Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Quand je regarde l'écran, l'écran me regarde.


[critique] la Chute : fin de règne

Publié par Vance sur 5 Janvier 2016, 18:50pm

Catégories : #Sur écran : sorties cinéma, #Cinéma historique, #Adapté au cinéma, #Cinéma 2005

[critique] la Chute : fin de règne

Tout le battage qui s'est produit sur certains médias, l'incertitude qu'il soit diffusé en France et la volonté de me faire ma propre opinion m'ont évidemment conduit à l'époque dans les salles obscures. Trop souvent, par le passé, l'expérience a montré qu'il y avait souvent beaucoup de bruit pour rien et qu'il valait mieux y aller voir par soi-même. Il y avait une certaine forme de courage, et peut-être un peu de suffisance, pour oser faire un film sur les derniers instants d'Hitler qui a réussi à attirer au cinéma près d'un million de spectateurs hexagonaux.


Dès le départ, le film en impose : c'est incontestablement un monument. Malgré un montage parfois maladroit et une interprétation quelquefois limite, une VF qui ne parvient que rarement (chez les personnages féminins) à rendre la puissance évocatrice de certaines phrases ou décisions prises dans la hâte, la colère, le désespoir ou un accès de folie, le film est le récit minutieux d'une fin annoncée et peut s'honorer d'éviter les nombreux écueils qui se dressaient sur sa route.

Ainsi, choisissant le biais du témoignage filmé, il en supprime la voix off, alors même que la majeure partie des événements narrés sont tirés du roman autobiographique de la jeune secrétaire Traudl, exquise dans cette candeur que va peu à peu obscurcir l'appréhension d'une horreur inavouable, dont elle ne percevra les tenants que bien longtemps après la fin de la guerre (la personne en question, auteure du livre, est elle-même interviewée en séquence pré- et post-générique). On assiste alors à ce qui pourrait être une sorte de docu-fiction, sauf que ce qui est montré porte le sceau de la réalité historique. Traudl est bien témoin, mais la caméra ne fait que montrer, observer, froidement, mécaniquement, la montée des tensions afférentes à l'acceptation de la fin.

Hitler ensuite. Au travers d’un Bruno Ganz tétanisant et hypnotique, il est le pivot du film, alors qu’il n'en occupe pourtant qu'une partie somme toute modeste ; une interprétation étourdissante et son aura historique faisant le reste, on a l'impression qu'il hante les couloirs carrelés de bleu de ce bunker de la Chancellerie dans lequel se joue une Comédie hum
aine macabre, d'un cynisme sans nom, qui mêlera dans des séquences aussi poignantes qu'irréelles, des scènes de beuverie entre officiers désenchantés mais stoïques, des démonstrations cliniques de la meilleure façon de trouver la mort, des divagations funestement ludiques destinées à tromper l'ennui dans l'attente de cette fin annoncée (presque plus mortel que la mort elle-même), et cette délicieuse petite famille aryenne dont les visages blondinets et joufflus ne portent pourtant aucun des stigmates affligeant l'énormité que s'apprête à accomplir leur génitrice, décorée peu de temps avant la Fin du titre de Meilleure Mère de la Patrie...


Et devant ce spectacle refusant tout caractère spectaculaire, scandé toutefois par quelques plans de bombardements et de populace errant entre des décors dignes de Stalingrad (le film a été en partie tourné en décors naturels à Saint-Pétersbourg), on assiste à cette lente et inexorable descente aux enfers. On y assiste, aussi passifs que certains des seconds rôles qui ne comprennent pas, puis refusent de comprendre. Les masques tombent vite, les trahisons fusent. Le temps des complots est déjà passé, seul l'espoir demeure, dans la fuite ou la compromission. Acculés ainsi, les acteurs de la tragédie révèlent ce qu'il y a de plus pervers, de plus ignoble ou, parfois, de plus sensible. Goebbels, encore plus pourri peut-être que tous les autres, ira même jusqu'à pleurer pour qu'on lui tape son testament. Mais il se ressaisira vite.

Les heures passent, l'ennemi approche, invisible. Et la Fin est là. Niée, refusée, puis repoussée, retardée par la volonté d'ignorer l'échéance, la fin du Reich devient une évidence pour le Führe
r. Ses généraux l'ont acceptée depuis bien longtemps pourtant et si certains ont cherché à sauver les meubles, d'autres, esseulés, ont préféré continuer à suivre la seule lumière qu'il leur reste : leur foi inébranlable dans leur chef. Pathétiques, les derniers dignitaires succombent aux travers connus en de telles circonstances. Les nerfs lâchent, partout. L'héroïsme n'est plus qu'un vain mot, pourtant quelques-uns ont encore le culot de se dresser contre les ordres absurdes, ne serait-ce que par respect envers les soldats qui se battent pour une cause perdue d'avance, ou pour les trois millions de civils enfermés dans la cité de Berlin, désormais  assiégée par les Alliés vindicatifs.


Glauque. Pourtant, peu d'effets gore : le sang gicle peu alors que la mort rôde, insidieuse. Pour les ultimes rescapés, la dignité reprend parfois ses droits. Ou la chance, c'est selon.

Le pire, c'est le fait de reconnaître que l'innocence apparente n'est que poudre aux yeux : personne ne peut raisonnablement sortir intact de ce cataclysme. Et que penser de ce jeune garçon des Jeunesses hitlériennes, si fier d'avoir descendu deux chars russes à lui tout seul ? Il finira par comprendre l'absurdité de la guerre, mais il ne pourra pas empêcher le drame qui frappera sa famille.

Il y aurait tant à dire. Mais il faut avant tout le voir. Et ne pas oublier.

 

Un regret toutefois, celui du refus du jusqu’auboutisme dans cette mise en scène pourtant sans compromis par ailleurs, cette sorte de timidité au moment de montrer comment le Führer se donne la mort, comme un voile pudique sur des chairs putrescentes : un peu maladroit, et déplacé en la circonstance. A moins qu'il ne s'agisse que d'une sorte d'effet de style. Mais ce n’est qu’une fausse note au sein d’ une symphonie stupéfiante et fascinante.

 

 la-chute.jpg

Titre original

Der Untergang

Mise en scène 

Oliver Hirschbiegel

Date de sortie France 

5 janvier 2005 avec TFM Distribution

Scénario 

Bernd Eichinger d'après les oeuvres de Joachim Fest, Traudl Junge & Melissa Muller

Distribution 

Bruno Ganz, Rolf Kanies, Thomas Kretschmann & Juliane Köhler

Musique

Stepahn Zacharias

Photographie

Rainer Klausmann

Support & durée

Blu-ray TF1 (2008) region B en 1.77:1 / 150 min

 

 

Synopsis : Berlin, avril 1945. Le IIIe Reich agonise. Les combats font rage dans les rues de la capitale. Hitler, accompagné de ses généraux et de ses plus proches partisans, s'est réfugié dans son bunker, situé dans les jardins de la Chancellerie. A ses côtés, Traudl Junge, la secrétaire particulière du Führer, refuse de l'abandonner. Tandis qu'à l'extérieur la situation se dégrade, Hitler vit ses dernières heures et la chute du régime.

Commenter cet article

Caramia 22/05/2007 20:48

Très bon film. Sobre (jusqu'au bout, ce que moi je salue), en un mot, indispensable.

Neault 16/05/2007 16:38

Ah, je savais bien que les bunkers t'inspiraient, tu ne peux plus dire le contraire hein !!  ;o)) (bon, bon, j'arrête avec la charte graphique, promis)

harlan 15/05/2007 12:48

ah ouaiiis, très bon, d'accord avec toi sur la famille goebels, c'est insuportable. Quand tu dis qu'ils ne sont pas allé assez loin, c'est parce quon ne voit pas hitler qui se suicide ?

Nous sommes sociaux !

Articles récents