Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu

le Film du mois de mai 2008 par TWIN

Film du Mois de Mai : The Darjeeling Limited

Découvertes (ciné/DVD) :

Iron Man, de Jon Favreau 6.5/10
Indiana Jones & le Royaume du crâne de cristal, de Steven Spielberg 8.5/10
La Féline, de Jacques Tourneur 9/10
The Darjeeling Limited, de Wes Anderson 9.5/10

Films revus (DVD) :

Les Aventuriers de l'Arche perdue, de Steven Spielberg 9/10
Indiana Jones & le Temple maudit, de Steven Spielberg 9/10
Indiana Jones & la Dernière Croisade, de Steven Spielberg 8.5/10
Le Silence des agneaux, de Jonathan Demme 9/10
Sur la route de Madison, de Clint Eastwood 10/10
Die hard 2, de Renny Harlin 3/10



A part pour le schizophréniquement génial nouvel Indiana Jones, j'ai eu assez peu de temps pour les compte-rendu en cet excellent moi de mai, cinématographiquement parlant (à l'exception du décidément misérable Die hard 2).


Jonathan Demme me souffle toujours autant par la mise en scène, les ambiances et le montage de son pamphlet féministe d'une fulgurance éminemment intelligente. L'Eastwood se confirme durablement comme l'une œuvres les plus sensibles, sincères et riche de signifiés, jamais écrites. Quant à la trilogie Indiana, il est toujours bon de se la remettre à jour et de se rappeler à quel point chaque opus est heureusement différent des autres.


Restent deux découvertes majeures : La Féline qui, sous des atours un peu maladroits, se révèle un fabuleux crescendo dans la folie, sur fond de fantastique murmuré ; et le Wes Anderson qui, après La Vie aquatique (sans doute l'un de mes films favoris) impose durablement un surréalisme délicieusement décalé et hors du temps. Il est peut-être l'un des rares cinéastes pouvant se réclamer de Tati aujourd'hui, mais je ne saurais le réduire à une influence, tant son univers à la fois drôle, doux et amer se veut kaléidoscopique. Ce dernier film tourne la quête initiatique en farce délétère dont l'émotion, jamais facile et toujours sincère, envahit de façon plutôt inattendue. Et quelle maîtrise du cadre !