Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu

I would die for you

Robin des Bois, Prince des Voleurs

 

Un film de Kevin Reynolds (1991) avec Kevin Costner, Mary-Elizabeth Mastrantonio, Alan Rickman & Morgan Freeman

 

Un DVD édition spéciale 2-discs, zone 2, Prolongement Version. Equivalent à l'édition collector française (ceci est une version belge).

 

Résumé Cinémovies : Au XIIIe siècle. Fuyant les prisons de Jérusalem, Robin de Locksley et son compagnon de croisade, Azeem, regagnent l'Angleterre. Ils se heurtent au sheriff de Nottingham, qui terrorise la région et rêve d'épouser la belle Marianne. Robin se retranche dans la foret et organise la résistance à l'imposteur.



Visionné en VF 5.1, cette nouvelle piste audio remasterisée afin d'inclure les séquences supplémentaires essentiellement consacrées au Sheriff de Nottingham, délicieusement joué par Rickman.


Bon, commençons par le son de l'un des films préférés de ma compagne. Certes, il est assez clair, peut-être pas suffisamment orienté vers l'avant, mais le problème n'est pas là, je n'ai pas l'installation nécessaire pour en dire plus. Le problème vient du fait qu'on perd ce qui faisait le charme de la précédente version qu'on avait fini par connaître quasi par cœur. Les dialogues ne sont pas les mêmes ! Les voix ont presque toutes été changées : les doubleurs de Costner et Mastrantonio semblent maintenus, peut-être aussi celui de frère Tuck ; celui de Freeman a pris un coup de vieux avec une voix fatiguée du plus mauvais effet ; tous les autres sont différents. Little John n'a plus cette tonalité de baryton. De même, les textes ont été modifiés ; il semblerait qu'ils aient cherché à être plus proche d'un discours médiéval (on entend plusieurs fois les mots occire ou damoiseau) mais l'humour qui caractérisait l'œuvre est cruellement absent. Dommage.


Les images sont beaucoup plus nettes en revanche, même si elles me semblent un ton plus froides qu'auparavant. Les détails de la tenue de Robin ou de la robe nuptiale de Marianne sont bien mis en valeur.


Les séquences supplémentaires valent-elles le prix à payer ? Pas vraiment. Elles changent subtilement le registre du film, insérant un culte satanique au travers du personnage de Morcianna, sorcière manifeste et tutrice du sheriff (sa génitrice même, de son propre aveu et révélation). On voit davantage Alan Rickman, ce qui fera plaisir à ses admirateurs – n’est-ce pas Denise ? Mais le rythme du film est faussé et on reste perplexe devant un raccord où un personnage, sensé avoir eu la langue coupée, se met à parler à la fin.

 
Cela dit, l'ensemble demeure plaisant, avec une adorable Mastrantonio et un Morgan Freeman au charisme incroyable, vraiment desservi par sa voix française. Les facéties du sheriff font toujours autant rire et on préfère garder en souvenir l'esprit bon enfant qui anime l'ensemble. Enfin, revoir les remparts de ce bijou d’architecture (reconstituée) qu'est la cité de Carcassonne est un plaisir incontournable.

 

J’enrage alors de n’avoir pas connu plus tôt la version originale et de m’être attaché à la française, au point que je me demande si je ne vais pas racheter la version habituelle. On ne se refait pas.