Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Flight : une interprétation de haut vol

[critique] Flight : une interprétation de haut vol

Flight-00.png

 

Difficile d'écrire sur le dernier Zemeckis, tant les réactions et les envies que l'on peut éprouver à la sortie de la séance sont contradictoires.

Il y a tout d'abord le retour au cinéma "traditionnel" d'un cinéaste attachant, dont la filmographie en prise de vue réelle est inégale et qui a toujours manifesté un goût pour l'expérimentation technologique, l'hybridation avec l'animation. Le chef d'œuvre de Zemeckis reste indubitablement Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, et la décennie 2000 a été une sorte de long purgatoire pour lui comme pour ses fans - force est d'admettre que ses 3 films en motion capture sont peu réussis et aujourd'hui datés.

Il y a ensuite le retour en force de Denzel Washington dans un rôle de premier plan qui lui fait honneur, certes très Actor studio mais incarné avec une vraie implication et un professionnalisme certain.

Flight-02.jpg

La première demi-heure du film est incroyable. Une séquence d'ouverture iconoclaste, qui fait du bien, une BO qui dévoile des sacrés morceaux (les Stones, Bill Withers, Marvin Gaye, etc.), une scène monumentale de crash (j'ai peur en avion et j'ai cru décéder sur place tellement j'étais impressionné), et quelques séquences truculentes après ça. Une ouverture absolument grandiose, marquante. Mais le film se délite ensuite dans un rythme un peu plus plan plan, où l'on suit la névrose et la solitude de cet homme.

Le point de départ est donc intéressant : les fléaux sociaux de l'Amérique puritaine ne sont pas présentés uniquement comme des torts, mais comme des "actes de Dieu" remettant en question à la fois les fondements de la société américaine (la foi, le puritanisme) et l'adhésion supposée du spectateur à un personnage pourtant normalement antipathique. Mais plutôt que de poursuivre dans la voie junkie et canaille du film, Zemeckis se dilue peu à peu et renverse son postulat : la dernière partie du film, navrante, sombre dans la bondieuserie, la rédemption, l'expiation d'un fléau social en tant que péché individuel, et on se coltine une horrible scène de A.A. en prison en mode "héros qui rentre dans le rang". C’est bien dommage.

Flight-03.jpg

Notons parmi d'autres atouts, la présence de Kelly Reilly, excellente, ou de John Goodman, qui semble condamné à apparaître avec une chanson des Stones dans les oreilles (y a pire). Difficile donc de noter et de critiquer un film qui en 2h30 passe d'un stade à son total inverse, semblant renier la direction qu'il faisait mine de prendre. Pour une fois qu'un film américain "mainstream" cassait un peu du standard et du bien-pensant, c'est raté. Enfin, j'apprécie la relative sobriété du film qui ne cède que rarement aux effets faciles et voyants dont Zemeckis est un peu le spécialiste.

A voir pour la première demi-heure et l'interprétation du haut vol.

 

 

Ma note (sur 5) :

3,5

Note moyenne au Palmarès (sur 10 votes) :

3,42

 


 

 Flight 01

Titre original

Flight

Mise en scène 

Robert Zemeckis

Genre 

Crash Drame

Production 

Parkes/MacDonald & Imagemovers, distribué en France par Paramount

Date de sortie France 

13 février 2013

Scénario 

John Gatins

Distribution 

Denzel Wasington, Don Cheadle, John Goodman & Kelly Reilly

Durée 

138 min

Musique

Alan Silvestri

Photo

Don Burgess

Support 

35 mm

Image 

2.35:1 ; 16/9

Son 

VOst DD 5.1

 

 

Synopsis Lorsqu'un désastre survient, un pilote parvient à poser l'avion dans lequel il se trouve, et se voit considéré comme un héros. Mais l'enquête sur ledit désastre prouve que la réalité n'est pas aussi belle...