Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu

Kamehameha

L’Armée du Ruban rouge

 

Un anime de Akira Toriyama (2002)

 

Un DVD zone 2

 

Synopsis DVD.fr : Son Gokou vivait tout seul à Mount Paoz à des milliers de kilomètres de la capitale. Attirée par les sept boules du Dragon, Bulma rencontre Son Gokou, qui en possédait une héritée de son grand-père. Malgré la séduction de la jeune fille, il garde son bien mais décide l’aider à rechercher les autres boules du Dragon.

 

Cruelle déception. Certes, on retrouve avec bonheur notre petit Son-Goku, mais c’est pour une autre resucée des débuts de la série, avec un gros condensé de la première saison. Les rencontres avec Bulma, Yamcha et Tortue Géniale sont à peu près les mêmes et plutôt bien intégrées. Celles avec Oolong et l’androïde diffèrent sur quelques détails.

 

Le problème vient de ce qu’il n’y a aucune originalité dans le traitement et que les situations s’enchaînent sans vraiment de cohérence, avec des fautes de raccord grossières. Ce film semble être monté de bric et de broc et apparaît davantage comme une sorte de remise à neuf de l’histoire (avec les graphismes de l’équipe de Dragonball GT) que comme une OAV respectable.

 

Pire, la censure française se permet même le luxe de couper quelques plans ou séquences un peu osées – ou plutôt coquines (en gros, tout le jeu de séduction de Bulma), ce qui multiplie les incohérences. Pourtant, il était tout à fait possible d’opérer une adaptation honnête dans le style de la Légende de Shenron, qui parvenait à conserver la fraîcheur des premiers Dragonball dans une histoire originale qui se tenait. L’affrontement avec l’Armée du Ruban Rouge n’a même pas le caractère dantesque de celui de la série. Reste le Kaméhaméha, toujours aussi impressionnant.

 

Nous l’avons visionné en VF 2.0 : on n’a pas le choix, il n’y a pas de menu, le film se lance automatiquement dans cette langue. Les doublages étaient parfois limite et décalés (mais les coupures françaises y sont pour beaucoup) ; les voix de Goku et Bulma sont les mêmes que dans la série d’animation. Le son a toutefois une bonne dynamique.

 

Les images sont très contrastées et lumineuses, avec des couleurs vives qui sont la plus grosse différence par rapport à la série animée. Cependant, des spots apparaissent par intermittence, ainsi que quelques zébrures blanches horizontales. Les gros plans montrent une définition perfectible. C’est quand même du 16/9.

 

A déplorer : aucun bonus. Pour les amateurs, il vaut mieux se procurer la version non censurée qui propose une VOST – et encore !