Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Lord of war – intelligent mais prétentieux

[critique] Lord of war – intelligent mais prétentieux

Lord-of-war-00.jpg

 

Sujet sulfureux, passionnant et dérangeant, pour film en demi-teinte : cette nouvelle vision n'a pas vraiment changé mon avis depuis la séance cinéma en 2005 [cliquer pour lire l’avis à chaud de Vance].

 

Andrew Niccol, l'auteur de l'un de mes films favoris (Gattaca, mais également du très bon Truman Show, dont il n'a pas assuré la réalisation et sur lequel il crache sans retenue, et du rigolo mais bouffi SimOne), n'est malheureusement pas Oliver Stone ou Peter Weir. Le point de vue sale et brut des hommes cités laisse place à un traitement léché, à la mise en scène impeccable (hallucinants finale et plan-séquence d'introduction), qui d'ailleurs appuie avec intelligence le cynisme de la question du trafic d'armes international. Lord of war est aussi un monument d'arrogance prétentieuse, de sur-intellectualisation et de mépris (dans le cadre du sujet et envers le carcan de production lui-même), qui n'échappe pas au mélo et aux raccourcis scénaristiques de pacotille, pour ne finalement enfoncer que des portes ouvertes.

Lord-of-war-02.jpg

A noter que les honteuses fautes d'orthographes du master français sur les cartons informatifs qui ferment le film frisent le scandale et ridiculisent presque la montée en puissance terminale.


Autre chose, entendre Andrew Niccol dans le commentaire audio expliquer qu'il a payé certaines milices armées africaines pour tourner au plus près des quartiers chauds, finançant par là indirectement leurs exactions, a de quoi laisser rêveur, surtout quand le monsieur pointe ensuite du doigt les grandes nations comme premiers responsables de l'alimentation du marché des armes !


Bon master du DVD, un peu sombre et à la compression parfois un peu défaillante. VO DTS très efficace. Commentaire audio peu enthousiaste, diverses BA et présentations textuelles des armes à feu les plus utilisées dans le monde (on est dans Rambo III ou Lord of war, au final ?).

  Lord-of-war-01.jpg


 

Lord of war

 

Un thriller d’Andrew Niccol (2005) distribué par SND avec Nicholas Cage, Ethan Hawke & Jared Leto

 

Un DVD zone 2 Warner (2008).

2.35 :1 ; 16/9. VOst DTS. 122 minutes.

 

Résumé Allocine : Né en Ukraine avant l'effondrement du bloc soviétique, Yuri arrive aux Etats-Unis avec ses parents. Il se fait passer pour un émigrant juif...
Audacieux et fin négociateur, il se fait une place dans le trafic d'armes. Les énormes sommes d'argent qu'il gagne lui permettent aussi de conquérir celle qui l'a toujours fasciné, la belle Ava.
Parallèlement à cette vie de mari et de père idéal, Yuri devient l'un des plus gros vendeurs d'armes clandestins du monde. Utilisant ses relations à l'Est, il multiplie les coups toujours plus
risqués, mais parvient chaque fois à échapper à Jack Valentine, l'agent d'Interpol qui le pourchasse.
Des luxueux immeubles new-yorkais aux palais des dictateurs africains, Yuri joue de plus en plus gros. Convaincu de sa chance, il poursuit sa double vie explosive, jusqu'à ce que le destin et sa conscience le rattrapent...