormis les Pixar, rares sont les films en synthèse à m'avoir convaincu, à part Tempête de boulettes géantes qui est une comédie hilarante et très originale. 

Dragons est un grand film d'aventures, donc, au scénario relativement "archétypal" mais très prenant. C'est en gros l'histoire d'un village viking constamment attaqué par des dragons. Les Vikings se défendent tant bien que mal en espérant un jour arriver enfin à trouver la fameuse île sur laquelle les animaux évoluent. Harold, le fils du chef, est un garçon maladroit mais inventif, qui cherche à se faire accepter par son clan. Le jour où il a la possibilité d'enfin faire ses preuves et de tuer le plus féroce des dragons, il décide finalement de lui laisser la vie sauve. Commence alors une relation d'amitié entre Harold et le dragon, relation qu'il s'efforcera de garder secrète. 

 

Oui le scénario est relativement facile à prévoir, mais il garde en réserve quelques superbes trouvailles. 

 

Le premier truc qui fait plaisir, c'est la cohérence de l'univers. Il est crédible. Mieux, il y a des rapports entre les personnages qui sont vraiment très subtils. Ils sont vivants et nous épargnent sans cesse les dialogues explicatifs, les vulgarités d'usage et surtout la niaiserie habituelle (non parce que les Dreamworks sont champions dans le genre démago, lourds et mielleux au possible). Des personnages caricaturaux certes, mais qui ont une vraie personnalité. Ils sont relativement bien nuancés dans leur caractère, ils ne sont pas définis par un seul trait, ils ne correspondent pas à une seule facette, au contraire. La relation entre le père d'Harold et son fils est remarquable, et l'animation joue un rôle essentiel dans ce que le spectateur comprend. Parfois le mouvement vaut bien plus qu'un dialogue : en animation, c'est encore plus vrai. Ici, tout est simple et compréhensible sans que cela paraisse facile ou gratuit. On ne prend jamais le spectateur pour un demeuré. 

L'humour est bien entendu un élément important du film. Mais ce n'est pas un humour gras, lourd et ultra référentiel comme d'habitude chez Dreamworks. C'est un humour bien plus subtil. Et chaque scène censée être drôle arrive à l'être. Mieux, certaines scènes sont très drôles et très touchantes. La scène du poisson, première scène réelle entre Harold et Furie nocturne Krokmou, est la plus belle scène que j'ai vu dans un film récent (avec je me répète la fin de Toy Story 3). C'est une scène ultra bien réalisée, avec une gestion parfaite de l'humour, du mouvement et du son. Une réussite qui fait pleurer de rire, de joie et bien entendu d'émotion. Ma scène favorite. 

 Dragons7.png

Pas ou vraiment peu d'anachronismes. J'ai juste remarqué qu'un personnage ressemble un peu à un "geek" (ah je déteste ce nom à la mode qui veut tout et surtout rien dire) qui calcule des statistiques pour chaque dragon en leur assignant une certaine puissance ou capacité, comme avec un jeu de rôle ou un jeu vidéo. 

Le film ne fait pas trop dans ce cynisme qu'il est fréquent de voir dans les films d'animation moderne voulant plaire aux enfants comme à leurs parents. Non, ici on est en plein dans le premier degré, avec une aventure certes drôle et légère mais aussi sérieuse la plupart du temps. On retrouve cet esprit propre aux Disney, un peu naïf mais également très profond si on se penche un peu plus près. Les réalisateurs aiment clairement leurs personnages et le monde dans lequel ils évoluent. Vous vouliez un film de Viking ? Et bien peut être qu'il satisfera ceux qui ont été déçu par Valhalla rising

Le rythme est incroyable : on est constamment dans le film, très dynamique et sans fausse note. Il n'y a pas que de l'action, mais celle-ci est vraiment bien dosée et située aux moments les plus intelligents. Le film démarre sur une grosse scène d'action qui met tout de suite dans le récit, présente les personnages et se termine également par une séquence de bataille réellement impressionnante où tous les enjeux seront réglés. Entre-temps, certaines scènes en montage alterné mettront un peu de vitalité dans l'histoire. 

 

De l'action, de l'humour, de l'émotion, que faut-il de plus ? 

 

Eh bien, Dragons est un film poétique. Il nous invite à partager des moments somptueux un peu à part. Les séquences dans les airs (de jour comme de nuit) sont d'une beauté indescriptible. 

Artistiquement, le film est très particulier. D'abord on pourrait croire que le design n’est pas génial. Les personnages sont relativement quelconques. Les dragons sont pour la plupart très beaux, mais aussi pas très originaux, il faut bien le dire. Seul Furie nocturne (ou Krokmou pour son nom) est un personnage réellement différent. Il a un design extraordinaire. Il est similaire au personnage de Stitch : même forme de visage, mêmes yeux, même bouche, mêmes oreilles. C'est le seul dragon à l'apparence de mammifère comparé aux autres qui ressemblent davantage à des vrais reptiles. Non seulement le design de ce dragon est parfait, mais aussi son animation. Les animateurs lui ont insufflé la vie d'une manière incroyable. Chaque mimique de ce personnage est maîtrisée et surtout attachante. Je n'en dirais pas plus pour ne pas gâcher le plaisir de ceux qui n'ont pas vu ce film, mais la particularité des dragons (et du personnage principal surtout) est de se comporter comme des animaux domestiques bien connus. C'est très drôle et ça les rend unique (des dragons avec une telle attitude c'est vachement original quand même). 

 Dragons1.png

Les décors ont par contre bien plus attiré mon attention. D'habitude (ou en tout cas très souvent) en animation, on a tendance à voir des univers ultra colorés. Dragons est plutôt axé sur le réalisme et surtout l'ambiance. Les décors sont crédibles car les effets de relief, de textures et de lumières sont extrêmement réfléchis. Rien d'étonnant puisque Roger Deakins, le directeur photo des films des frères Coen (The Big Lebowski) entre autres, a été consultant visuel. Il a également été consultant visuel pour Wall E, un film de Pixar jouant beaucoup sur les effets de lumières et ayant été le premier film en synthèse à avoir essayé d'intégrer des défauts habituellement inhérents à des tournages en réel (mise au point, surexposition, jeux de lumière naturelle...). 

Dragons2.png

La forêt de ce film est une des plus belles que j'ai vu dans un dessin animé, avec cet effet de brouillard qui agrandit le relief et donne de la profondeur, cette terre humide, ces feuilles mouillées qui apportent une crédibilité à ce monde. Le village Viking et l'arène avec le sol recouvert d'eau de pluie, l'île des dragons... tout est esthétiquement réussi. 

De belles images associées à une très belle musique de John Powell. La bande originale est instantanément reconnaissable et, quand vous l'entendez, il sera difficile de l'oublier. Une autre grande force pour un film déjà exceptionnellement bon. 

Dragons3.png

La réalisation est très efficace. Elle est sobre quand il faut, ne se permet pas beaucoup de folie (on est pas dans un film de Zemeckis quoi) mais sait être inventive (les scènes dans les airs) ou intelligente. Il suffit de voir les influences de certains grands réalisateurs. Ainsi on remarquera quelques plans faisant référence à Gladiator (Maximus arrivant dans le Colisée/les jeunes entrant dans l'arène des dragons, avec la caméra tournant autour des héros pendant que l'on nous montre le décor imposants autour),

Dragons5.png

à Jurassic Park (les vélociraptors dans la cuisine et le dragon dans l'arène avec la caméra derrière les pattes de celui-ci lorsqu'il court vers les jeunes), au Seigneur des anneaux (le Balrog avec la destruction du décor dans les mines, ou encore la catapulte qui lance des rochers), à Harry Potter (les scènes dans l'arène ou les scènes de poursuite dans les airs). Ces références ne sont pas forcément évidentes. On notera également les influences de Miyazaki (dont les réalisateurs sont fans, il suffit de regarder Lilo & Stitch pour remarquer les clins d'œil à Totoro ou Kiki, les plus évidents...) avec certaines attitudes des dragons ou l'appareil que fabrique Harold pour monter sur son dragon, de ET (la relation entre les deux amis est vraiment proche de ce film) ou bien évidemment de Lilo & Stitch (non seulement le dragon ressemble à Stitch aussi bien par son attitude que par son look, mais la relation entre Harold et Furie nocturne Krokmou est très fortement inspirée de celle entre la petite fille et son chien extra terrestre, c'est normal). 


 Dragons8.png Dragons9.png 

 

Un film aussi bon se doit d'avoir une fin au moins à la hauteur. Ici encore les réalisateurs nous surprennent avec une fin douce-amère très touchante. Je n'en dis pas plus mais sachez que Spielberg a contribué énormément à cette réussite. 

 

dragon_blu-ray.jpgLe blu-ray est techniquement remarquable. 

Son image est bien entendu exceptionnelle avec un niveau de détail très important (les textures notamment sont extraordinairement bien faites). Les scènes dans les airs donnent le vertige tandis que les scènes en forêt ont un relief remarquable. 

Le DVD a lui une image de très bonne qualité mais les scènes sombres manquent énormément de détails. 

Le son est lui aussi exceptionnel, les musiques sont bien intégrés et les bruitages sont vraiment bien faits. Le travail sur le son est exemplaire. Reste que je trouve la VF et la VO légèrement fades à certains moments, mais rien d'important hein, tout est super. 

 

Les bonus sont anecdotiques, j'aurais aimé un commentaire audio sans langue de bois avec davantage d'explications sur les choix artistiques. 

 

Au final, un bijou que je ne me lasse pas de voir (depuis hier je vous dis même pas le nombre de fois que je l'ai regardé). 

A voir absolument, c'est extraordinairement bien. 

 

 

 

Ma note : 5/5

 

Note moyenne au Palmarès à la date du 11/11/2010 : 4,03/5