Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Jappeloup : Rocky chez les chevaux

[critique] Jappeloup : Rocky chez les chevaux

Jappeloup-00.jpg

 

Les vraies bonnes histoires sportives, ou basées sur la compétition, se font plutôt rares en France. Pourtant, les films de ce genre, lorsqu'ils sont réussis, ont toujours cette capacité à rassembler les gens, à véhiculer beaucoup d'émotion grâce à des personnages que l'on aime à prendre en exemple. Jappeloup est de cette catégorie. De ces films populaires, où le héros va progresser tout au long d'un scénario certes assez prévisible, avec chute, doutes et remise en selle (littéralement). 

Car ici, il est avant tout question de l'homme, du cavalier, et non du cheval donnant son titre au film. Ici, le cheval n'est pas au centre des attentions. 

Jappeloup, scénarisé par Guillaume Canet et mis en scène par Christian Duguay (oui, c'est bien le réalisateur de Screamers, série B nanardesque), est très librement inspiré de la vie du cavalier Pierre Durand. Librement, car ce qui nous est conté fait tout autant écho à l'histoire de Durand que de celles de Duguay et surtout de Canet. Troublant. Du coup, le film gagne en authenticité, à tel point que, même si l'on connaît par avance le dénouement, on oublie finalement que l'on voit les exploits de Durand, et on se cramponne à notre siège devant la performance sportive de Canet. Suspens garanti lors des nombreuses séquences de compétitions fort bien réalisées. Parce que de toute façon ce qui compte, ce n'est pas tant de savoir ce qui est exact ou non dans le film, mais de ressentir les émotions qui se mélangent dans l'esprit d'un homme constamment en proie au doute, partagé entre ses devoirs et ses envies. Peu importe si ce que l'on voit tient davantage de la bio de Canet que de Durand

Jappeloup-02.jpg

Jappeloup est une histoire de famille, de la relation entre un père et son fils, entre un homme et sa femme. Le casting est assez juste à ce propos, et cela fait plaisir de voir certains acteurs dont je tairai le nom pour ne pas trop en dévoiler. 

Esthétiquement plutôt réussi, filmé dans de très beaux paysages, Jappeloup n'est cependant pas exempt de quelques défauts : des longueurs et des scènes un peu cliché. Pas de quoi renoncer à aller voir ce Rocky dans le monde des chevaux, réalisé par des passionnés.

Un beau film. 

 

 

Ma note (sur 5) :

4

 


 

 Jappeloup-01.jpg

Titre original

Jappeloup

Mise en scène 

Christian Duguay

Genre 

Biopic chevalin

Production 

Acajou Films, TF1 & Orange Studio, distribué en France par Pathé

Date de sortie France 

13 mars 2013 

Scénario 

Guillaume Canet d’après l’œuvre de Karine Dewilder

Distribution 

Guillaume Canet, Marina Hands & Daniel Auteuil

Durée 

130 min

Musique

Clinton Shorter

Photo

Ronald Plante

Support 

35 mm

Image 

2.35:1 ; 16/9

Son 

VF DD 5.1

 

 

Synopsis Au début des années 80, abandonnant une carrière d’avocat prometteuse, Pierre Durand se consacre corps et âme à sa passion, le saut d’obstacle. Soutenu par son père, il mise tout sur un jeune cheval auquel personne ne croit vraiment : Jappeloup. Trop petit, trop caractériel, trop imprévisible, il a de nombreux défauts mais une détente et des aptitudes remarquables. De compétition en compétition, le duo progresse et s’impose dans le monde de l’équitation. Mais les JO de Los Angeles sont un terrible échec et Pierre prend alors conscience de ses faiblesses. Avec l’aide de Nadia, sa femme, et de Raphaëlle, la groom du cheval, Pierre va regagner la confiance de Jappeloup et construire une relation qui va les mener aux JO de Séoul en 1988.