Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Twixt : insolente indépendance

[critique] Twixt : insolente indépendance

 

Parfois, d'immenses cinéastes que l'on croyait égarés ou assagis nous livrent des œuvres effarantes et affirment ainsi de nouveau leur puissance créatrice. En 2007, Tim Burton donne suite à des films certes réussis mais plus enfantins comme Big Fish, Charlie et la chocolaterie ou les Noces funèbres avec le rageur et désespéré Sweeney Todd : le diabolique barbier de Fleet Street. Dans un registre apparemment plus éloigné, Manoel de Oliveira, vénérable cinéaste centenaire portugais, présente à Cannes en 2010 L'Etrange Affaire Angélique, un sublime et lumineux conte sur l'amour et la mort.

Twixt-02.jpg

Deux références que je ne choisis pas au hasard car elles ont des affinités avec Twixt, le dernier film du réalisateur qui obtint deux Palmes d'or à Cannes dans les 1970, Francis Ford Coppola. Ce dernier livre ici un troisième film totalement indépendant et anti-hollywoodien, après L'Homme sans âge (2007) et Tetro (2009). Réalisé avec une économie de moyens étonnante (tournage numérique, budget de 7M$), ce film d'horreur rejoint en effet le film de Burton dans sa noirceur, sa violence et son univers gothique et le film d'Oliveira pour l'intrication entre merveilleux et fantastique qui sont une des composantes de l’œuvre d'Edgar Allan Poe, figure tutélaire de ces trois films et de Twixt en particulier.

Exception faite de son finale éblouissant, on distingue dans Twixt deux univers narratifs et visuels : un monde réaliste, celui de l'écrivain Hall Baltimore et un monde onirique, en Noir et Blanc partiellement colorisé et de surcroît conçu en 3D, (même si peu de salles diffusent le film dans son format original) qui est celui de V., mystérieuse jeune fille pâle aux dents baguées. Si dans un premier temps l'accès d'un monde à l'autre se fait uniquement par Hall qui tombe endormi ou assommé, la logique s'enraye rapidement et les autres personnages du film font régulièrement irruption dans cet au-delà stylisé que le numérique magnifie étonnamment. A univers onirique, logique psychanalytique : cet univers parallèle fourmille de symboles et de détails ayant tous des référents dans le versant réaliste du film et que la couleur sert généralement à isoler. Le coup de génie de Coppola étant d'admettre que son personnage comprenne que ses rêves ont des choses à lui dire sur sa réalité, bien plus que sur le contenu du livre qu'il écrit. Tout se démultiplie et se divise : V. bien sûr, mais plus encore les sept horloges du beffroi qui témoignent d'un temps distordu, où cohabitent différentes époques – comme dans la première séquence onirique.

Avec grâce et humour, le film brosse une galerie de portraits de personnages atypiques, des grotesques et pathétiques habitants de la ville aux marginaux, attachants et malades. Ainsi les personnages les plus réussis du film sont-ils ceux de V. et de ses avatars, du séduisant Flamingo et d'Edgar Allan Poe, qui, pareil à Virgile pour Dante, guide Hall dans ses explorations de son inconscient. Hall, intermédiaire coincé entre (ou « twixt » en vieil américain) deux mondes, héros à la fois grotesque et sublime, finit par relier les deux bouts, à boucler son roman, résoudre le crime et offrir à Coppola – dont il est un double évident – une fin « en béton armé ». Le film atteint des sommets lorsqu'il s'autorise les plus belles audaces : fantasmes sur la vie et l’œuvre de Poe, décors numériques à portée hautement symboliques, effets gore qui renforcent la dimension gothique et romantique de l’œuvre. Coppola n'a pas réalisé Dracula pour rien et on pourrait voir dans Twixt un prolongement indépendant à cette œuvre hollywoodienne. Plus trivialement, tous les acteurs sont impeccables, Val Kilmer et Elle Fanning en tête, même si Alden Ehrenreich (Flamingo) est troublant en poète sensuel et mélancolique. Dan Deacon et Osvaldo Golijov composent une étonnante partition remarquablement variée et Coppola joue de nombreux effets de mise en scène inattendus (points de vue obliques, couleurs tranchantes et 3D que l'on devine très inventive).

Twixt-03.jpg

Et comment ne pas s'émerveiller devant la malice de sa réflexion sur le processus créatif, qui donne au film ses minutes les plus hilarantes, lorsque l'on sait la souffrance que lui-même a pu éprouver après ses chefs d’œuvre du passé et les attentes que suscitait chacune de ses nouvelles créations. En cela, la trilogie indépendante de Coppola trouve en Twixt un geste cinématographique fort, parfois naïf, mais d'une jeunesse et d'une liberté insolentes.

 

Ma note (sur 5) :

4,5

Note moyenne au Palmarès 2012 (sur 22 votes) :

3,11

 


 

 Twixt-01.png

Titre original

Twixt  

Mise en scène 

Francis Ford Coppola  

Production 

American Zoetrope distribué par Pathé  

Date de sortie France 

11 avril 2012

Scénario 

Francis Ford Coppola

Distribution 

Val Kilmer, Elle Fanning & Bruce Dern  

Durée 

88 min

Musique

Osvaldo Golijov & Dan Deacon

Photographie

Mihai Malaimare Jr

Support 

DVD Pathé 2012 zone 2

Image 

1.85:1 ; 16/9

Son 

VF & VO DD 5.1

 

Synopsis : Un écrivain au succès déclinant arrive dans une petite ville à l'occasion d'une tournée de promotion. Il découvre qu'un meurtre mystérieux impliquant une jeune fille s'est produit. Une nuit, en rêve, un fantôme nommé V lui raconte une étrange histoire, qui pourrait avoir un rapport avec le meurtre. Il sera surpris d'apprendre que certaines des réponses à ses questions se trouvent dans sa propre vie...