Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] X-Men 3 : l'Affrontement final

[critique] X-Men 3 : l'Affrontement final

[critique] X-Men 3 : l'Affrontement final

Tout ou presque semble avoir été dit sur ce film qui apparaît un peu bancal, un peu maladroit, soit trop court ou mal découpé. Brett Rattner a été voué aux gémonies par ceux qui attendaient une apocalypse filmique à la hauteur des promesses énoncées par les deux premiers volets signés Bryan Singer (parti pour tourner Superman returns et emmenant avec lui toute son équipe technique). La déception a été grande et la franchise a eu du mal à s'en remettre, à tel point que cet épisode a quasiment été oblitéré au moment de concevoir Days of future past.

Toutefois, il convient de souligner que le métrage comporte tout de même son lot de scènes enthousiasmantes qui savent s’attacher les faveurs d’un public en mal de sensations fortes ou des fans du comics qui attendaient celles-ci depuis des lustres. J’ai globalement apprécié cette volonté de tenter de coller un maximum à la série au niveau de certains caractères, même si le fait de juxtaposer des trames anciennes (le Phénix noir, les visions opposées de la mutanité de Xavier et Magnéto) à des autres plus récentes (le sérum neutralisant les facultés mutantes, le cas de conscience de Malicia) peut faire hurler les puristes. Cela fait pourtant des lustres que les scénaristes d'Hollywood travaillent de la même manière, sur un matériau riche de plusieurs décennies qu'ils ne peuvent se permettre d'effacer purement et simplement, mais qu'ils ne peuvent pas non plus transposer ex abrupto (d'autant que les séries de super-héros les plus anciennes ont eu droit, et plusieurs fois, à la réécriture de leurs origines). J’ai trouvé ainsi qu’il y avait un réel effort d’adaptation, ne serait-ce que dans l’utilisation des pouvoirs. Je dirais même que c’est sans doute le film qui s’est le plus appuyé sur des épisodes concrets du comics, jusqu’à en transcrire quelques scènes cultes (le passage dans la Salle des Dangers est très bon). Il y a dans l'approche de certaines séquences ce caractère jubilatoire de voir renaître à l'écran ce qui nous avait passionné des années auparavant.

En outre, le triangle Drake/Malicia/Kitty est plutôt bien conçu et rappelle furieusement pour les lecteurs ce qui se passe dans X-Men 170 à 173 (juin à août 2005), bien que les protagonistes soient légèrement différents. Même si c’est présenté de façon un peu sommaire, c’est une des meilleures réussites du film avec le Fauve, excellent tant dans son attitude de diplomate que dans sa rage féline au combat.

Pour le reste, je dirais qu’une succession de moments de bravoure ne fait pas un grand film, d’autant que certains enchaînements sont un peu ridicules ou incohérents (heureusement que Logan s’inquiète de la disparition de Scott parce que les autres… ; les retrouvailles de Xavier et Magnéto semblent complètement artificielles ; l’utilisation même du personnage de Phénix ne fait en rien avancer l’histoire pourtant suffisamment riche) : le script fait penser à une grande vague emportant toutes les petites histoires jusqu’à l’affrontement final attendu. Qu’on suive ou pas, il y aura bien une guerre. De quoi ravir les plus jeunes qui désiraient de la baston entre mutants. C'est surtout cela qui est désolant, cette forme de patchwork chaotique préférant coller bout à bout des scènes fortes et des passages obligés en les faisant tenir tant bien que mal ensemble : on est loin d'une dynamique de synthèse harmonieuse qui préfèrerait sacrifier des éléments pour entretenir la cohésion de l'histoire. On a parfois l'impression qu'au moment du montage, le chef de projet passait son temps à dire : "Non, les gars, on ne peut pas enlever ça, les spectateurs le veulent. Non, pas ça non plus, et ça non plus." Résultat, on saute de joie et on pleure à chaque nouvelle apparition de mutant : le Fléau fait partie des plus grands ratages, une sorte d'abruti très éloigné du demi-frère de Xavier proposé dans les comic-books ; la genèse d'Angel est sympathique mais fait régresser l'histoire ; Callisto est bien loin de la charismatique leader des Morlocks qu'on espérait ; Jamie Madrox en revanche est plutôt cool.

Alors oui, je me suis régalé par moments, avant de vibrer sur la fin (c’est vrai qu’une utilisation massive des chœurs pour faire monter la tension a bien aidé), mais le soufflé retombe bien vite et les deux chutes (avant et après le générique) ne sont pas, loin s’en faut, des réussites. Certes, l'immixtion du personnage de Moïra McTaggert laisse entrevoir des futurs intéressants, mais il y avait des moyens nettement plus subtils de régler le cas Xavier... Il est fascinant de constater que la scientifique deviendra un agent de la CIA dans les films suivants ! 

Qu’aurais-je pensé si je n’avais pas lu les X-Men sans pratiquement d’interruption depuis plus de 25 ans ? Je ne sais pas. Le film plaît aux plus jeunes mais souffre de la comparaison avec les suivants et colle mal aux précédents.

Dommage, vraiment.

 

 

 xmen3afficheFR.jpg

Titre original

X-Men : the Last Stand

Réalisation 

Brett Rattner

Date de sortie

24 mai 2006 avec la 20th Century Fox

Scénario 

Zak Penn & Simon Kindberg

Distribution

Halle Berry, Hugh Jackman, Ian McKellen, Famke Janssen, Anna Paquin & Patrick Stewart

Photographie

Dante Spinotti

Musique

John Powell

Support & durée

Blu-ray Fox (2009) region B en 2.35:1 / 105 min

 

 

Synopsis : Tandis que tous les éléments sont réunis pour qu’on assiste au retour de Jean Grey, une société privée affirme avoir trouvé une solution au problème mutant : simple, il suffit de guérir ceux qui souffrent de ce mal ! Cela pose un sérieux problème aux tenants de la légitimité du gêne mutant, à la tête desquels le professeur Xavier et Magneto – cependant ces deux-là ne se sont jamais entendus sur la manière de procéder. 

[critique] X-Men 3 : l'Affrontement final