Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Jules & Jim en blu-ray : spleen à trois

[critique] Jules & Jim en blu-ray : spleen à trois

Jules---Jim-00.png 

Le 12 septembre sont sortis dans les bacs les rééditions en HD de deux films de François Truffaut : le Dernier Métro et Jules & Jim. De quoi se faire un avis assez pertinent sur deux œuvres phares (et chronologiquement opposées) de la carrière de ce réalisateur élégant et passionné, que j'aime beaucoup mais que je connais finalement assez peu.


Dans ce film de 1962 (donc peu de temps après les 400 Coups par lequel il se révélait au monde du cinéma, après une décennie passée en tant que critique), l’année même où il publiait le recueil de ses entretiens avec Alfred Hitchcock, on sent la volonté manifeste de Truffaut d’adapter à tout prix ce roman d'un auteur qu'il admire, considérant qu’il s’agit d’une œuvre phare de la littérature. De fait, on s’aperçoit assez vite de l’extrême modernité du propos, bien que se déroulant au début du siècle (entre 1910 et la montée du nazisme) : la description presque chirurgicale de la relation chaotique entre ces hommes idéalistes et cette femme qui se refuse à céder à l'amour, par ses atermoiements, ses auto-apitoiements, ses introspections, mais surtout cette liberté de ton, laisse rêveur. L’un des piliers de la Nouvelle Vague, élément volontairement modéré et sentimentaliste du mouvement, se frottait ici à un récit tragique qui lui permettait de délaisser le monde de l’enfance avec lequel il se sentait d’incontestables affinités.

Jules---Jim-02.jpg

Et la mise en scène souvent brillante, quoique ressemblant par moments à de l’expérimentation ludique, alternant longs plans-séquences assez osés et montage abrupt de plans à la composition travaillée (on a même droit à un petit travelling compensé !), renforce par ses parti-pris cet aspect brumeux, lancinant, empreint de nostalgie éthérée qui plane au-dessus de cette histoire traversée par des fulgurances : au XXIe siècle, il faut avouer qu’on a du mal à entrer dans le film, ne serait-ce que par ce choix de redoubler des dialogues énoncés sur un ton monocorde crispant (seules quelques scènes d’intérieur diffusent un son diégétique, la plupart des paroles prononcées étant même parfois asynchrones), par ce côté « théâtre filmé » de certaines scènes, par le caractère indolent de l'ensemble duquel ressort spontanément la fraîcheur de Jeanne Moreau. Tout comme le tempo assez étrange du métrage, sees ellipses et ses ruptures déconcertantes.

Jules---Jim-03.jpg
Belle restauration, il reste très peu de défauts liés à l'âge du film même si le noir et blanc n'a pas le charme et le piqué de celui de Casablanca. La piste sonore est très nette malgré quelques effets d’échos sporadiques liés au doublage et on peut profiter des quelques mesures d’une partition de Georges Delerue assez discrète. Ce nouveau master est proposé avec un livret de 42 pages.


 

Ma note (sur 5) :

3,5

 

 

 


Jules & Jim

 

 Jules---Jim-01.jpg

Mise en scène 

François Truffaut 

Genre 

Romance post-moderne 

Production 

Sédif Productions, distribué en France par MK2

Date de sortie France 

24 janvier 1962

Scénario 

Jean Gruault d’après le roman d’Henri-Pierre Roché

Distribution 

Oskar Werner, Henri Serre, Jeanne Moreau & Sabine Haudepin

Durée 

105 min

Musique

Georges Delerue

Support 

Blu-ray TF1 Vidéo region B (2012)

Image 

2.35:1 ; 16/9 ; N&B

Son 

VF 2.0

 

 

 

Synopsis Paris, dans les années 1900 : Jules, allemand et Jim, français, deux amis artistes, sont épris de la même femme, Catherine. C'est Jules qui épouse Catherine. La guerre les sépare. Ils se retrouvent en 1918. Catherine n'aime plus Jules et tombe amoureuse de Jim.