Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Tai-Chi Master : pour Jet et Michelle

[critique] Tai-Chi Master : pour Jet et Michelle

Tai-Chi-Master-00.jpg

Le film déçoit.

Je pensais qu'avec Michelle Yeoh et Jet Li dirigés par Yuen Woo-Ping, on aurait droit à du lourd. Une présentation accrocheuse et un casting alléchant ne sont décidément pas un gage de qualité absolue. Il n’empêche qu’on pouvait tout de même se reposer sur ces trois noms au vu de ce qu’ils avaient produit par ailleurs. Michelle, c’est un jeu tout en finesse et une remarquable maîtrise de l’espace dans ses passes d’armes, où elle se montre aussi élégante que convaincante. Jet Li, que dire si ce n’est qu’il est généralement éblouissant dès lors qu’il entre dans une arène, sur un ring, dans un dojo ou n’importe quel lieu choisi pour un combat. Et les qualités de chorégraphe de Yuen Woo-Ping ne sont plus à démontrer.

Tai-Chi-Master-02.jpg

Néanmoins, le script bateau et banal (la motivation des personnages principaux est totalement aberrante) et un montage chaotique n'arrivent jamais à transcender les jolies scènes de combat, plutôt courtes d’ailleurs. Comme souvent, il y a pas mal de comédie avec des acteurs choisis pour dérider le spectateur, exagérant leurs expressions faciales de manière à parfaitement qualifier le personnage (comme le méchant chef de guerre, à l’immuable sourire cruel) - les doubleurs français, sans doute consternés par le niveau des dialogues, semble s'être donnés le mot pour sombrer dans un ridicule assumé. On n’avait plus l’habitude de voir pendant plus de la moitié du film un Jet Li facétieux et rieur, au point d’y perdre son capital crédibilité. Le mélange des genres est une constante dans les films asiatiques, mais il repose sur un équilibre délicat pour le spectateur occidental et j’avoue qu’il a très vite été rompu en ce qui me concerne. On en arrive en outre à être frustré au moment des affrontements, souvent stimulants mais pas toujours bien découpés, et plombés qui plus est par des accélérés inutiles ainsi qu’un trop grand recours aux câbles – cela dit, ne faisons pas la fine bouche car ça reste le point fort du film. Soulignons toutefois que la violence semble expurgée (beaucoup d’actes sanglants sont cantonnés au hors champ, notamment pour les exécutions sommaires).

Tai-Chi-Master-03.jpg
On sourit parfois, et il arrive qu'on soit vraiment sidéré par la performance technique de certains combats, mais on s'attendait à mieux. Et plus.

Le film a été visionné sur une belle édition collector (dans un somptueux digipack avec une image restaurée tout à fait acceptable. La VF DTS ne casse pas des briques mais se permet parfois des petits accès du côté des surround qui surprennent.

 

Ma note (sur 5) :

2,9

 


 

 Tai-Chi-Master-01.jpg

Titre original

Tai ji zhang san feng

Mise en scène 

Yuen Woo-Ping

Genre 

Arts martiaux

Production 

Miramax, Golden Harvest & Eastern Production 1993

Date de sortie France 

23 janvier 2002

Scénario 

Kim Yip Kwong

Distribution 

Jet Li, Michelle Yeoh & Chin Siu-Hou

Durée 

95 min

Musique

Stephen Edwards & Wu Wai Lap

Support 

DVD Metropolitan 2002 zone 2

Image 

1.85:1 ; 16/9

Son 

VF DTS 5.1

 

Synopsis Élevés depuis leur plus tendre enfance dans un temple Shaolin, Tianbiao et Jianbao sont deux amis que rien ne sépare. Un jour, ils sont renvoyés pour avoir enfreint les préceptes bouddhistes et les règles rigoureuses de la pratique des arts martiaux durant un combat. Contraints de mendier pour survivre, les deux moines partent à la découverte du monde mais ne tardent pas à prendre des chemins bien différents.

Tandis que Junbao se prend d'amitié pour un groupe de marginaux révoltés contre le gouvernement, Tianbao va, lui, s'enrôler dans l'armée régulière. A mesure que le temps passe, la confrontation entre les deux amis devient inévitable.