Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu

Ben & Polly

Polly & moi

 

Un film de John Hamburg (2004) avec Jennifer Anniston, Ben Stiller & Alec Baldwin

 

Résumé CinéMovies : Reuben Feffer est l'homme le plus prudent, le plus routinier du monde. Planifiant sa vie et sa carrière d'assureur avec une rigueur toute mathématique, il se défie comme la peste de toute surprise, bonne ou mauvaise. L'insouciante Polly Prince navigue à vue, improvise au jour le jour, multiplie les paris et les coups de tête. […]
Deux surprises de taille viennent troubler la vie si ordonnée de Reuben Feffer. La première : sa femme le trompe et le plaque en pleine lune de miel. La seconde : il rencontre Polly à une réception, la trouve charmante, irrésistiblement drôle et séduisante, se souvient qu'ils firent ensemble leurs études secondaires et qu'elle était, comme lui, un modèle de sérieux. Aucune raison de penser qu'elle ait changé...

 

Des acteurs qui attirent la sympathie, des seconds rôles en béton (qu'on aimerait voir davantage, avec une mention spéciale au prof de plongée italien), quelques situations scabreuses et/ou ridicules qui font rire malgré que l’on en ait : les ingrédients nécessaires à une bonne comédie. On les trouve manifestement assemblés ici avec suffisamment de savoir-faire pour déclencher au moins le sourire toutes les cinq minutes. On navigue en terrain connu et c’est aussi bien ce qui fait la force du film que sa faiblesse : rien de nouveau, en fait. Mieux encore : c’est un film (de) avec Ben Stiller qui sait depuis longtemps marier incongruité et plaisir coupable, surfant avec un certain bonheur entre grosse pochade et comédie romantique.


La première demi-heure est menée tambour battant, avec un rythme gaguesque supérieur à celui de Mon Beau-Père & moi. On ne s’ennuie pas et les rires s’enchaînent.
Ensuite, on retombe malheureusement dans le traditionnel : la femme revient, qui va-t-il donc choisir, que ce choix est cruel, cette femme n'est pas pour moi, etc... Vaudeville dépassé et enjeux qui manquent de percussion : les rires s’estompent mais la bonne humeur parvient malgré tout à surnager.

Allez, ça se laisse voir, on se laisse rire, Jennifer Anniston est charmante et Ben Stiller est incomparable pour se mettre dans des situations plus que grotesques, même si elles sont archi-connues maintenant. Mais ma scène préférée reste Baldwin aux toilettes... heureusement qu'elle n'était pas dans la bande annonce, qui s’avère desservir ce genre de films fondés sur la surprise.