Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Malavita : le paradoxe Besson

[critique] Malavita : le paradoxe Besson

Le Besson nouveau débarque le mois prochain et le moins que l'on puisse dire, c'est que le casting est alléchant. Conscient de la pression qui pèse sur ses épaules en réunissant ces légendes américaines dans cet énième film sur la mafia, le réalisateur joue la carte de la sobriété et de la simplicité. Un projet certes mineur dans une filmographie hétéroclite, mais qui n'en demeure pas moins agréable.

Malavita-02.jpg

S'il y a bien une qualité que l'on peut octroyer à Luc Besson, c'est sa volonté de proposer un cinéma de divertissement français soumis aux mêmes exigences techniques que celui de ses confrères outre-Atlantique. Car que l'on soit fan ou non de sa filmographie, il faut reconnaître que peu nombreux sont les réalisateurs hexagonaux à avoir une telle influence et une telle renommée internationale. Il est par exemple l'instigateur de la construction de la Cité du Cinéma (son « Hollywood-Sur-Seine »).

Après s'être essayé à beaucoup de genres, assez ambitieux - animation, adaptation de bande dessinée et film biographique -, le voici revenant à un long métrage d'envergure bien plus modeste. Car malgré l'impressionnant casting américain, Malavita est un film mineur dans la carrière de Besson. Probablement conscient qu'en se frottant à une énième histoire sur la mafia dont le rôle principal allait encore être tenu par De Niro, son film allait être comparé à un très grand nombre d'intouchables classiques, Luc Besson choisit le minimalisme et la sobriété. Malavita ne prétend absolument jamais révolutionner le genre, et c'est pour cette raison que le film marche bien. Ou en tous cas qu'il réussit presque tout ce qu'il entreprend, malgré d'évidents défauts qui l'empêchent d'être plus qu'un petit divertissement comme on en voit assez souvent. Le film ne cherche jamais à se démarquer, à être original ou réellement étonnant, il se contente de dérouler une intrigue classique mais plaisante, à condition d'accepter certaines facilités peu subtiles.

Malavitaétant une coproduction franco-américaine, le film se doit d'être vu par deux publics assez différents. Jouant énormément avec la confrontation entre les deux cultures, en s'en moquant gentiment, Besson ne nous épargne pas les clichés tant attendus. Ainsi les Américains sont des bouffeurs de beurre de cacahuètes alors que les Français sont chauvins et malpolis. L'humour se fonde sur l'incompréhension réciproque entre la famille américaine d'un côté et les habitants du petit village de Normandie de l'autre. Le problème vient surtout du fait que l'on ait l'impression que seule la famille américaine est « respectable », malgré le caractère terriblement caricatural ou asocial de ses membres. Finalement, le fait qu'ils baignent dans une sorte de violence devenue banale, conséquence de leur passif dans la mafia, n'est pas vraiment pris en considération ou n'est juste qu'un prétexte afin de leur donner un côté cool. Ainsi, les deux enfants sont par exemple presque montrés comme des références, des idéaux, lors des scènes se passant dans leur lycée, face à tous les autres collégiens, boutonneux, faibles, ringards ou débiles. On aurait souhaité un peu plus de subtilité dans le portrait des Français dressé par Luc Besson. Mais encore une fois, si l'on accepte ce postulat, on arrive à s'amuser (toutes proportions gardées, on sourit sans s'esclaffer de rire) et à trouver le film plutôt agréable.

Malavita-03.jpg

Par contre, ne vous attendez pas à voir une comédie pure. Le film est également assez violent. En fait, il est assez difficile à classer car il n'arrive pas à mélanger les genres. Toute la première partie se veut marrante et légère, tandis que le film bascule dans l'action et la violence lors de la dernière séquence. La construction du récit est maladroite, la faute à un scénario qui enchaîne les scènes comiques un peu inutiles ou redondantes et qui oublie de développer un peu plus certains aspects (on pense à toute la partie concernant les mafieux poursuivant De Niro - le rôle du méchant est inexistant - ou la relation entre la fille et son professeur - qui n'a vraiment aucun intérêt dans l'intrigue principale).

La réalisation de Luc Besson est plus posée que d'habitude, ce qui n'est pas pour déplaire. Son enthousiasme à faire jouer ces acteurs est communicatif. Sans eux, le film serait vraiment peu captivant. De Niro nous évite le personnage de Mafia Blues, il ne cabotine pas autant et reste le grand acteur que tous les spectateurs apprécient, Michelle Pfeiffer s'amuse bien, et Tommy Lee Jones fait dans le strict minimum mais il le fait bien ! Mention aux deux jeunes acteurs, Dianna Agron est une actrice dont la carrière s'annonce prometteuse.

On sort du film avec le sourire, conscient de n'avoir trouvé qu'un honnête divertissement sans prétention, sans moment vraiment marquant (sauf peut-être une certaine scène au ciné-club) mais avec le plaisir de voir jouer tous ces acteurs ensemble. Un petit Besson, paradoxalement bien meilleur que la plupart de ses derniers « gros » films.

 

Ma note (sur 5) :

3

 Malavita-01.jpg

Titre original

Malavita/The Family

Mise en scène 

Luc Besson

Production 

EuropaCorp, Relativity Media

Date de sortie France 

23 octobre 2013

Scénario 

Luc Besson, Michael Caleo & Tonino Benacquista

Distribution 

Robert De Niro, Michelle Pfeiffer, Tommy Lee Jones & Dianna Agron

Durée 

111 minutes

Musique

Evgueni Galperine

Photographie

Thierry Arbogast

Image 

35 mm ; 2.35 : 1

Son 

VOST Dolby Digital 5.1

 

Synopsis : Fred Blake alias Giovanni Manzoni, repenti de la mafia new-yorkaise sous protection du FBI, s’installe avec sa famille dans un petit village de Normandie.
Malgré d’incontestables efforts d’intégration, les bonnes vieilles habitudes vont vite reprendre le dessus quand il s’agira de régler les petits soucis du quotidien…