Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Brigadoon
[critique] Brigadoon

Au milieu des grandes comédies musicales articulées sur de stupéfiants morceaux dansés et colorés inspirés des Ziegfeld Follies, il existe, connu de quelques bienheureux, une petite perle adaptée d’une pièce théâtrale de Robert Lewis datant de 1947, racontant comment deux Américains en goguette, Tommy (impeccable Gene Kelly) et Jeff (Van Johnson, perpétuellement grognon mais sympathique) venus chasser dans les Highlands écossaises, tombent sur un village hors du temps qu’aucune carte ne mentionne : Brigadoon, qui s’apprête alors à fêter les noces de Jean et Charlie. Tommy tombe immédiatement sous le charme de Fiona (Cyd Charisse, rayonnante, qui adopte un accent pittoresque), alors que sa propre fiancée l’attend en Amérique…

[critique] Brigadoon

Voici pour les curieux un fort belle pièce, construite comme un conte de fées, où les chorégraphies de groupe succèdent aux chants sur fonds de décors peints (le tournage, initialement prévu dans la région d'Inverness, fut déplacé en studios en raison du mauvais temps). Charlie, le futur époux, étonne par sa voix de ténor, alors que Gene Kelly ne s’en sort pas trop mal avec un ton plus chaud. En revanche, ce dernier est toujours éblouissant dans ses numéros de danse, notamment dans la séquence de la colline aux bruyères, véritablement sublime, où il virevolte en compagnie de Cyd Charisse au sein d’un paysage multicolore, magnifié par une caméra étonnamment mobile, qui nous gratifie de quelques panoramiques et travellings du meilleur effet. Sinon, on ne peut qu’être ébahis par le soin apporté à chaque cadrage, à une époque où le montage n’était pas effréné comme maintenant : les chorégraphies ne comptent que très peu de plans successifs, certains dépassant la minute, et les raccords ne sont là que pour modifier de point de vue. Ce qui nous laisse tout loisir d’admirer les prestations de ces artistes complets qui nous gratifient de numéros de haute voltige d’une affriolante maîtrise, que Vincente Minnelli exploite avec un immense savoir-faire. En dehors des parties musicales, on sourira souvent aux réflexions des indigènes, avec leurs tenues chatoyantes et leur langue aux « r » roulants ponctuée de termes désuets. 

[critique] Brigadoon

Au final, nous voici avec un film totalement charmant, qui n’a pas la

flamboyance, l’aura et la virtuosité de Chantons sous la pluie, mais dégage une poésie bucolique de bon aloi, fondée sur un amour intense parfaitement illustré par les regards et les danses de Cyd et Gene. Les amateurs de comédies musicales à l'écran reconnaîtront peut-être un jeune premier qui devint célèbre ultérieurement avec West Side Story : George Chakiris.

Le DVD existant reprend évidemment le format Cinemascope, créé à l'époque pour tenter de concurrencer la télévision, ce qui explique la vacuité parfois évidente des zones aux extrémités du cadre.

A essayer une après-midi de vacances, ou un soir au coin du feu.

Titre original

Brigadoon

Date de sortie en salles

24 août 1956 avec Swashbuckler Films

Date de sortie en vidéo

8 juin 2005 avec Warner Bros.

Photographie

Joseph Ruttenberg

Musique

Frederick Loewe, Conrad Salinger & Johnny Green

Support & durée

DVD Warner zone 2 en 2.40 :1 / 108 min