Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] the Host : un monstre à Séoul

[critique] the Host : un monstre à Séoul

[critique] the Host : un monstre à Séoul

A Séoul, au bord du fleuve Han, c'est la panique : un monstre aquatique surgit des eaux et fait un carnage chez les touristes. La créature disparaît en emportant Hyun-seo, la fille d’un pauvre type qui tenait avec son père un petit snack. Il retrouvera sa sœur championne de tir à l’arc et son frère alcoolique à l’hôpital. Passés des moments de désespoir et de crainte (les autorités parlent d’un mutant qui serait l’hôte d'un virus inconnu et les familles des victimes sont placées en observation), ils reçoivent un appel sur un portable : Hyun-Seo est toujours vivante ! Malgré l’incrédulité des autorités, ils décident d’aller la rechercher, quitte à affronter le monstre dans son repaire : les égouts.

Malgré quelques longueurs, le film, annoncé comme une bombe, tient ses promesses : c'est une véritable (bonne) surprise. Inclassable, qui plus est, du moins pour les acceptions occidentales et notre tendance cartésienne à catégoriser. Le réalisateur de Memories of murder a concocté un cocktail détonnant de film de monstres et de satire sociale : ça commence comme Godzilla et puis ça bascule et aborde de nombreux registres. Dans l’humour, parfois démonstratif (les pleurs de la famille réunie devant le portrait de la disparue) parfois complètement décalé (le grand-père qui explique qu’il peut deviner l’état de santé de son fiston rien qu’en écoutant son pet), venant  ponctuer des séquences haletantes (les différentes charges du monstre, la tentative d’évasion des rescapés) et d’autres où la tension retombe (l’hôpital). A l’aide de travellings efficaces (un splendide à ras des herbes, en voiture, alors qu’on suit l’archère qui se lance dans la quête) et d’une musique entraînante souvent en rupture,  Joon-ho Bong nous sert une petite bombe plutôt équilibrée qui flingue nos vieilles habitudes de films de genre hyper-codifiés : de l’histoire du virus aux origines de la bête, il ne nous révèlera que les bribes qu’il juge utiles, laissant le spectateur se concentrer sur d’autres éléments (mode de vie du mutant, réactions de la population), parsemant le métrage de séquences héroïques ou de petites tranches de vie qui ne manqueront pas de fustiger l’immobilisme coupable des autorités (politiques ou médicales) ou l’attitude du pays face aux Etats-Unis, impliqués dans cette affaire. On n’oubliera pas de sitôt l’opération de chirurgie cervicale.

Quant à la bête, réalisée à partir de travaux faits chez Weta (ce que semble affirmer le générique), elle est plutôt crédible dans ses déplacements, affichant un mix étrange entre le raptor et l’alien ; ses apparitions sont magistralement dévoilées, et le réalisateur nous prouve sa science du cadrage et sa maîtrise des différents plans. Seuls les effets de flamme et quelques perspectives ratées ternissent ce très bon tableau.

Pour peu qu’on accepte une interprétation souvent théâtrale des acteurs, recherchant l’ostentation, on ne peut que se réjouir.  

 

Très rafraîchissant, donc salutaire.

 

 

 

Titre original

Gwoemul

Réalisation 

Joon-ho Bong

Date de sortie

22 novembre 2006 avec Océan Films

Scénario 

Joon-ho Bong, Won-jun Ha & Ghul-hyun Baek

Distribution

Kang-ho Song, Hie-bong Byeon, Doona Bae & Hae-il Park

Photographie

Kim Hyung-Goo

Musique

Byung-woo Lee

Support & durée

35 mm en 1.85:1 / 119 min

 

 

Synopsis : A Séoul, Park Hee-bong tient un petit snack au bord de la rivière Han où il vit avec les siens. Il y a son fils aîné, l'immature Gang-du, sa fille Nam-joo, une championne malchanceuse de tir à l'arc, et Nam-il, son fils cadet éternellement au chômage. Tous idolâtrent la petite Hyun-seo, la fille unique de Gang-du. Un jour, un monstre géant et inconnu jusqu'à présent, surgit des profondeurs de la rivière. Quand la créature atteint les berges, elle se met à piétiner et attaquer la foule sauvagement, détruisant tout sur son passage. Le snack démoli, Gang-du tente de s'enfuir avec sa fille, mais il la perd dans la foule paniquée. Quand il l'aperçoit enfin, Hyun-seo est en train de se faire enlever par le monstre qui disparaît, en emportant la fillette au fond de la rivière.
La famille Park décide alors de partir en croisade contre le monstre, pour retrouver Hyun-seo...