Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
l'Ecran Miroir

l'Ecran Miroir

Menu
[critique] Alex, le Destin d'un roi

[critique] Alex, le Destin d'un roi

[critique] Alex, le Destin d'un roi

Un joli petit film pour enfants, qui vaut bien plus que ce que son titre français peu inspiré laisse escompter : Alex, Le Destin D’Un Roi, production modeste ressemblant énormément à du Amblin, est en effet le second long-métrage du talentueux Joe Cornish et met en vedette Louis Serkis, le fils d’Andy Serkis, dans une relecture de la légende du roi Arthur, avec Rebecca Ferguson en Morgane et Patrick Stewart en Merlin. Pas le meilleur divertissement de l’année, certes, mais une œuvre honnête, efficace, et surtout très attachante. Une agréable surprise !

[critique] Alex, le Destin d'un roi

C’est qu’il était attendu, le nouveau film de Joe Cornish ! C’est que le scénariste du Tintin de Steven Spielberg et réalisateur d’Attack The Block en a mis du temps pour revenir aux commandes d’un long-métrage avec cette relecture de la légende du Roi Arthur, revue et corrigée pour les gosses. Le résultat étonne par sa fraîcheur, sa sincérité, et son absence totale de cynisme. En ces temps de blockbusters paresseux « de producteurs », le petit film de Joe Cornish a tout de l’outsider gentiment naïf.

S’il s’adresse principalement à un public jeune, Alex, Le Destin D’Un Roi n’en reste pas moins très recommandable pour toute la famille. Efficace, ce conte bien connu ancré dans la modernité de cette Angleterre du Brexit saura vous distraire avec ses personnages profondément attachants et humains. On pense aux meilleures productions d’Amblin, bien plus que devant les nombreux produits actuels qui se targuent continuellement de déborder de références aux années 1980.

[critique] Alex, le Destin d'un roi

En tous cas, Alex, Le Destin D’Un Roi vaut bien plus que ce que son titre français peu inspiré laisse escompter : il y a dans ce joli petit film de nombreuses raisons d’être enthousiastes, suffisamment pour ne pas bouder ce qui ressemble pourtant bel et bien a priori à un téléfilm pour gosses tout ce qu’il y a de plus dispensable. Car non seulement la relecture de la légende de l’épée Excalibur s’avère plutôt amusante, mais c’est aussi une belle occasion pour voir Rebecca Ferguson en Morgane et Patrick Stewart en Merlin dans des apparitions sympathiques, venus tous deux apporter une sorte de caution artistique auprès de la bande de jeunes comédiens qui portent le film.

[critique] Alex, le Destin d'un roi

D’ailleurs, l’une des attractions principales reste sans aucun doute Louis Serkis, le fils

d’Andy. Le jeune garçon fait ses débuts au cinéma avec talent et charisme, il a été à bonne école. On retiendra de ce spectacle honnête ses traits d’humour, ses belles trouvailles, ses quelques magnifiques plans larges dans des paysages naturels, et ses personnages attachants. On pourra émettre un petit bémol et se demander à qui est réellement destiné le film : s’il s’adresse clairement dans son ton et ses préoccupations aux enfants, la génération actuelle s’intéresse-t-elle encore suffisamment au Roi Arthur pour apprécier le métrage ?

Dans tous les cas, n’hésitez pas à le voir si le sujet vous parle : ce n’est pas le meilleur divertissement de l’année, mais c’est une œuvre personnelle, intègre, et efficace. Une très belle petite surprise !

Titre original

The Kid who would be King

Date de sortie en salles

10 avril 2019 avec 20th Century Fox

Date de sortie en vidéo

 

 

 

Photographie

Bill Pope

Musique

Electric Wave Bureau

Support & durée

35 mm en 2.39:1 / 120 min