Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Quand je regarde l'écran, l'écran me regarde.


[critique] Forrest Gump : chanson pour les pieds

Publié par Vance sur 18 Juin 2015, 18:28pm

Catégories : #Sur écran : sorties cinéma, #blu-ray, #Feel Good Movie

[critique] Forrest Gump : chanson pour les pieds

Le 30 septembre de cette année, une version restaurée de Forrest Gump sortira en salles : l'occasion pour une nouvelle génération de goûter dans les moindres détails à ce petit chef-d'oeuvre d'émotion et de virtuosité. Un film qui a d'abord stupéfié par l'utilisation astucieuse des technologies d'effets spéciaux de l'époque tout en bénéficiant de la maîtrise et du panache dont Robert Zemeckis a su faire preuve, tant dans la narration que dans la prise de vues.

Echafauder une chronique singulière sur une période charnière des Etats-Unis au travers du témoignage d'un homme à l'intellect déficient était une gageure et avait tout de l'échec annoncé. Pourtant, l'ensemble fonctionne à merveille et on se prend à s'émerveiller devant les récits délicieux de ce bonhomme aux besoins simples et à la générosité confondante.

D'autant que, grâce à la magie du cinéma, Forrest Gump est devenu en l'espace de trois décennies champion de football universitaire, héros de la Guerre, champion international de ping-pong, propriétaire de la Société de crevettes Bubba-Gump, actionnaire chez Apple (une coopérative fruitière d'après lui), icône charismatique pour des millions de coureurs et a également inspiré à Elvis ses pas de danse ainsi que les smileys et les autocollants de pare-chocs Shit happens !

 

Les Oscars ont plu, à l'époque, sur cette production ambitieuse. Ce qui engendra, petit à petit, insidieusement, les critiques acerbes contre un sous-texte réactionnaire, une manipulation sadique ou une forme de maniérisme cachant mal la vacuité du script. Rien que de très normal devant un succès (Titanic a été encore bien plus attaqué en son temps). Reste que d'autres visionnages n'ont pas effacé la joie pure qu'on éprouve devant la plupart des séquences enlevées, les répliques pertinentes et les situations incongrues. Cela dit, avec le temps, on s'aperçoit de petits écueils qui viennent fragiliser l'émerveillement béat des débuts.

D'abord, le procédé choisi pour nous faire avaler les énormités du scénario : il peut paraître parfois agaçant par sa systématisation bien qu'heureusement, la partition d'Alan Silvestri, inspirée, la B.O. hyper riche (avec l’accumulation jouissive de tubes de toutes les époques qui font encore aujourd’hui le bonheur des publicitaires) et surtout les compositions de Tom Hanks et de Gary Sinise font qu'on ne peut qu'adhérer. Il y a incontestablement des moments de pure tendresse, comme lorsque Gump retrouve Jenny et apprend coup sur coup qu'elle a un petit garçon et... qu'il en est le père. L’acteur emporte alors l’adhésion par une série d’émotions contradictoires qui se bousculent sur son visage, entre l’incrédulité, le bonheur absolu et l’inquiétude :

« Est-ce qu’il a une intelligence normale ? »

 

Evidemment, on pourra également discuter de la pertinence du propos, qui peut vraiment insupporter dès lors qu’on se met à prendre du recul et à essayer de faire coller la trame à la société actuelle : heureux les pauvres d’esprit ? Faut-il être arriéré pour profiter pleinement de la vie d’Américain moyen ? Les métaphores sont faciles à trouver, mais ne laisseront, au mieux qu’une inutile amertume. Les situations et surtout le jeu des acteurs sont proposés avec tant de savoir-faire qu’y demeurer insensible est, à mon sens, fort préoccupant.

Plus gênante, à mon sens, est cette propension qu’a le réalisateur à mettre en avant la technologie afin de mettre sur la pellicule des effets visuels bluffants (pour les avoir revu il y a peu en blu-ray, je peux affirmer que certaines craintes à propos des incrustations numériques étaient vaines : mis à part la bouche de Lyndon Johnson, les effets spéciaux sont très réussis), ce goût de ce qui n’est, après tout, que de l’esbroufe ; certains spectateurs de Contact en étaient demeurés désabusés.

 

Tant d’efforts et d’investissements pour nous raconter après tout une histoire simple fera sns aucun doute grincer des dents. J’en connais que la simple mention de Forrest Gump horripile. Je les comprends. Je déplore simplement qu’ils ne soient pas plus sensibles à ce qui se passe sur l’écran. Car Forrest Gump, sous ses dehors niais, est bien le Candide d’une époque où tout semble aller trop vite, habile observateur d’une société où le futile l’emporte sur le nécessaire. Et Tom Hanks est, quoiqu'on en dise, magistral, attendrissant et fascinant.

 

 

 

Titre original

Forrest Gump

Réalisation 

Robert Zemeckis

Date de sortie

5 octobre 1994 avec Splendor Films

Scénario 

Eric Roth

Distribution

Tom Hanks, Gary Sinise, Robin Wright & Sally Field

Photographie

Don Burgess

Musique

Alan Silvestri

Support & durée

Blu-ray Paramount (2009) en 2.35:1 / 160 min

 

Synopsis : l'histoire picaresque d'un garçon que la nature a doté d'un dos déformé et d'un QI insuffisant. Il va traverser 40 ans d'histoire des USA (et quelle Histoire !) avec une faculté de courir hors du commun, une bonté naturelle sans défaut, une mère attentionnée et philosophe, un seul ami qui n'aime rien tant que pêcher la crevette et surtout un amour indéfectible et pur pour une fille qui passera son temps à le quitter.

N'est stupide que la stupidité.

Forrest Gump

Commenter cet article

greensmartliving 09/07/2015 10:41

Such intelligent work on the subject and ideal way of writing here. I am really impressed! This post is a helpful overview of the particular topic and very actionable.

Interesting approach!

Vance 13/01/2008 20:57

Oui, j'aime cette analyse. Zemeckis est souvent sur le fil du rasoir et, presque à chaque fois, ce sont les interprètes qui emportent l'adhésion. Merci.

Satine 13/01/2008 18:28

Un film touchant et drôle à la fois justement parce qu'il est improbable et "gros". Tom Hanks y est absolument épatant, il incarne le héros avec une crédulité qui émeut. Par ses mimiques, sa démarche, son simple regard benêt ou encore par sa façon désabusée de raconter sa vie exceptionnelle (qui lui paraît normale) à des étrangers, il nous emmène dans son monde, nous captive et nous fait rire. J'ai vraiment adoré.P.S : et puis on apprend plein de recettes sur les crevettes.

Vance 13/01/2008 09:13

Merci à toi et encore félicitations pour ton blog, notamment ton assiduité. Je te souhaite plein d'autres visiteurs.

samom 12/01/2008 22:25

Merci pour ton aimable commentaireet en plus ton analyse se tient très bienil y a des choses que je n'avais pas envisagées sous cet anglebienvenu sur mon blog et ravi de te compter parmi mes lecteursps : réponse tardive, je suis rentré du taf à 22h++++

Ramiel 12/01/2008 18:42

Oui, un acteur très sympathique, que j'ai vu avant-hier à la télévision dans un bon film de Sam Mendes.

Nous sommes sociaux !

Articles récents