Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu

Exercice de style n° 2 : mots en vrac

Mots en vrac

 

10 mots imposés. Un pari littéraire suggéré par Satine à partir du blog de Abeilles50 lui-même inspiré par Lmvie.

 

Pérenne - Chic - Clair de terre - Transformer – Vision -
Désirer - Capteur - Compatible - Génome – Ailleurs

 

Earth Watcher

 

Sa tâche enfin terminée, l’homme leva les yeux.

Et soupira.

La vision pourtant si familière de ce globe irisé suspendu dans un ciel d’encre raviva en lui de douloureux souvenirs. Ris et pleurs se succédaient en un nébuleux écho alors qu’il se reposait un bref instant. Il était seul désormais, et il ne comptait plus le nombre de fois qu’il était sorti de son sommeil pour s’acquitter d’une corvée léguée par ses prédécesseurs déjà partis ailleurs, sous des cieux plus cléments et lumineux, à contempler d’autres mondes plus vivants et verdoyants. Son oreille fatiguée perçut le discret tintement du capteur de mésons qu’il avait omis de recalibrer. Une grimace se fit jour sur son visage parcheminé. Allons, encore un effort. Ce n’était pas de sa faute si son génome n’était pas compatible avec un voyage sidéral : les siens avaient pu quitter le système depuis des lustres, échappant aux relents méphitiques des vaines tentatives humaines pour tenter de maintenir leur planète natale à flot, la rendre à nouveau habitable. Il avait longtemps désiré un signal signifiant le retour des premiers migrants, un signal qui transformerait son existence morose et terne, dans un environnement encore plus morose et terne. Les bâtiments désaffectés ne servaient plus que de dernier refuge au dernier représentant de l’espèce humaine dans cette partie de l’Univers. Les étendues grises et froides de la Lune étaient son seul horizon désormais, hormis les jolies volutes éthérées de la tour de contrôle spatial au pied de laquelle il avait son camp de base. Le chic ultime : une chambre dans un cratère, environné d’appareils de mesure destinés à jauger du taux de radiations nocives dégagées par ce monde autrefois nommé Planète bleue et à présent totalement inhabitable. Un emploi pérenne, sans employeur exigeant ni collègues envahissants.

Sous l’éternel clair de Terre, l’homme reprit le cours de sa vie monotone et sans espoir, étouffant sa solitude sous un ciel constellé d’étoiles où, là-bas, très loin au-delà des frontières cosmiques, l’Humanité avait, peut-être, repris ses droits.

 

 

Ce texte me fut inspiré par les visions de Arthur C. Clarke, Stanley Kubrick et Ray Bradbury. Merci à ces grands artistes de la SF.