Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Winchester ’73

[critique] Winchester ’73

[critique] Winchester ’73

Après des westerns intenses aux enjeux énormes, c’est un film plus modeste de 90 minutes qui nous occupe à présent : une course-poursuite entre deux hommes qui s’est avérée extrêmement agréable à regarder, sans fioriture et sans baisse de rythme. Dans Winchester ’73, le fusil en question sert de lien entre différents moments d’une quête impitoyable dans laquelle Lin (James Stewart, très à l’aise, avec un côté un peu cynique plaisant et toujours ce regard un peu halluciné par moments) cherche à retrouver Dutch qui aurait commis un crime atroce le touchant personnellement.

Bien entendu, plus on avance dans le métrage, plus on en apprend sur sa motivation et les liens unissant ces deux êtres que tout oppose : Dutch est une brute, voleur, tueur sans scrupule et assez malin pour survivre dans cet Ouest impitoyable ; Lin aurait sans doute été fermier s’il n’avait pas été obnubilé par son désir de vengeance, il est courtois et poli, droit et surtout tenace. Leur route va croiser celle d’un Wyatt Earp sur le retour mais fort sympathique, d’une tribu d’Indiens cherchant à rééditer le coup des Sioux contre Custer (avec Rock Hudson en chef peinturluré, assez ridicule mais qui vaut le coup d’œil), d’un marchand d’armes roublard mais pas assez prudent, d’une chanteuse (Shelley Winters) qui tombera immédiatement sous le charme du séduisant rédempteur et d’autres éléments constitutifs de ces westerns, avouons-le, un peu surannés. On a ainsi droit à de belles images de chevauchées sur les crêtes face au soleil levant, au siège d’une position tenue par quelques soldats trop jeunes (avec la surprenante apparition de Tony Curtis dans un de ses premiers rôles) et à des fusillades orchestrées de main de maître ; des séquences plus intimistes permettent de donner plus d’épaisseur à ce film efficace, notamment ces discussions au coin du feu, dans le désert entre les assiégés, où transparaissent certaines des valeurs fondamentales du mythe américain.

Et puis, il faut voir, au moins une fois, James Stewart dire See ya ! à Shelley Winters avec ce regard intense et ce plissement des lèvres inimitables qui ont fait de lui l’icône tranquille d’un cinéma qu’on regrette.

Visionné sur un DVD zone 2, on a d’abord essayé en VF, mais le doublage de James Stewart était tellement insupportable qu’on a préféré passer à la VO mono, d’assez bonne facture, très légèrement nasillarde et avec une baisse de volume sensible après 70 minutes. Les images en noir et blanc sont correctes lors des plans d’ensemble et dans les scènes nocturnes, mais de nombreux gros plans trahissent un fort grain et une légère surexposition. Toutefois, très peu de drops sont à noter.

 

Titre original

Winchester '73

Créé par 

Anthony Mann

Date de sortie en salles

26 avril 1951 avec le Théâtre du Temple

Date de sortie en DVD

20 juillet 2004 avec Universal

Scénario 

Borden Chase & Robert L. Richards d’après l’oeuvre de Stuart N. Lake

Distribution 

James Stewart, Shelley Winters, Stephen McNally, Dan Duryea & Rock Hudson

Photographie

William H. Daniels

Musique

Walter Scharf

Support & durée

DVD Universal (2004) zone 2 en 2.35 :1 / 92 minutes

 

Synopsis : Dans une ville de l’Ouest, un concours de tir est organisé. Le prix ? Une Winchester, mais pas de celles qui sont légalement en vente : c’est one over thousand, une arme exceptionnelle qui n’est remise qu’en de rares occasions par les manufacturiers ; une arme « parfaite » convoitée par beaucoup. Deux hommes se retrouvent en finale : Lin McAdam et « Dutch » Henry Brown. Ils semblent avoir un compte à régler, le premier poursuivant l’autre depuis un moment déjà. C’est Lin qui gagne après une démonstration éblouissante. Mais l’autre a tôt fait de lui voler le fusil et de s’enfuir avec afin de commettre quelque forfait. La poursuite reprend donc ses droits…