Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] le Come back : Hugh rocks

[critique] le Come back : Hugh rocks

[critique] le Come back : Hugh rocks

Le réalisateur du déjà sympathique Miss Detective (Miss Congeniality en VO) signe avec cette comédie romantique pur jus un film sur mesure pour Hugh Grant, un acteur avec lequel il venait de réaliser l'Amour sans préavis

 

Il faut avouer que celui que le metteur en scène considère comme "le plus grand acteur comique" est épatant de drôlerie en chanteur pop aux costumes trop ajustés, aux coiffures improbables et au déhanché ringard, des caractéristiques directement inspirées de groupes comme Wham ! ou Duran Duran ; ses tics gestuels et sa décontraction habituelle lui permettent de donner une certaine profondeur à ce personnage qui évite de sombrer en profitant des restes affadis d’une gloriole passée. L’opportunité de revenir sur le devant de la scène ne risque donc pas de le transformer radicalement, ce qui justifie sa désinvolture lorsqu’il accepte le deal puis qu’il vire son parolier pour prendre Sophie, quasi sur un coup de tête. Le parallèle avec le personnage de Billy Mack dans Love actually (incarné par Bill Nighy) est intéressant : deux chanteurs ringards, mais Alex en est au moins conscient.

Sinon le film est plaisant à suivre.

Si l’exposition est trop longue et un peu molle, elle donne tout de même quelques savoureux moments de décalage avec des numéros d’un Hugh Grant en roue libre. La deuxième partie, pourtant assez convenue et prévisible (Alex et Sophie travaillent ensemble pour écrire cette chanson), est tout de même plus riche en émotions, plus drôle mais aussi plus tendre, avec ses passages obligés de complicité relationnelle. Elle place le film sur des rails bien huilés pour se terminer sur un sympathique concert et un générique rigolo. On relèvera que les deux personnages centraux étaient faits pour se rencontrer, chacun ayant un passé dont il est nécessaire de se dédouaner. Il y aurait pu y avoir une intrigue plus développée sur la paternité d’une œuvre et les droits d’auteur – c’est sensible en filigrane – cependant les scénaristes ont préféré suivre un chemin balisé d’avance pour les grands romantiques et un public moins exigeant.

Pas de surprise ni de drame donc, mais des personnages attachants. Les fans des années 80 apprécieront la bande originale, les autres s’étonneront peut-être du joli filet de voix de Grant.   

 

 

 

Titre original

Music & lyrics

Réalisation 

Marc Lawrence

Date de sortie

14 mars 2007 avec Warner Bros.

Scénario 

Marc Lawrence

Distribution

Hugh Grant, Drew Barrymore & Haley Bennett.

Photographie

Xavier Pérez Grobet

Musique

Adam Schlesinger

Support & durée

Blu-ray Warner (2011) region All en 1.85:1 / 103 min

 

 

Synopsis : Alex Fletcher est un chanteur vivotant sur quelques succès des années 80 où il faisait partie d’un groupe qui avait atteint le sommet des charts. A présent, il anime des soirées dansantes dans les hôtels ou fait des représentations dans des parcs d’attraction. C'est alors que son manager vient lui annoncer que Cora, LA grande star du moment, demande qu’il lui compose une chanson. Le problème est qu’il a besoin d’un parolier : pourquoi pas Sophie, cette ravissante écervelée qui s’occupe de ses fleurs et qui semble douée pour les rimes assassines ?