Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
Watchmen

Watchmen

Watchmen *

 

Un film de Zack Snyder (2009).

 

Un « rapido » par TWIN

 

Visionné au Cinéma.

La séance était longue, le son très fort et je suis très déçu. Disons que j'ai trouvé beaucoup de qualités au film mais, malheureusement en un sens, ces qualités ne sont pas à attribuer au long métrage mais à l'œuvre littéraire depuis laquelle il tire son jus. Si la construction textuelle est fort bien tournée dans sa faculté à digérer de façon complexe mais cohérente un récit bien plus riche, avec un véritable sens de l'écriture structurelle, la mise en scène enchaîne sous un angle de représentation racoleur et outrancier de vulgarité esthétique les scènes d'actions bouffies de violence penaude et de tics visuels tape-à-l'œil, en contraste avec de longs tunnels dialogués où les personnages murmurent leur apesanteur dans un semblant d'intellectualisation qui semble aussi bien ennuyer le réalisateur que le moi spectateur. En somme, à mon sens, c'est d'abord une œuvre papier phare et très mature, au potentiel textuel démesuré de pertinence, simplement encerclée dans un emballage pensé pour être vendu à un public jeune et avide de sensations immédiates. La violence est traitée à renfort de basses, d'accélérés et de ralentis graphiques posant la peine physique en plein champ, dans un jovial capharnaüm scénique qu'Old Boy a dû quelque part inspirer. De grands cinéastes ont su bien mieux dépeindre une violence esthétique mais mythifiée ou, au contraire, inscrite dans un contexte sociétal qui en renforce la symbolique contemporaine. Chez Snyder, l'enjeu, la problématique de l'image, de la narration, l'étendard d'un certain cinéma envahissant aujourd'hui, reste que l'effet soit 'cool'. La morale est de fait si peu conséquente qu'elle en devient, au mieux, incompréhensible, au pire, complètement erronée dans la complexité qu'on veut bien lui attribuer. C'est en quelque sorte un ratage dangereux car déguisé en symbole d'un cinéma plus adulte ; mais surtout rageur et sans recul autre que celui d'une logique par l'effet.


>Voir la bande annonce ici.

>Voir la chronique de Vance ici et la chronique de Nico .