Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[ciné] Harry Potter, fin d’une époque

[ciné] Harry Potter, fin d’une époque

Harry-Potter-7.02-00.jpg

 

Un film de David Yates (2011) avec Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson, Ralph Fiennes, Bill Nighy, John Hurt, Rhys Ifans, Helena Bonham Carter

 

Une chronique de Nico

 Harry-Potter-7.02-01.jpg

Ca y est, la saga commencée en 2001 nous dévoile son dernier épisode. Un film coupé en 2 parties, dont la première était prometteuse tant elle s'éloignait du schéma narratif habituel pour mieux nous surprendre. Alors qu'en est-il de cette seconde moitié, celle qui est censée nous épater par son action et nous émouvoir par son histoire, dont nous saurons, enfin, le fin mot ? 

 

Eh bien, le premier terme qui me vient à l'esprit est : « frustrant ».

Frustrant car "non, ce n'est pas un film totalement réussi".

Frustrant car la première partie était sans aucun doute l'un des meilleurs Harry Potter.

Frustrant car on aurait aimé être un peu plus touché par ce qu'il advient des personnages.

Car le premier, et probablement le seul, gros défaut de toute la saga est son manque total d'émotion. Ce n'est pas une surprise, surtout si vous avez lu les livres et que vous connaissez tout à l'avance, mais on a du mal à réellement éprouver de l'empathie pour la plupart des héros de ces films. Si la toute dernière scène (qui aura fait rire beaucoup de monde alors qu'elle est très réussie cependant) de ce tout dernier film m'aura relativement foutu la larme à l'oeil, ce n'est pas tant pour ce qu'elle nous montre que pour ce qu'elle m'évoque: "La vache, ça fait 10 ans déjà...". Et c'est ce que je disais lorsque la première partie était au ciné : dans Harry Potter, la plus grosse part d'émotion est apportée par le public, non par ce qu'il y a à l'écran. Les gens chialent parce qu'il n'y aura plus d'autre film et pas parce que ce qu'ils voient les attriste ou les émeut. 

 

Et pourtant il y avait de quoi faire avec le livre de base. Certains personnages emblématiques sont sacrifiés par l'auteur lors de la bataille finale, ça aurait pu donner de grands moments de pleurnicherie dans le film… Mais non. Le réalisateur Yates et son monteur (pourtant doués quand il s'agit de faire dans l'action) les font clamser les uns après les autres dans l'indifférence quasi générale. Quant aux autres, ceux qui ont la chance d'avoir échappés à la plume sadique de J. K. Rowling, on ne les voit pour la plupart que quelques secondes. Mais merde quoi ! Hagrid ! Ils ne pouvaient pas nous le montrer en train de faire coucou à la fin ? 

 Harry-Potter-7.02-02.jpg

Second petit défaut, qui n'en est un que pour le public : ce film est clairement une moitié de film. Il gagne clairement en qualité à être vu à la suite de la première moitié. Et franchement, ils auraient pu nous pondre un gros film de 4 heures sans coupure. Mais bon, ça ne sert à rien de revenir sur le côté opportuniste de l'idée. Et je ne parle pas de la 3D. Vaut mieux pas. Mais même Radcliffe s'est prononcé dessus lors de la sortie de la première partie. 

 

Donc ce film est bien une moitié de film : c'est une grosse scène d'action d'environ 2 heures 10. Et ça passe vite. Trop vite pour un Harry Potter presque, tant on était habitué à la lenteur de ces films. C'est sûr, on n'a pas le temps de s'ennuyer. Mais encore une fois, cette bataille dans Hogwart n'est pas aussi over-the-top que ce que l'on pouvait croire. Ouais, on voit 2 géants et 4 petites araignées en arrière-plan. Mais ça manque de démesure. Et en plus, les combats de baguettes magiques à l'écran, j'ai toujours trouvé que ce n'était pas très esthétique. Au bout de la 12e fois, voir Harry Potter envoyer une lumière rouge dans la tronche du méchant, qui lui, lui envoie une lumière verte, qui se relient, et bien ça lasse un peu quand même. Bref l'action manque... un peu d'action, quoi. Et encore une fois, ce que j'ai le plus apprécié, c'est ce qui n'est pas écrit par Rowling, comme ce fabuleux plan où les deux sorciers se jettent de la falaise. 

 Harry-Potter-7.02-03.jpg

Un manque d'imagination, un manque d'émotion, mais quelques plans qui m'ont marqué. Il y en a un à la limite de l'horrible. On y voit un méchant (un loup, je crois) en train de bouffer un personnage au sol. Le plan suivant, nous découvrons qu'il s'agissait d'une élève que l'on avait vue dans les précédents. 

 

Au final, et malgré les réserves, c'est un bon film. Juste que l'on en espérait plus. Disons qu'il est à l'image de la saga. Maintenant que l'on connaît tous les films, autant dire que l'opus de Cuaron restera le meilleur. J'aurais aimé de l'homogénéité. Paradoxalement j'aurais peut être aimé que chaque film soit réalisé par un réalisateur unique. Mais pourtant c'est une saga que j'aime beaucoup. Des parcs d'attractions filmés par Colombus au film anarchiste de Newell, en passant par le conte de fée de Cuaron, on pourra toujours trouver ce que l'on veut dans ces Harry Potter. Peut-être aurait-il mieux valu que les scénaristes prennent un peu plus de libertés (les meilleures scènes sont des scènes inventées, comme celle de la danse entre Harry et Hermione). Mais l'ensemble est toujours très agréable, grâce à ses acteurs épatants ou aux décors sublimes.