Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Quand je regarde l'écran, l'écran me regarde.


les Châtiments, de Stephen Hopkins

Publié par Vance sur 6 Juin 2016, 18:15pm

Catégories : #Epouvante-Horreur, #Cinéma 2007, #Sur écran : rattrapage de séance

les Châtiments, de Stephen Hopkins

les Châtiments

Sur le papier, c’était alléchant.

Bien que j’eusse pris soin de n’en rien voir au préalable (ayant même échappé à la bande annonce), le résumé portait en lui de nombreux espoirs pour l’amateur de mystique et d’effroi que je suis. Peu de choses au cinéma me ravissent autant que des phénomènes étranges entraînant la perte de foi et la remise en question des plus anciennes valeurs de l’humanité, la peur viscérale qui paralyse et vous cloue au siège, l’angoisse liée à un sentiment de déstabilisation prégnant. Rares aussi sont les films qui ont pu me le procurer, la tendance allant davantage au spectaculaire et à l’efficace qu’à la recherche de l’indicible. Auparavant, the Descent, s’il était réussi dans le genre, ne parvenait pas à effrayer, juste à choquer ou surprendre. L’Exorcisme d’Emily Rose, en revanche, offrait quelques moments bien éprouvants, de même qu’Inland Empire par son aspect complètement décalé et fondamentalement dérangeant. 

Ici, c’est raté. L’intro nous plonge dans un remake de Stigmata et la suite nous entraînera dans une quête menée n’importe comment où se mêlent visions d’Apocalypse et cultes maudits. Certes, les plaies qui s’abattent suscitent leur lot de visions saisissantes (la nuée de sauterelles étant très réussie), mais elles mettent surtout en avant le budget sans doute confortable alloué aux effets spéciaux qui ne parviennent pas à dissimuler l'indigence d'un scénario obtus et parsemé d’épisodes gratuits ; Ben, le fidèle acolyte qui, lui, n’a pas perdu la Foi , ne sert strictement à rien et les situations sont toutes prévisibles ; Stephen Rea, qui nous campe un Père Costigan intervenant à distance, nous fait irrémédiablement penser au Père Delaney dans Amityville. Hillary Swank ne parvient pas à convaincre, elle est méconnaissable dans son rôle d’ex-pasteur enquêteur aux allures de bimbo. Idris Elba n'est pas exploité comme il le mériterait.

Dès les premières secondes, on se doute de ce qui surviendra, on comprend qui sont les responsables, grâce en partie à la lourdeur des propos (quand on se présente en précisant : « Je suis issu d’une longue lignée de fils uniques » et qu’on apprend qu’il y a une histoire de filiation liée à la malédiction, on a vite fait le rapprochement). Le finale d'ailleurs en est presque grotesque tant les protagonistes mettent du temps à expliquer leur fait. Si encore le fait que Katherine soit un pasteur qui a perdu la foi (père Merrin, nous voilà !) avait une importance ! Mais non ! Seules les capacités de cette mystérieuse jeune fille (oui, vous avez deviné qu’elle ressemblait à celle que Katherine a perdu ; au fait, elle est interprétée par l’antipathique blondinette de Charlie & la Chocolaterie ) entretiennent un doute : une mutante ? un être maudit ? une innocente, dont les pouvoirs ne sont qu’une illusion suggérée par la secte ? Quand on apprendra le fin mot, on sourira.

 

La fin est toutefois assez maligne et laisse entrevoir ce qu’aurait pu donner un film au script plus maîtrisé. Il n’y avait cependant rien qui justifiât un film de cette ampleur, et j’aurais préféré nettement plus d'humilité dans le traitement – avec un peu d’efforts en ce sens, on aurait pu créer un bon épisode d’X-Files.

  

Titre original

The Reaping

Mise en scène 

Stephen Hopkins

Date de sortie

18 avril 2007 avec Warner Bros.

Scénario 

Chad & Carey Hayes sur une idée de Brian Rousso

Distribution 

Hillary Swank, Idris Elba, David Morrissey & Stephen Rea

Photographie

Peter Levy

Musique

John Frizzell

Support & durée

35 mm en 2.35 :1 / 98 minutes

 

Synopsis : Katherine Winter est une chercheuse de miracles – en fait, elle parcourt le monde afin de trouver des explications rationnelles aux prétendus miracles. Tout ça parce qu’un jour, une mission humanitaire lui a coûté sa fille et son mari. Voilà qu’on vient la chercher pour tâcher d’expliquer les événements étranges qui se déroulent dans une petite bourgade nommée Heaven : l’eau d’une rivière s’y est changée en sang. La populace reporterait la faute sur une jeune fille vivant à l’écart avec sa mère. Pendant qu’elle mène son enquête, Katherine doit vite se rendre à l’évidence : ce phénomène n’est que le premier des fléaux qui vont s’abattre sur la ville. En effet, peu de temps après son arrivée survient la pluie de grenouilles…

Commenter cet article

Vance 01/05/2007 18:29

Je t'en prie, mais bon, d'autres ont aimé ^^.

Grey 01/05/2007 14:29

Bon ben je crois que je vais passer mon chemin :-(
Merci Vance

Nous sommes sociaux !

Articles récents